Compte-rendu du 3e Séminaire – 16 janvier 2020

Séance animée par le groupe STORYTELLING (Soline Nivet, Guillemette Morel-Journel et Federico Ferrari) en collaboration avec le séminaire de master Learning from Paris (enseignante responsable : Soline Nivet)

Lieu : École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais (ENSAPM)

La matinée de séminaire débute par une présentation de la journée par Guillemette Morel Journel auprès des divers publics présents : étudiants du séminaire « De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet : Learning from Paris » d’initiation à la recherche de master 1 de l’Ensa Paris-Malaquais et des membres de PARVIS. Les deux enseignantes du groupe STORYTELLING explicitent les objectifs du programme de recherche PARVIS, sa démarche pluridisciplinaire, son cadre de financement (label I-SITE) et son carnet de recherche puis tour à tour les membres de PARVIS se présentent ainsi que les intervenants du séminaire invités par le groupe « Storytelling ». Perspectivistes, ils produisent des images d’architecture en vue d’illustrer un projet:

– Paolo Battistel, perspectiviste 3D, Pyralis : https://www.pyralis.fr/ – Vladimir Jamet, Artefactorylab : https://www.artefactorylab.com/ – Catherine Simonnet, architecte graphiste – Loukat http://www.loukat.fr/ Durant la séance chaque perspectiviste va présenter ses travaux.

Continuer la lecture de Compte-rendu du 3e Séminaire – 16 janvier 2020

Ouverture “Paroles de villes I”

Discours d’ouverture

Je souhaite à toutes et tous la bienvenue dans cette première journée d’études du programme « PARVIS, Paroles de villes » de l’I-Site FUTURE, université Gustave Eiffel. (Programme ci-dessous et ici)

Mon premier mot veut rappeler qu’elle prend place dans une vague de protestations sans précédent contre diverses réformes qui ont pour point commun de servir une philosophie de la dépense publique très éloignée de la nôtre – la nôtre, c’est celle où chacun et chacune cotise selon ses moyens pour que chacune et chacun reçoive selon ses besoins. Au-delà de la réforme la plus médiatisée, celle qui est soutenue par la LPPR envisage une gouvernance de l’université qui poursuivrait la destruction d’un modèle républicain déjà terriblement mis à mal. Nous sommes opposés à ces réformes et notamment à la LPPR.

Après l’annulation d’un séminaire le 11 décembre dernier, l’équipe PARVIS a souhaité ce mot en ouverture d’une rencontre scientifique que nous n’envisagions pas d’annuler, et l’affichage d’un message de soutien public sur son carnet web :

« Opposé à la réforme des retraites et à la loi française de programmation pluriannuelle de la recherche par solidarité avec tou.te.s les travailleur.se.s en lutte, PARVIS rejoint la mobilisation en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche, ainsi que l’appel des travailleuses et travailleurs du numérique. »

(OpenEdition en lutte, https://blogs.mediapart.fr/les-invisibles-de-lusr-2004/blog/240120/openedition-en-lutte-en-appelle-ses-contributrices-et-contributeurs)

Nous mettons nos pas dans ceux, par exemple, de l’équipe InTRu [Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturelles], à l’université de Tours, qui a tenu son séminaire hier, le 11 février, en le faisant précéder de cette annonce :

« Cette étude de cas se veut aussi le prélude et le prétexte et à un échange collectif autour de certaines questions graphiques qui se posent nécessairement lorsque l’on aborde les liens entre culture visuelle et protestation. Aucune transition ne sera donc nécessaire pour déboucher sur l’AG exceptionnelle qui suivra, revenant sur la dégradation des conditions de travail à l’université. Cette constatation est loin d’être nouvelle ou soudaine, mais elle se manifeste ces derniers mois de façon plus visible. La précarité généralisée n’est pas une menace à venir, elle est déjà là. Parlons-en. »

(https://intru.hypotheses.org/10415)

A priori, cette journée ne sera pas pour autant ou prioritairement une AG de lutte. Les sujets qui vont être abordés sont d’ores et déjà tout entiers occupés de l’avenir et de ce que nous pourrions, et saurons, y préserver de notre humaine condition : l’environnement des villes, le partage du territoire des villes, les hiérarchies des littératures urbaines, la diversité des paroles de la ville, académiques, artistiques ou citoyennes – et ce que nos méthodes d’enquête peuvent en dire et en réfléchir, de l’étude littéraire au traitement automatique des langues en passant par le dessin d’architecte ou la création littéraire.

Un titre simple suffisait dès lors, pour cette 1ère JE : « Paroles de villes I ». Parce qu’il y en aura d’autres, déjà ; et aussi pour réaffirmer l’intérêt commun que nous avons défendu pour monter ce programme financé par l’I-Site :

« identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique (…) clarifier, non seulement l’imaginaire, mais le sentiment futuriste. »

Nous voulons rester vigilants face à la consigne d’excellence de cette structure de financement, que nous voulons investir pour redistribuer ses moyens à tous, et non pour nous les accaparer en petit comité. C’est dans cet esprit que nous avons joué le jeu de l’I-Site. Veut-il favoriser l’interdisciplinarité et la dimension internationale ?

Parvis rassemble et donne la parole à des littéraires, des musiciens, des architectes, des géographes, des linguistes, des ONG et des collectifs citoyens ;

Parvis accueille, pour sa première journée d’études, des collègues, des étudiants, des artistes et des participants de France, de Finlande et de Belgique.

Les travaux et les paroles sont ouvertes.

Image: Hervé Disy pour Parvis

Programme du 3ème séminaire PARVIS 16 janvier 2020 / Ensa Paris-Malaquais

Matin (10H> 13H)

“Quand les images racontent le futur des villes. La crise climatique au prisme des représentations des projets d’architecture et d’aménagement”

Séance animée par le groupe STORYTELLING (Soline Nivet, Guillemette Morel-Journel et Frederico Ferrari) en collaboration avec le séminaire de master Learning from Paris (enseignante responsable : Soline Nivet)

Les projets d’architecture et d’aménagement produisent sans cesse des préfigurations de futurs possibles et configurent une véritable fabrique d’images. Les rapports que la discipline architecturale entretient avec le récit font du projet une forme « narrative » productrice de fiction. C’est pourquoi ces discours constituent une dimension fondamentale de la fabrique de la ville, une dimension qui s’inscrit dans des temporalités et des représentations. C’est sur ces fictions qui articulent de manière complexe paroles et images que l’on se concentrera.

L’objectif du séminaire du 16 janvier est de présenter et d’analyser la production de « perspectivistes », professionnels travaillant dans des agences spécialisées dans la production d’images pour le compte des différents acteurs de la production de la ville (collectivités, promoteurs, architectes). Les images analysées mobiliseront, de manière explicite ou non, un contenu renvoyant à la crise écologique. En cherchant à catégoriser et à démonter les mécanismes de valorisation/séduction déployés, le but de la journée sera également la création d’un corpus qui fera l’objet d’analyses ultérieures.

Continuer la lecture de Programme du 3ème séminaire PARVIS 16 janvier 2020 / Ensa Paris-Malaquais

Fictions post-carbone dans la presse française

A l’occasion de la COP 25 le quotidien Libération a publié entre le 9 et le 13 décembre 2019 une série de six courts récits d’anticipation de six écrivain.e.s dont la thématique commune est la neutralité carbone.

La COP 53 de l’écrivain suisse Antoine Jacquier me semble le plus percutant et résonne avec une fiction climatique notoire: Bleue comme une orange de Norman Spinrad publié en 1999. La COP 53 est un court récit qui donne à voir une (énième) Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, mais celle-ci est particulière, car la neutralité carbone est atteinte, et que, parallèlement à cet évènement historique le procès d’activistes pro-climat s’ouvre. Ces derniers surnommés “Brigades vertes” sont accusés d’avoir assassiné et séquestré plus d’une centaine de responsables politiques afin de mettre la pression sur les élus et législateurs pour agir face à la fragilisation des écosystèmes et au dérèglement climatique.

Bonne lecture !

https://www.liberation.fr/planete/2019/12/13/la-cop-53-des-auteurs-de-sf-imaginent-un-monde-neutre-en-carbone_1768334

PROJET DE THÈSE “La ville dans les fictions climatiques”

Voici un premier jet du projet de thèse du volet recherche fondamentale de PARVIS. Cette recherche a débuté en septembre 2019 sous la direction d’Irène Langlet. L’objectif est d’étudier les imaginaires urbains dans les fictions climatiques et plus particulièrement la façon dont s’articulent le vivant et la ville au sein de ce genre médiatique émergent.

Contexte

Financée par le consortium I-SITE FUTURE dont le projet scientifique est centré sur la ville, notre thèse s’intéresse à la la ville dans les fictions climatiques. Notre objet d’étude articule deux grandes problématiques contemporaines prises en charge de manière thématique, esthétique, poétique et dramaturgique par ce qui semble progressivement se constituer comme fiction médiatique : la climate fiction.

Continuer la lecture de PROJET DE THÈSE “La ville dans les fictions climatiques”

Paroles de villes 1: Approches / journée d’études – 12 février 2020

« Paroles de villes 1 : approches »

Le programme PARVIS consiste à étudier les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation.

Nous voulons mener cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales populaires, cultures médiatiques, discours sociaux) et en créant les conditions d’une recherche-création inédite en France, dans une démarche interdisciplinaire assumée.

Notre première journée d’étude consistera précisément à entendre des spécialistes et des praticiens de disciplines et de cultures différentes, qui travaillent toutes et tous sur la ville d’une manière qui peut intéresser sa représentation, projection, métamorphose ou spéculation futuriste.

Lieu : UPEM/ Université Gustave Eiffel, auditorium de la bibliothèque Georges Perec, rue des Frères Lumière, 77420 Champs-sur-Marne

Programme

9H30 – 10H Accueil (café, thé)

10H Introduction de la journée d’étude

Session 1 : A l’intersection des discours urbains et écologiques

Lieven Ameel: « Imaginer les villes futures à travers les discours : Affordances de la fiction littéraire, de l’aménagement et de la politique »

Pierre Schoentjes: « Le changement c’est quand ? Littérature et écologie »

11H40 >12H Pause

Session 2 : Bidonvilles en France, récits par l’image

Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti, Groupe Parvis “Slumcity”

12H45>14H Déjeuner

Session 3 : Cadrage générique

Nadège Pérelle : « Fictions climatiques : cartographie des genres »

Irène Langlet: « Fictions climatiques, fictions urbaines, science-fiction : tentative de relevé de terrain(s) »

15H20>15H40 Pause

Session 4 : Paroles citoyennes et imaginaires urbains

Un représentant.e du CTC national (Collectif pour une Transition Citoyenne) et un.e représentant.e de l’Institut des Futurs Souhaitables.

16H20>16H30 Pause

Session 5 : Atelier PARVIS – Groupe “Modele”

Catherine Dominguès à propos du corpus soumis au Traitement Automatique des Langues

17H Mot de conclusion

Biographies des invité.e.s :


Lieven Ameel est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Tampere en Finlande. Jusqu’à l’été 2020, il travaille en tant que chercheur au Turku Institute for Advanced Studies. Il est titulaire d’un doctorat en littérature finlandaise et en littérature comparée de l’Université d’Helsinki et de l’Université de Giessen en Allemagne et il est l’un des éditeurs de la collection « Palgrave Literary Urban Studies Series ». Ses thèmes de recherche englobent les récits de politiques d’aménagement, de futurs urbains et les mises en récits des expériences de l’espace.

Pierre Schoentjes est professeur à l’Université de Gand, où il enseigne la littérature française. Spécialiste de l’ironie (Poétique de l’ironie, Seuil, 2001 ; Silhouettes de l’ironie, Droz, 2007) et de la représentation littéraire de la (Grande) guerre (Fictions de la Grande Guerre, Classiques Garnier, 2009, La Grande Guerre : un siècle de fictions romanesques, Droz, 2008 ; « J’ai tué » Violence guerrière et fiction, Droz, 2010), il interroge la littérature des XXe et XXIe siècles dans une perspective européenne. S’intéressant de près à la littérature de l’extrême contemporain il a lancé, en collaboration avec une équipe internationale, une publication électronique : la Revue critique de fixxion française contemporaine. Ses derniers travaux portent sur l’écopoétique ; il a publié en 2015 Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique. Son prochain livre, Le mur des abeilles. Littérature et écologie, élargi le champ de l’enquête; il est aujourd’hui achevé et paraîtra chez José Corti en 2021. Il est porteur principal du projet «Littérature, Environnement et Écologie : une approche écopoétique de la fiction contemporaine française, italienne, germanophone et anglophone» de l’Université de Gand (flyer du projet ci-dessous).

Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti, EAVT, actuellement engagés dans des recherches et actions sur l’habitat précaire.

Irène Langlet est professeure de littérature contemporaine à l’université de Paris Est Marne-la-Vallée/Université Gustave Eiffel.Elle a publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Elle est directrice de la revue ReS Futurae.

Nadège Pérelle est doctorante à l’UPEM a été recrutée par PARVIS afin de travailler sous la direction d’Irène Langlet sur le volet recherche fondamentale du programme : “La ville dans les fictions climatiques”. Elle est diplômée d’un master d’Etudes Culturelles Internationales obtenu après soutenance d’un mémoire en écopoétique sur “L’Ancolie” de Jean-Loup Trassard.

Un représentant du CTC « Collectif pour une Transition Citoyenne » (https://transition-citoyenne.org/) et un.e représentant.e de l’Institut des Futurs Souhaitables (https://www.futurs-souhaitables.org/).

Image: © Hervé Disy 2020

Recherche-création: créer dans la ville au présent pour créer le futur de la ville

Le projet PARVIS associera pleinement à la recherche un écrivain.e (supervision Virginie Tahar, LISAA / projet I-Site « E3S ») et un binôme de créateurs musicaux (supervision Guillaume Dupetit, LISAA) qui représenteront la partie recherche-création du projet, la plus innovante, qui peut trouver bon accueil dans l’I-SITE (voir 2. Context)

Le genre de la science-fiction semble particulièrement propice à ce type de démarche en ce sens qu’il recoupe à la fois l’imagination littéraire procède d’un état des connaissances scientifiques à une époque donnée, à partir desquelles l’écrivain.e produit des spéculations sur le futur. De plus, littérature et création sonore se recoupent déjà en bien des points : prosodie, rapsodie, poésie chantée, slam ou rappin’. À travers leur implantation au sein de l’espace urbain, leur présence et leur mise en territoire en font des objets majeurs d’une réflexion possible autour d’une organisation sociale globale de la ville du futur. Les espaces dynamiques des musiques urbaines et de la littérature sont aujourd’hui pensés comme de véritables lieux de la cohésion sociale (Kaiser, 2016).

Notre objectif est donc de croiser littérature et création sonore dans le cadre d’un projet de recherche par l’immersion d’un.e écrivain.e et d’un.e compositeur.trice au sein d’une équipe de chercheurs. Il s’agit de créer les conditions d’une expérimentation permettant l’émergence d’innovations méthodologiques, de nouveaux modes de réflexion et de nouvelles perspectives de création en introduisant une dimension réflexive dans notre pratique de recherche qui vient rencontrer les modes de faire des artistes. Martin Laliberté (LISAA)  et Azadeh Nilchiani (LISAA, LabEx ARTS-H2H) formeront un binôme de compositeurs. L’écrivain(e) sera sélectionné(e) sur la base d’un appel à résidence lancé pendant la première année du projet ParViS, en partenariat avec la Maison des Ecrivains et de la Littérature (MEL) (voir 3. Implementation). Cette démarche sera associée à l’initiative de C. Cuny-Robert dans le Labex FU.

      Par principe, les fictions littéraires produites par l’écrivain.e et les fictions sonores par les compositeurs apparaissent comme un moyen de rendre accessible et de diffuser les connaissances produites dans le cadre du projet auprès de publics non-universitaires. Mais outre cette visée de vulgarisation, nous formulons l’hypothèse que l’artiste est un chercheur en puissance, un « chercheur pas comme les autres » (Renucci, Réol, 2015) et que la production de fiction est elle-même un processus de production de connaissances, un mode de pensée singulier pouvant nourrir en retour la réflexion des chercheurs. L’œuvre produite pourra  enfin contribuer au bagage culturel sur ces questions d’urbanisme de demain et d’adaptation au changement climatique, en considérant que la France reste encore peu fournie en objets culturels traitant de ces questions.

Groupe “Modele”

Dans les corpus des équipes, le groupe “MODELE” (nouveau nom du groupe “Carto” tel que décrit dans le dossier scientifique officiel)  extraiera les descriptions de villes et de lieux tels qu’ils donnent forme à des sites socialement reconnus et différenciés comme réels, projetés, ou imaginaires (Purves, Derungs, 2015), ainsi que des informations sensibles qui y sont corrélées. Ces extractions se feront grâce à des outils de Traitement automatique des langues (TAL) (Andreevskaia, Bergler, 2008), de manière à élaborer des cartes sensibles de ces lieux.

On mettra en œuvre une méthode collaborative telle qu’expérimentée dans le séminaire EHESS « Atelier de cartographie sensible : espace vécu, espace perçu” (Centre d’analyse et de mathématiques sociales – https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2874), et son périmètre couvrira l’axe « recherche-création » du projet. Ce sera l’occasion pour les artistes-chercheurs de l’équipe (LISAA, littérature, arts visuels et musique) de mettre en pratique la démarcher recherche-création, en proposant des dispositifs interactifs et immersifs reliés aux thèmes du changement climatique et aux variations de la notion d’espaces sensibles partagés collectivement. Ces chercheurs expérimentent de cette manière depuis quelques temps, notamment autour d’une maquette interactive développée au LVMT, sous la direction d’Olivier Bonin. On formera deux stagiaires à la mise en forme de ces corpus.

Groupe “Storytelling”

Dans les corpus des équipes, on extraiera les descriptions de villes et de lieux tels qu’ils donnent forme à des sites socialement reconnus et différenciés comme réels, projetés, ou imaginaires (Purves, Derungs, 2015), ainsi que des informations sensibles qui y sont corrélées. Ces extractions se feront grâce à des outils de Traitement automatique des langues (TAL) (Andreevskaia, Bergler, 2008), de manière à élaborer des cartes sensibles de ces lieux.

On mettra en œuvre une méthode collaborative telle qu’expérimentée dans le séminaire EHESS « Atelier de cartographie sensible : espace vécu, espace perçu” (Centre d’analyse et de mathématiques sociales – https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2874), et son périmètre couvrira l’axe « recherche-création » du projet. Ce sera l’occasion pour les artistes-chercheurs de l’équipe (LISAA, littérature, arts visuels et musique) de mettre en pratique la démarcher recherche-création, en proposant des dispositifs interactifs et immersifs reliés aux thèmes du changement climatique et aux variations de la notion d’espaces sensibles partagés collectivement. Ces chercheurs expérimentent de cette manière depuis quelques temps, notamment autour d’une maquette interactive développée au LVMT, sous la direction d’Olivier Bonin. On formera deux stagiaires à la mise en forme de ces corpus.

Groupe “Slum City”

En s’appuyant sur les hypothèses de M. Davis, deux architectes de l’EAVT (P. Joffroy et J. Ippoliti) s’intéresseront spécifiquement à la place du bidonville dans l’imaginaire visuel des futurs urbains. Ils élaboreront une description en images de quartiers informels dans lesquels ils travaillent et confronteront la saisie du réel aux œuvres de science-fiction romanesques, dessinées et/ou filmées. Cette petite fabrique d’images nourrira l’étude des imaginaires attachés à l’urbanisme informel. Il ne s’agira pas de représentation « savante », mais de documenter le dialogue avec des personnes non-urbanistes : habitants, citoyens, migrants , acteurs des politiques urbaines. Le travail de description en images interrogera aussi bien les objets relevés que les techniques de représentation (dessins, photos, relevés, mise en page et textes) en regard de nouvelles références puisées dans la bande dessinée, les banques d’images, les cartographies sensibles ou les hypertextes. Une représentation visuelle « élargie » des bidonvilles sera recherchée, intégrant leurs formes construites en évolution constante, la saisie des usages, le relevé des pratiques d’autoconstruction et d’autogestion, le fonctionnement collectif, et au-delà, le contexte politique comme élément du récit architectural. Ce contexte politique sera compris au sens des pouvoirs étatiques mais aussi des réactions qu’ils engagent de la part des habitants, dans une documentation où la France pourrait être comparée à certains pays du Sud (Maroc ou Kenya en particulier).

Ville & Cli-Fi

Au cœur du projet (supervision I. Langlet, LISAA UPEM) se tient une étude de la climate fiction (« cli-fi »), sous-genre émergent des fictions spéculatives et d’anticipation qui thématise la transition climatique à travers des scénarios variés : dystopies urbaines, géo-ingéniérie sur Terre ou sur d’autres planètes, survivalisme régressif ou utopique. Comme tout genre littéraire / médiatique (cf. Letourneux, 2017), la cli-fi n’est pas tant à observer comme une batterie de propriétés intrinsèques aux œuvres que comme effet de lecture formulé par une collectivité de lecteurs, qui identifient, à un moment donné et dans un contexte donné, des affinités entre des œuvres, des fictions, des auteurs, des thèmes, et qui établissent dès lors des séries entre ces derniers et un étiquetage (un nom de genre) qui construit à son tour, par effet récursif, un concept générique. En définissant ainsi (à la suite des travaux de poétique générale et de théorie des genres qui font consensus) la cli-fi comme fiction de genre, nous prenons acte qu’il faut y observer non seulement des textes, des films, des jeux, des thèmes, des récits et des histoires, mais une convergence de fonctionnements poétiques et de discours sociaux où tous les acteurs d’un système culturel sont associés dynamiquement et font émerger un imaginaire actif du futur. Les scénarios-catastrophes dialoguent avec les avenirs radieux, les fables post-apocalyptiques résonnent avec des visions positives telles que celles que visent activement les acteurs publics et privés du storytelling environnemental (Ferrari, 2016 ; Brelet et al., 2017).

Ces résonances seront dès lors à explorer aussi à travers les imaginaires dissidents, parfois subversifs, présents dans des discours comme ceux de l’afrofuturisme. La construction d’une cohésion urbaine et la structuration de l’espace par le réemploi, le reconditionnement et toute autre stratégie dite adaptative, comme en témoignent l’Eco Park de Kunlé Adeyemi ou le Lycée Schorge de Diébédo Francis Kéré, nous permettent de repenser les liens entre imaginaires, habitats informels et espaces de médiation.

Image: © Irène Langlet, 2019

Compte-rendu du 1er Séminaire – 2 octobre 2019

Présents

Olivier Bonin, Catherine Dominguès, Tita Kiriacopoulou, Claude Martineau, Sami Cheikh Moussa, Irène Langlet, Soline Nivet, Nadège Pérelle, Virginie Tahar.

Excusées

Pascale Joffroy, Guillemette Morel-Journel

La réunion est ouverte à 9h15. On fait un tour de table pour se présenter, notamment à Nadège Pérelle, doctorante recrutée en juillet pour conduire la recherche doctorale sur la ville dans la cli-fi. L’objectif est rappelé : lancer le programme, et donc expliciter les orientations de chaque groupe, afin de les coordonner.

Soline Nivet présente les intentions du groupe « Storytelling » à l’école Malaquais (architecture). Des collectes de corpus vont être faites, notamment par les étudiants de master, pendant le premier semestre. La campagne des élections municipales de 2020 offre l’occasion d’une production de discours et d’images et permet de donner une cohérence à ce corpus. Paris 2024 (Jeux Olympiques) serait un autre axe de cohérence. Quelques exemples sont donnés (un récent rapport de Terra Nova, le livre de Anne Hidalgo).

Questions et observations :

  • qu’est-ce qui fait corpus ? quel concept sous-jacent ? Motif des municipales, autres campagnes du même ordre dans le passé ou dans d’autres villes (Milan, par F. Ferrari).
  • terrains secondaires et sources de matériaux ? Marne-la-Vallée (Guillemette Morel-Journel possède déjà un corpus) ? ou bien des villes moyennes ? (concours Europan, réseau « Espace rural projet spatial », programme national « Coeur de ville »…)
  • monde associatif et ONG : Sami évoque 2 sources potentielles de discours : « Pacte pour la transition », réseau de collectifs citoyens (1000 déjà créés), ateliers avec des têtes de réseau des industries ou syndicats de la culture, env. 50 possibles dès février.
  • approche comparative : Olivier évoque les services « Morgenstadt » de l’entreprise allemande Fraunhofer (https://www.morgenstadt.de/). Les rapports et services sont payants mais le site regorge de documents exploitables.

Catherine Dominguès présente les intentions du groupe « Carto » (qui n’aime pas tellement ce nom, appel ouvert pour en chercher un autre).

NB : on rappelle que les actions concrètes de ce groupe entrent logiquement dans le planning de projet plus tard que les autres, puisqu’il s’agit d’analyser les corpus rassemblés par ailleurs.

Pour envisager le traitement automatique des corpus rassemblés, un diaporama liste successivement : des thématiques, des types de corpus, des questions possibles. Une discussion s’engage sur ces listes, et sur la méthodologie à mobiliser.

Questions listées :

  • collapsologie
  • changement climatique
  • verticalité, forme de la ville ?
  • déplacement dans la ville ?
  • nommage des lieux ?
  • caractérisation de la ville ?
  • intertextualité, mythes et références partagées

Corpus listés

  • corpus techniques (doc. prospectifs, prescriptifs, réglementaires)
    • doc. administratifs et de planification
    • programme « ville de demain » [ ? à préciser]
  • discours sociaux (presse, publicité)
    • Usbek & Rica
    • Wedemain
    • Factiva
  • Production des autres groupes
    • Storytelling
    • Recherche-création
  • romans

Préconisations et précisions

  • Rassembler des vocabulaires techniques.
    • réseaux sémantiques
    • description dans des codex
  • Privilégier des recherches contrastives.
  • Volumes minimaux : réponse variable, selon la requête précise.
    • env. 10 000 mots
    • env. 1 million de signes
  • Nécessité absolue de poser une question précise. Dans le projet tel que déposé : « quels sentiments associés à quels lieux ? »

Nadège Pérelle présente les premières bases de son projet doctoral sur « la ville dans la climate fiction ».

Intérêt particulier au végétal dans la ville. Corpus surtout nord-américains (Bacigalupi, McCarthy), mais aussi français (Ligny). Solarpunk à voir pour articuler avec groupe « Slum », question du déchet en littérature. Questions : littéraire ou intermédiatique ?

Les présent·e·s sont tous demandeur·se·s d’une présentation plus approfondie de la cli-fi et des corpus fictionnels de la thèse.

Virginie Tahar présente les orientations de l’axe « recherche-création ».

La MEL (Maison des Ecrivains et de la Littérature) est prête à aider pour les aspects administratifs de versement des droits et salaires. Le programme de la MEL « Temps des écrivains à l’université » aura des points de contact et d’intérêt avec PARVIS (responsable V. Fresnay).

C’est prévu plus tard dans le planning ; mais on réfléchit à l’idée de recruter l’artiste en résidence, plutôt que 18 mois d’un coup, 2×9 mois renouvelables :

  • oct-juin 2020-21
  • oct-juin 2021-22

Des noms d’écrivain·e·s sont évoqués, suggérés par V. Fresnay. Un débat s’engage au sujet des écrivains-fonctionnaires, qui bénéficient déjà d’un salaire. Sans le clore, on en retire l’idée que le cadrage du recrutement de l’écrivain·e devra être précisé.

On convient d’élaborer le calendrier des prochaines séances sur les bases suivantes :

  • mensuellement
  • le vendredi (à confirmer)

La séance est levée à 12h30. Les encore présent·e·s se voient proposer de somptueux plateaux repas avec trop de contenants plastiques et un Côtes-du-Rhône tout à fait acceptable.

Compte-rendu rédigé par I. Langlet

Appel à thèse: la ville dans la climate fiction

PARVIS (I-Site FUTURE) — thèse financée : « La ville dans les fictions climatiques »

Appel à candidatures

Le projet « PARVIS – PARoles de VilleS » lance un appel à candidatures pour une thèse financée en littératures et études culturelles contemporaines. Le sujet éclairera la question de la ville dans les fictions climatiques.

Les candidat·e·s proposeront un sujet qui permet à la fois une vue d’ensemble substantielle de la fiction climatique actuelle, dans tous ses sous-genres, et une interprétation ciblée des problématiques urbaines en son sein. Cette thèse doit en effet s’insérer dans le programme de recherche « Paroles de Villes — PARVIS » de l’I-Site FUTURE, à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM). Le programme étudiera les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes reflété dans les médias et dans les discours des décideurs, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation. Le projet mènera cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales et populaires, cultures médiatiques, discours sociaux). La recherche doctorale devra dialoguer avec tous les groupes de travail du projet (https://parvis.hypotheses.org/). Une contextualisation multimédiatique sera donc indispensable, même si le coeur de la recherche portera sur les supports littéraires.

La thèse devra mettre en perspective le courant littéraire se développant actuellement autour de la « climate fiction » (« cli-fi », fiction climatique). Il s’agira d’en interroger les caractéristiques interdisciplinaires, à la croisée de la littérature, des sciences humaines et des sciences exactes, pour identifier selon quels procédés et avec quelle pertinence les récits de fiction parviennent à susciter des représentations liées aux changements climatiques, dans un registre utopique, dystopique ou apocalyptique. La détermination précise du sujet pourra être affinée après concertation avec la directrice de thèse. On précise ici seulement quelques grandes orientations dégagées par des travaux pionniers (voir indications bibliographiques).

On pourra s’inscrire, par exemple (mais sans nulle exclusive), dans les perspectives ouvertes par les études rassemblées dans le n°136 de Science Fiction Studies, partenaire du projet, et replacer la littérature, notamment de SF, dans un contexte culturel qui engage toutes les sciences de l’homme, du vivant et de la matière. Des formes différentes (description, allégorie, modèle abstrait, matérialité immanente, apocalypse lente…) impliquent-elles des régimes de compréhension différents ? Que se passe-t-il lorsque la science-fiction se superpose à la crise climatique : les événements frappants du thriller ou le rythme plus lent de la longue durée soigneusement réfléchie (planet opera) ? Comment le climat apparaît-il selon ces différentes formes : en avant-plan ou en arrière-plan, en levier narratif ou en socle du monde fictif ? Quels sont les auteurs et les oeuvres qui formeraient une culture littéraire de la crise climatique ? Peut-on imaginer un lien entre l’estrangement cognitif propre à la science-fiction et la défamiliarisation entraînée par des néologismes tels que l’Anthropocène, les hyperobjets, le nécrocapitalisme ? Les intersections entre littérature, science-fiction et crise climatique en termes historiques, critiques et théoriques invitent à varier les sous-genres (cli-fi, petrofiction, slipstream, afrofuturisme) et les périmètres de contextualisation. Par exemple, à la lumière du régime énergétique : quelles différences y a-t-il entre les figurations de la crise du charbon et les représentations du désastre nucléaire ? Comment notre utilisation de l’énergie affecte-t-elle la portée de l’écriture ?

Les grandes orientations du projet PARVIS, consultables en ligne, permettront aux candidat·e·s de se positionner clairement dans l’équipe.

Indications bibliographiques

Science Fiction Studies, dossier spécial « Climate Crisis », n°136, novembre 2018.

Canavan Gerry,  Robinson Kim Stanley, Green Planets: Ecology and Science Fiction, Wesleyan University Press, 2014.

Chelebourg Christian, Les écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, 2012

Chelebourg Christian (ed), Ecofictions & Cli-Fi, Presses universitaires de Lorraine, 2019 [actes de colloque]

Mehnert Antonia, Climate Change Fictions : Representations of Global Warming in American Literature, Palgrave MacMillan, 2016.

Trexler Adam, Anthropocene Fictions : The Novel in a Time of Climate Change, University of Virginia Press, 2015.

Streeby Shelley, Imagining the Future in a Time of Climate Change, University of California Press, 2018.

Profil attendu

Le poste de doctorant·e est mis au concours avec une prise de fonction au 1er septembre 2019 (date négociable) et pour une durée de financement de 3 ans. Le contenu précis de la thèse pourra s’adapter au profil du candidat, dans le respect des grandes orientations précisées dans ce document.

Dans les cas d’interdisciplinarité, une attention particulière sera apportée à l’accompagnement de la thèse, pour une reconnaissance des travaux dans le(s) section(s) CNU impliquées (co-direction, comités de suivi de thèse, notamment).

Les candidat·e·s doivent avoir obtenu, ou être en voie de valider (au plus tard à la prise de fonction), un diplôme de Master ou équivalent, dans les disciplines suivantes : littérature française, francophone ou comparée ; disciplines du projet PARVIS, ou susceptibles d’être pertinentes dans les thématiques de celui-ci : environnement, écologie, arts-sciences, sociologie, histoire, études culturelles, architecture, géographie, urbanisme, etc.

Les candidat·e·s issu·e·s de disciplines non littéraires veilleront à clarifier dans leur dossier leurs compétences d’analyse et de commentaire (formation et/ou intérêts dans les domaines littéraires). Il·elle·s doivent, en tout état de cause, être intéressé·e·s par l’idée de mener leur recherche dans un environnement de recherche interdisciplinaire, être prêts à élaborer une thèse dans le cadre du programme PARVIS et avoir de solides compétences en langue française (niveau C1 minimum), ainsi qu’en anglais.

Modalités de candidature

Le dossier doit être envoyé en un seul fichier PDF paginé, jusqu’au 8 juillet 2019, à

Irène Langlet : irene.langlet@u-pem.fr

Il comportera, dans cet ordre,

  • un CV,
  • une lettre de motivation,
  • une esquisse du projet de thèse (10 pages maximum),
  • une présentation brève du projet de thèse (1 page recto)
  • deux lettres de recommandation
  • une copie d’une pièce d’identité et des diplômes,
  • le ou les mémoire(s) de Master

Les entretiens de sélection des candidats retenus auront lieu à Marne-la-Vallée ou par visioconférence le 11 juillet 2019.

Renseignements et contact

Irène Langlet : irene.langlet@u-pem.fr

PARVIS: PARoles de VIlleS

Luc Schuiten, Vision future de la ville de Shanghaï en fonction des années, 2012

PARoles de VIlleS a convaincu le comité scientifique de l’I-Site FUTURE et sera soutenu pendant 3 ans (2019-2022).

Ce carnet de recherche accompagnera le projet, qui consiste à étudier les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation.

L’originalité du projet consiste à mener cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales populaires, cultures médiatiques, discours sociaux) et en créant les conditions d’une démarche de recherche-création inédite en France.

Le carnet de recherche rendra compte des actions menées dans le cadre du projet et permettra de communiquer avec la communauté de chercheurs.

Paroles de villes