Recherche-création: créer dans la ville au présent pour créer le futur de la ville

Le projet PARVIS associera pleinement à la recherche un écrivain.e (supervision Virginie Tahar, LISAA / projet I-Site « E3S ») et un binôme de créateurs musicaux (supervision Guillaume Dupetit, LISAA) qui représenteront la partie recherche-création du projet, la plus innovante, qui peut trouver bon accueil dans l’I-SITE (voir 2. Context)

Le genre de la science-fiction semble particulièrement propice à ce type de démarche en ce sens qu’il recoupe à la fois l’imagination littéraire procède d’un état des connaissances scientifiques à une époque donnée, à partir desquelles l’écrivain.e produit des spéculations sur le futur. De plus, littérature et création sonore se recoupent déjà en bien des points : prosodie, rapsodie, poésie chantée, slam ou rappin’. À travers leur implantation au sein de l’espace urbain, leur présence et leur mise en territoire en font des objets majeurs d’une réflexion possible autour d’une organisation sociale globale de la ville du futur. Les espaces dynamiques des musiques urbaines et de la littérature sont aujourd’hui pensés comme de véritables lieux de la cohésion sociale (Kaiser, 2016).

Notre objectif est donc de croiser littérature et création sonore dans le cadre d’un projet de recherche par l’immersion d’un.e écrivain.e et d’un.e compositeur.trice au sein d’une équipe de chercheurs. Il s’agit de créer les conditions d’une expérimentation permettant l’émergence d’innovations méthodologiques, de nouveaux modes de réflexion et de nouvelles perspectives de création en introduisant une dimension réflexive dans notre pratique de recherche qui vient rencontrer les modes de faire des artistes. Martin Laliberté (LISAA)  et Azadeh Nilchiani (LISAA, LabEx ARTS-H2H) formeront un binôme de compositeurs. L’écrivain(e) sera sélectionné(e) sur la base d’un appel à résidence lancé pendant la première année du projet ParViS, en partenariat avec la Maison des Ecrivains et de la Littérature (MEL) (voir 3. Implementation). Cette démarche sera associée à l’initiative de C. Cuny-Robert dans le Labex FU.

      Par principe, les fictions littéraires produites par l’écrivain.e et les fictions sonores par les compositeurs apparaissent comme un moyen de rendre accessible et de diffuser les connaissances produites dans le cadre du projet auprès de publics non-universitaires. Mais outre cette visée de vulgarisation, nous formulons l’hypothèse que l’artiste est un chercheur en puissance, un « chercheur pas comme les autres » (Renucci, Réol, 2015) et que la production de fiction est elle-même un processus de production de connaissances, un mode de pensée singulier pouvant nourrir en retour la réflexion des chercheurs. L’œuvre produite pourra  enfin contribuer au bagage culturel sur ces questions d’urbanisme de demain et d’adaptation au changement climatique, en considérant que la France reste encore peu fournie en objets culturels traitant de ces questions.

Image: capture du jeu vidéo Townscaper, de Oskar Stålberg, sur Steam: https://steamcommunity.com/app/1291340/screenshots/.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search