Séminaire Parvis – 16 janvier 2020

Séance animée par le groupe STORYTELLING (Soline Nivet, Guillemette Morel-Journel et Federico Ferrari) en collaboration avec le séminaire de master Learning from Paris (enseignante responsable : Soline Nivet)

Lieu : École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais (ENSAPM)

La matinée de séminaire débute par une présentation de la journée par Guillemette Morel Journel auprès des divers publics présents : étudiants du séminaire « De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet : Learning from Paris » d’initiation à la recherche de master 1 de l’Ensa Paris-Malaquais et des membres de PARVIS. Les deux enseignantes du groupe STORYTELLING explicitent les objectifs du programme de recherche PARVIS, sa démarche pluridisciplinaire, son cadre de financement (label I-SITE) et son carnet de recherche puis tour à tour les membres de PARVIS se présentent ainsi que les intervenants du séminaire invités par le groupe « Storytelling ». Perspectivistes, ils produisent des images d’architecture en vue d’illustrer un projet:

– Paolo Battistel, perspectiviste 3D, Pyralis : https://www.pyralis.fr/ – Vladimir Jamet, Artefactorylab : https://www.artefactorylab.com/ – Catherine Simonnet, architecte graphiste – Loukat http://www.loukat.fr/ Durant la séance chaque perspectiviste va présenter ses travaux.

1ère intervention : Paolo Battistel

ll est architecte de formation, son travail est de donner à voir les projets architecturaux pour les décideurs (élus et maîtres d’ouvrage) qui ne sont pas architectes. Les images qu’il produit doivent susciter le désir. Paolo Battistel expose et commente des images réalisées dans le cadre de son travail à l’agence Pyralis. Il produit principalement des images pour des projets de logement en Ile-de-France. Quatre images de lotissement sont projetées. Une récurrence est relevée: l’omniprésence de la végétation. Le contexte urbain des projets architecturaux est effacé, on relève une tendance à la ville-forêt. Plus il y aurait de vert sur une image plus elle aurait de chance de remporter le concours d’architecture.

Crédits : Pyralis

Sur l’image pour un EHPAD (ci-dessous), Paolo Battistel insiste sur l’omniprésence du motif végétal. Selon lui, le cahier des charges d’un véritable EHPAD n’est pas respecté, il y a très peu de réflexion sur l’espace public dans les EHPAD ; l’image montre une sorte de jardin d’Eden verdoyant avec un ciel très bleu. Paolo Battistel insiste sur l’injonction à la végétation, au luxuriant, à évacuer le contexte (minéral, météorologique..) et ainsi à oublier l’objet même des images : le bâti, l’architecture, le matériau. L’image n’est là que pour vendre et esquisse le projet d’un point de vue volumétrique. Il réalise des images pour le compte des différents acteurs de la production de la ville (collectivités, promoteurs, architectes) : pour vendre il faut aller jusqu’à fausser la réalité, évacuer l’urbain qui serait synonyme de saleté. Il se dégagerait une obsession pour le parc, le jardin, la forêt. La ville serait désirable ainsi, le vert serait gage de résilience. L’évitement d’une réflexion de fond sur l’architecture serait corrélé au contexte de fabrication de ces images : les concours.

Crédits : Pyralis

Soline Nivet rappelle que le projet doit illustrer l’image : il s’opère presque une inversion illustrant/illustré, entre le projet et l’image, le projet illustre l’image et non le contraire ; cette inversion remonterait aux années 2000. Le point bloquant de cette fabrique d’images c’est son destinataire ; ces images sont produites pour être sélectionnées dans le cadre de concours et les jurys ne sont pas des architectes, mais des élus, des habitants… Ces images ne visent aucun réalisme mais donnent des indications volumétriques pour vendre des espaces constructibles. Soline Nivet formule l’hypothèse suivante : l’image a pris le pouvoir sur le projet architectural grâce à de nouveaux outils de représentation.

2ème intervention : Vladimir Jamet

Il est diplômé de l’école d’architecture de Nantes et travaille pour l’agence ArtefactortyLab, spécialisée dans la représentation de projets en architecture, urbanisme et paysage. Pour être au plus proche de la réalité du contexte de construction son agence photographie les lieux du projet futur. V. J. rend compte des ses techniques personnelles pour produire ses images ; il se raconte une histoire. Le récit peut amener une image, il tisse ce récit en conservant le contexte du site sur lequel le projet est porté. Vladmir Jamet témoigne comme Paolo Battistel de l’injonction au végétal, à l’ambiance sous-bois. Il souligne un leurre d’échelle, avec la végétation au premier plan qui est souvent exagéréé. Dans le travail sur le projet Eda, pour la consultation « Inventons la Métropole du Grand Paris ». le protocole consiste, dans un premier temps, à photographier le site à l’aide d’un drone ; puis la photo est travaillée sur un logiciel de modélisation. L’image d’origine est lissée, on enlève ce qui pourrait détourner le regard du projet immobilier, on ajoute du soleil et de la végétation.

3ème intervention: Catherine Simonnet

Catherine Simonnet commence sa présentation en expliquant que l’image d’architecture a pris progressivement beaucoup d’importance, dans le passé le dessin était prééminent. Elle revient sur les évolutions techniques du métier, notamment le passage au numérique qui a transformé la profession.

1. Projection des images ci-dessous pour le concours international du réaménagement du site Tour Eiffel – Champ de Mars, elle a travaillé avec des urbanistes et des paysagistes. Elle affirme ainsi que le vert n’est plus à débattre dans les images d’architecture et d’urbanisme : le vert est un stéréotype, ce qu’elle nomme « une vision forestière ».

Crédits : Loukat
Crédits : Loukat

2. Projection et commentaire d’une commande du Koweït, le projet est de représenter une ville de deux ou trois millions de personnes en plein désert. L’injonction au vert est la même, bien que le contexte soit celui d’un climat désertique.

3. La consultation « Les routes du Grand Paris » soulève notamment la question de l’autoroute urbaine. L’objectif est de transformer le périphérique en boulevard. (voir images ci-dessous)

Crédits : Vincent Pfrunner
Crédits : Loukat
Crédits : Vincent Pfrunner
Crédits : Loukat

Toujours la même dynamique de végétalisation, ici les voies métropolitaines du Grand Paris. Le périphérique se transforme en un boulevard urbain. Les personnages sont présents simplement comme indicateurs de l’échelle. Les personnages sont lissés, stéréotypés et répondent à des codes de beauté très normés (minces, valides) et à des normes ethniques occidentalo-centrées. C. S. explique ainsi qu’elle a une bibliothèque de personnages pour chacun de ses clients architectes, mais tous ont pour leitmotiv une uniformisation des corps et des allures. Les personnages sont présents pour enclencher une narration commente Soline Nivet.

4. A partir de la photographie de Vincent Pfrunner du viaduc de Genevilliers, (images ci-dessous) le travail du perspectiviste a lissé le contexte, effacé les graffitis, l’objectif étant de ne pas perturber l’attention, de rester dans l’enjeu de l’image : la perception spatiale et le volume. La sensation de l’urgence dans laquelle le travail de fabrication de l’image est soulevée, l’image dit le temps dans lequel elle a été produite, le collage est perçu.

Crédits : Vincent Pfrunner
Crédits : Loukat

Une discussion collective s’engage autour de la dimension très stéréotypée des diverses images issues du travail des trois perspectivistes qui ont pris la parole. Une hypothèse est formulée par Soline Nivet : le stéréotype serait recherché pour créer un mur d’images avec les mêmes variables visuelles. Le contexte de production des images accroît cet effet d’univers iconographique lissé et pléthorique : le concours. Les projets sont des produits soumis à une compétition très forte, l’objectif est de gagner pour vendre le projet architectural. Personne n’est dupe de l’artificialité et de l’uniformisation des contenus de ces projections architecturales futuristes car la finalité est commerciale ; au fond, il s’agit d’un mensonge partagé. Seules certaines agences de niches s’autorisent à sortir des représentations de futurs radieux (le cas de MIR est cité). Soline Nivet rappelle que le corpus d’étude pour PARVIS est précisément l’image commerciale, l’objet de l’étude est d’observer et produire un discours critique sur ces images de commande et de défricher les récurrences : la présence du végétal, l’esthétique du sous-bois.

Simon Bréan, membre de PARVIS, intervient pour questionner la portée idéologique sous-jacente à ces représentations iconographiques. Les images produites et commentées par les perspectivistes relèveraient, selon lui, non pas du récit mais de « l’expérience de pensée » pour proposer une vision dans un protocole de concours bien défini. Leur objectif est la clarté de la présentation et non de raconter une histoire, bien qu’elles aient un potentiel narratif mais celui-ci est avorté par une multitude de processus (anonymisation des personnages, uniformisation de l’esthétique). Simon Bréan partage son interrogation sur la capacité de ces expériences de pensée à être traversées par des questions idéologiques et sociétales. Pour les architectes, la prospective n’a pas pour vocation de prédire les usages et ses potentielles défaillances mais d’esquisser une promesse dans une approche publicitaire.

Après-midi 14H30- 16H

– Journée d’étude du 12 février 2020

Présentation par Nadège Pérelle. du programme de la première journée d’étude de PARVIS qui a lieu le 12 février 2020. Discussion et transformation des titres des cinq sessions, les titres sont allégés pour les rendre plus percutants. Réflexion de manière collégiale sur les réseaux à inviter à cette journée et les leviers du point de vue de la communication. La dernière session est à fabriquer avec le Groupe Modèle à propos du corpus à soumettre au TAL, il s’agirait d’un atelier PARVIS ouvert au public.

Sami Cheikh Moussa présente les choix d’intervenants envisageables pour la session « Paroles citoyennes et imaginaires urbains ». Le choix des intervenants est ouvert au débat : deux figures des gilets jaunes Priscilla Ludowski et François Bouleau, une personne de la Convention Citoyenne pour le Climat ou un.e représentant.e de l’Institut des Futurs souhaitables (https://www.futurs-souhaitables.org/). L’Institut des Futurs Souhaitables fait consensus car mobilise des questions communes à PARVIS.

Catherine Dominguès et Olivier Bonin du groupe « Modèle » décrivent les corpus susceptibles d’être pertinents à étudier. Un corpus d’un million de mots pourrait être pertinent. Olivier Bonin propose en matière de littérature : les classiques de littérature générale de référence de la fin du XIXe et le début du XXe et les classiques de science-fiction dans lesquels la ville apparaît, des climate fictions. En matière de contributions citoyennes, Sami Cheikh Moussa peut mettre à disposition des textes de forums dédiés aux problématiques urbaines et climatiques, les textes des réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram) en cherchant certains mots-clés liés aux problématiques de PARVIS. En matière de discours politiques : des textes de parlementaires, un guide de mesures qui été rédigées par 48 organisations  (Alternatiba, Enercoop, Emmaüs, Greenpeace, le MES…) et par une consultation citoyenne qui a abouti à la rédaction de 32 mesures restituées dans un guide.

– Appel à candidatures d’écrivain.e.s pour la résidence en recherche-création

Virginie Tahar présente les quatorze candidatures reçues jusqu’alors, quatre d’entre elles pourraient remplir les critères. Une récurrence est relevée : des profils académiques avec une ou deux publications. Les candidatures écartées d’emblée sont celles manifestant des problèmes de langue, des parcours trop académiques, des activités et projets pouvant concurrencer la bonne tenue de la résidence ainsi que des dossiers ne ciblant pas clairement les problématiques de PARVIS.


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search