Séminaire Parvis – 18 mars 2020

Le séminaire PARVIS du 18 mars, qui devait se tenir à l’Ecole d’Architecture de la Ville et des Territoires / univ. Gustave Eiffel, a bien évidemment été reporté en raison de l’urgence sanitaire et du confinement strict décrété le 15 mars.

Ce n’est que partie remise! Le sujet de cette séance reste le bidonville et l’habitat précaire, dans les représentations du grand public et dans les pratiques des architectes.

Je poste ici quelques-uns des documents que nous avons prévu d’y commenter, discuter, prolonger et croiser avec ceux que l’équipe « Slum city » a dans ses dossiers.

Bande dessinée: Le Grand Mort

Dans un cycle de bande dessinée récent, Le grand mort de Loisel, JB Djian, Mallié et Lapierre (Glénat / Vents d’Ouest, 2007-2019), l’habitat précaire construit une intrigue d’effondrement. Le héros arrive de Bretagne et on découvre le parvis de la gare Montparnasse par son entremise mais pas par ses yeux (vue de haut). Le bidonville se lit en même temps que le manège cassé, les pigeons de l’avant-plan sont dans l’ombre, ressemblant ainsi à des corbeaux, de connotation malheureuse.

Le Grand Mort de Loisel, JB Djian, Mallié et Lapierre (Glénat / Vents d’Ouest, 2007-2019), tome 2, planche 31.

Plus loin, une scène connotée tout autrement, où l’habitat précaire bouchant la place Denfert-Rochereau construit des connotations positives. Sans surprise (mais pas sans lassitude), ça passe par des stéréotypes de genre: la scène est vue à hauteur de femme, éclairée comme par un soleil doux, les oiseux sont tous blancs, les femmes et les enfants la peuplent, dans des occupations de type domestique, et au loin le héros, indistinct mais qu’on reconnaît à son blouson orange, demande un jambon-beurre. La douceur du foyer en régime bidonvillesque.

Le Grand Mort de Loisel, JB Djian, Mallié et Lapierre (Glénat / Vents d’Ouest, 2007-2019), tome 2, planche 38, case 1.

L’exemple de cette BD semble assez typique d’un imaginaire dominant du bidonville et de l’habitat précaire comme « catastrophe urbaine » (et le recours aux stéréotypes de la « douceur du foyer » sont renforcés comme pour en compenser les aspects négatifs).

Arts plastiques: Ian McQue

Effet complètement différent dans une œuvre comme celle de Ian McQue, artiste qui expose ses créations sur Twitter, par exemple celle-ci, où les schèmes de la ville traditionnelle (hauts immeubles en pierre, arches surplombant les rues) sont mêlés à ceux du bidonville en une sorte de fabrique de la ville imaginaire.

https://twitter.com/ianmcque/status/1238426014696591361

Il me semble qu’il faudrait réfléchir à ce qui est obtenu grâce aux contrastes, dans cette image. Ces derniers ne fabriquent pas du délabrement, comme dans la BD; ils fabriquent plutôt de l’imaginaire. Si cette hypothèse est juste, elle permettrait de comprendre pourquoi ses admirateurs rapportent souvent au cyberpunk cette photo célèbre de Paul Tsui qui représente le Grand Lisboa Hotel de Macao sous un angle partiel et insolite en arrière-plan d’une rue d’immeubles moins futuristes:

https://twitter.com/Luke_who_/status/1208293667934474242

Le travail interdisciplinaire permet de nourrir la réflexion sur ce que l’habitat précaire permet de construire en termes de figures, symboles, mondes imaginaires. Dans la pratique des architectes, on distingue deux grandes familles de travaux sur les bidonvilles.

Une première famille se concentre sur le relevé des modes de vies et d’habiter, dans une approche qui mêle ethnologie et outils classiques du relevé architectural (plan, coupe, axonométrie). Une seconde approche propose d’intervenir physiquement dans les bidonvilles, dont les modes de vies, les techniques constructives et d’organisation deviennent alors les sources d’un imaginaire architectural, ou un terrain d’expérimentation propice à de nouvelles formes ou pratiques.

Le relevé des modes de vies dans les bidonvilles marque une évolution importante dans la prise en compte du bidonville en tant que phénomène urbain à part entière autant que comme entrée dans l’imaginaire des architectes.

Kon Wajiro

Au début du 20ème siècle au Japon, Kon Wajiro enregistre les transformations de Tokyo et invente un mode d’enquête qu’il nomme « modernologie ». Il collecte autant les plans de maisons, leurs mobiliers, les objets, que les coupes de cheveux, les différents types de repas ou encore le nombre et les positions des sans-abris d’un quartier.  En 1923, à la suite d’un important tremblement de terre, Wajiro est missionné pour enquêter sur les modes d’habiter et les constructions réalisées par les habitants des zones touchées.

Image 1 : Kon Wajiro – Retrospective (Seigensha Art Publishing, 2011, p.144)
Image 2 : Kon Wajiro – Retrospective (Seigensha Art Publishing, 2011, p.145)
Image 3 : Kon Wajiro – Retrospective (Seigensha Art Publishing, 2011, p.145)

Le groupe d’Alger

Lors du 9ème Congrès international d’architecture moderne en 1953, le groupe d’Alger auquel participe Roland Simounet (qui deviendra un architecte français connu) étudie le bidonville de Mahieddine à travers une grille d’analyse allant des constructions aux pratiques de l’hygiène, en passant par les espaces collectifs.

Image 4 : Roland Simounet, Grille du Groupe CIAM Alger, CIAM 9, 1953-1954
Image 5 : Roland Simounet, Grille du Groupe CIAM Alger, CIAM 9, 1953-1954 (extraits)
Image 6 : Roland Simounet, Grille du Groupe CIAM Alger, CIAM 9, 1953-1954 (extraits)

Le concours International Architectural Foundation (1976)

A l’occasion de la première conférence Habitat organisée par les Nations Unies en 1976 sur les établissements humains, un concours international est organisé par l’International Architectural Foundation de New York pour contribuer par des projets d’architectes à l’évènement. Manille est choisi comme terrain du concours, du fait de la volonté annoncée du régime philippin de concrétiser les propositions. Les résultats seront publiés dans un numéro de la revue Architectural Record et feront l’objet de débats et de contestations.

Image 7 : Patrick Crooke, The Tondo Foreshoren a squatter slum in Manila, Architectural Record n°5 May 1976, couverture.

Le projet lauréat est celui d’un jeune architecte australien Ian Athfield qui réinterprète la structure des bidonvilles existants tout en organisant le futur bidonville par une enceinte épaisse abritant des espaces de travail pour les habitants. Des équipements énergétiques autonomes donnent accès à des douches, toilettes, compost, ou encore électricité.

Image 9 : Ian Athfield, Winind Design, Architectural Record n°5 May 1976, p. 121.

Le second projet propose un module minimum préfabriqué à déployer progressivement en fonction des arrivées. Ici, l’imaginaire architectural de la standardisation trouve une application dans le relogement d’un bidonville.

Image 10 : Takagi Design Associates, Second Prize, Architectural Record n°5 May 1976, p. 129.
Image 11 : Takagi Design Associates, Second Prize, Architectural Record n°5 May 1976, p. 124-125.

Wang Shu

En 2016, Wang Shu, architecte chinois mondialement connu expose lors de la Biennale d’Architecture de Venise un projet pour  la ville de Hangzhou intitulé « Diminishing Land : How to legitimize spontaneously build illegal structures in the city by means of design ». Le projet prend comme point de départ une étude approfondie des modes d’installations informels et des solidarités entre les ouvriers venus massivement de la campagne pour travailler dans les industries et hébergés dans des logements ouvriers. Ce projet a lieu à un moment d’expansion de la ville, qui détruit ces quartiers ouvriers pour les remplacer par des logements plus chers. Ce projet est réalisé par des étudiants. Il rassemble les deux approches énoncées plus haut, en fondant la démarche sur une analyse approfondie des aménagements spontanés du quartier avant de proposer des projets de transformation ou d’augmentation des espaces informels.

https://youtu.be/80_mFbGcZ6Y
Amateur Architecture Studio, Diminishing Land – How to « legitimize » spontaneously build illegal structures in the city by means of design, FREESPACE, 16 Biennale d’Architecture de Venise, 2018

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search