Ouverture « Paroles de villes I »

Discours d’ouverture

Je souhaite à toutes et tous la bienvenue dans cette première journée d’études du programme « PARVIS, Paroles de villes » de l’I-Site FUTURE, université Gustave Eiffel. (Programme ci-dessous et ici)

Mon premier mot veut rappeler qu’elle prend place dans une vague de protestations sans précédent contre diverses réformes qui ont pour point commun de servir une philosophie de la dépense publique très éloignée de la nôtre – la nôtre, c’est celle où chacun et chacune cotise selon ses moyens pour que chacune et chacun reçoive selon ses besoins. Au-delà de la réforme la plus médiatisée, celle qui est soutenue par la LPPR envisage une gouvernance de l’université qui poursuivrait la destruction d’un modèle républicain déjà terriblement mis à mal. Nous sommes opposés à ces réformes et notamment à la LPPR.

Après l’annulation d’un séminaire le 11 décembre dernier, l’équipe PARVIS a souhaité ce mot en ouverture d’une rencontre scientifique que nous n’envisagions pas d’annuler, et l’affichage d’un message de soutien public sur son carnet web :

« Opposé à la réforme des retraites et à la loi française de programmation pluriannuelle de la recherche par solidarité avec tou.te.s les travailleur.se.s en lutte, PARVIS rejoint la mobilisation en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche, ainsi que l’appel des travailleuses et travailleurs du numérique. »

(OpenEdition en lutte, https://blogs.mediapart.fr/les-invisibles-de-lusr-2004/blog/240120/openedition-en-lutte-en-appelle-ses-contributrices-et-contributeurs)

Nous mettons nos pas dans ceux, par exemple, de l’équipe InTRu [Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturelles], à l’université de Tours, qui a tenu son séminaire hier, le 11 février, en le faisant précéder de cette annonce :

« Cette étude de cas se veut aussi le prélude et le prétexte et à un échange collectif autour de certaines questions graphiques qui se posent nécessairement lorsque l’on aborde les liens entre culture visuelle et protestation. Aucune transition ne sera donc nécessaire pour déboucher sur l’AG exceptionnelle qui suivra, revenant sur la dégradation des conditions de travail à l’université. Cette constatation est loin d’être nouvelle ou soudaine, mais elle se manifeste ces derniers mois de façon plus visible. La précarité généralisée n’est pas une menace à venir, elle est déjà là. Parlons-en. »

(https://intru.hypotheses.org/10415)

A priori, cette journée ne sera pas pour autant ou prioritairement une AG de lutte. Les sujets qui vont être abordés sont d’ores et déjà tout entiers occupés de l’avenir et de ce que nous pourrions, et saurons, y préserver de notre humaine condition : l’environnement des villes, le partage du territoire des villes, les hiérarchies des littératures urbaines, la diversité des paroles de la ville, académiques, artistiques ou citoyennes – et ce que nos méthodes d’enquête peuvent en dire et en réfléchir, de l’étude littéraire au traitement automatique des langues en passant par le dessin d’architecte ou la création littéraire.

Un titre simple suffisait dès lors, pour cette 1ère JE : « Paroles de villes I ». Parce qu’il y en aura d’autres, déjà ; et aussi pour réaffirmer l’intérêt commun que nous avons défendu pour monter ce programme financé par l’I-Site :

« identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique (…) clarifier, non seulement l’imaginaire, mais le sentiment futuriste. »

Nous voulons rester vigilants face à la consigne d’excellence de cette structure de financement, que nous voulons investir pour redistribuer ses moyens à tous, et non pour nous les accaparer en petit comité. C’est dans cet esprit que nous avons joué le jeu de l’I-Site. Veut-il favoriser l’interdisciplinarité et la dimension internationale ?

Parvis rassemble et donne la parole à des littéraires, des musiciens, des architectes, des géographes, des linguistes, des ONG et des collectifs citoyens ;

Parvis accueille, pour sa première journée d’études, des collègues, des étudiants, des artistes et des participants de France, de Finlande et de Belgique.

Les travaux et les paroles sont ouvertes.

Image: Hervé Disy pour Parvis


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search