Séminaire clôture Parvis I – 26 juin 2019

26 juin 2020 – séance en ligne sur Zoom

Ouverture de la séance par Virginie Tahar maîtresse de conférences en littérature contemporaine à l’UGE et responsable du volet recherche-création du projet PARVIS. Ce séminaire a pour vocation d’amorcer les projets de recherche-création de PARVIS. Il s’agit de la première séance depuis la crise sanitaire du printemps 2020. Le séminaire clôt la première année de PARVIS et ouvre des perspectives et projets pour la deuxième année et ce sur trois champs :

  • Le groupe MODELE et ses premiers résultats sur un corpus de textes de fictions urbaines (romans urbains canoniques, science-fiction et fictions climatiques).
  • La lancement de la recherche-création avec une contextualisation des enjeux de la recherche-création dans PARVIS, la recherche-création en musique, le projet de recherche-création du groupe SlumCity, une carte blanche pour l’auteure en résidence.
  • Une conclusion de la directrice du programme sur le bilan de l’année et les perspectives de travail à venir.

Groupe MODELE : Nommer les lieux, décrire l’espace (Catherine Dominguès et Olivier Bonin)

Catherine Domingues, rappelle le contexte de recherche du groupe MODELE : analyser un corpus de science-fiction et de fictions climatiques avec une recherche thématique en lien avec l’espace. Le domaine d’étude dans lequel s’inscrit ce travail est celui du traitement automatique des langues (TAL) et de la géographie. Le corpus est interrogé sur deux aspects. D’une part sur la façon dont les lieux sont décrits et d’autre part sur la présence d’espaces urbains. Les questions thématiques sont traduites en hypothèses linguistiques et sont testées par la suite. Le corpus contient vingt-sept romans.

Diverses questions sont posées pour sonder le corpus : les textes se ressemblent-ils du point de vue du lexique, y a-t-il du vocabulaire rare?

L’objectif est de chercher s’il existe des corrélations entre les textes du corpus en analysant le vocabulaire. La méthodologie est explicitée dans l’extrait sonore suivant :

extrait-1-modele-Catherine Dominguès-méthodologie analyse du corpus

Catherine Dominguès présente une liste de mots liés à la localisation (ex : allée, artère..) et à l’habitation (abri, appartement, étage..) ainsi qu’un inventaire de prépositions et adverbes spatiaux (ex : bas, en bas, haut…). Avant de chercher ces éléments dans le corpus il est nécessaire d’évacuer les potentielles ambiguïtés, il s’agit d’identifier les contextes des emplois et de rechercher des formes qui correspondent au vocabulaire thématique. Catherine présente les termes de vocabulaire sélectionnés qui correspondent aux thématiques de recherche (localisation, habitation, spatialité) dans chacune des œuvres.

Vocabulaire des thématiques – Groupe MODELE
Vocabulaire des thématiques – Groupe MODELE

Catherine Dominguès livre les premiers résultats numériques dans l’extrait sonore suivant :

Extrait-2-modele-Catherine Dominguès-éléments numériques sur le corpus

Catherine Dominguès laisse la parole à Olivier Bonin qui poursuit la communication sur l’analyse factorielle des correspondances (AFC). Il s’agit d’une méthode descriptive pour analyser les tableaux de fréquence. La méthode d’analyse utilisée a pris en compte les emplois rares ainsi que la longueur des textes. Le premier phénomène analysé (à voir sur le graphique ci-dessous) concerne les romans urbains classiques excluant la science-fiction et les fictions climatiques; par exemple Mrs Dalloway de Virgina Woolf, Ulysse de Joyce, Le Grand Incendie de Londres de Jacques Roubaud) qui ont été dans un premier temps volontairement intégré dans le corpus pour donner à voir le contraste mais qui dans un deuxième temps ont été retiré de l’analyse précisément à cause de la trop grande dissemblance avec les œuvres de science-fiction et de fictions climatiques du point de vue du vocabulaire.

Sur le graphique ci-dessous les textes de littérature classique sont retirés de l’analyse. Plus un texte est éloigné du centre de la représentation graphique plus il est atypique dans l’utilisation du vocabulaire (ex : IGH de James Graham Ballard).


Un deuxième plan factoriel ajoute les lemmes liés aux divers titres du corpus qui contribuent le plus à différencier les textes : IGH de James Graham Ballard (hall, ascenseur, coursive, immeuble, appartement, balcon); Exodes de Jean-Marc Ligny (clôtures, traverses, routes) dans la trilogie climatique de Kim Stanley Robinson, peu de mots liés à l’urbain sont recensés. Les œuvres au centre du graphique ne présentent pas d’usages atypiques du vocabulaire sondé.


L’objectif du nuage ci-après est de trouver les éléments nominaux qui situent la spécificité du vocabulaire. Le graphique ci-dessous révèle une distinction entre les noms faisant référence soit à l’intérieur, soit à extérieur.

Dans le cadre de l’analyse des lemmes verbaux (présents ci-dessous), des romans au centre lors de l’analyse nominale, se retrouvent en périphérie. Parmi les lemmes verbaux relevés se dégage une isotopie du mouvement : “expédier”, “dépêcher”, “amener”, “envoyer”, “emporter”, “rejoindre”, “rapprocher”, “promener”.

Le groupe MODELE conclut en détaillant ses projets pour la suite. Tout d’abord avec le groupe SlumCity un projet de cartographie sensible, la conceptualisation d’un sujet de stage de Master 2 avec l’axe recherche-création ainsi que le développement et l’affinement du corpus en explorant la dimension sensible de la ville.

Un aspect méthodologie, concernant les biais de tradcution a fait l’objet d’une discussion à la suite de la communication du groupe MODELE.

extrait-3-MODELE-discussion-traduction-

GROUPE CREA : Les enjeux de la recherche-création dans PARVIS (Virginie Tahar et Guillaume Dupetit)

Au sein de PARVIS l’axe recherche-création repose sur trois volets :

  • une résidence d’écriture de quinze mois remportée par Adèle Gascuel;
  • une démarche musicale avec la création d’une œuvre par des enseigants.es-chercheur.ses en musique qui ont une pratique artistique;
  • un projet de représentation des bidonvilles par le groupe “SlumCity”.

Virginie Tahar, responsable du volet recherche-création du projet propose en préambule une contextualisation sur la création littéraire et artisique à l’Univeristé, s’appuyant notamment sur l’étude de Violaine Houdart-Mérot La Création littéraire à l’Université (PUV, 2018).

extrait-4-recherche-création-Virginie-Tahar-contexte

Virginie Tahar dirige ensuite sa présentation sur la recherche-création à l’Université Gustave Eiffel qui a intégré cette démarche au sein de divers parcours et formations. Un faisceau d’éléments l’atteste : des ateliers d’écriture au sein des formations de Lettres, la création d’une licence “Lettres, création et numérique” en 2012 et enfin le point culminant de cette coexistence de la recherche et de la création au sein de l’université se cristallise en 2015 avec la résidence de Frédéric Forte qui participe à des programmes de recherche et intervient dans divers disciplines. Symétriquement, au sein des écoles d’art la recherche s’est immiscée depuis la mise en place des accords de Bologne et de son système LMD (cf. Revue Hermès n°72, “L’artiste un chercheur pas comme les autres”, 2015). Ce développement permet d’expliciter les spécificités de la recherche-création au sein de Parvis dont la démarche est atypique au sein du paysage de la recherche-création. Virgine Tahar inventorie quelques exemples dans l’extrait ci-dessous :

extrait-7-exemples-de-recherche-création-en-littérature-Virginie-Tahar

La recherche-création au sein de Parvis se décline autour d’une modalité d’immersion d’une écrivaine et de créateurs.trices au sein du projet. Ce dispositif d’immersion se déclinera de multiples manières notamment en interaction immédiate entre la création et la recherche lors d’évènements scientifiques, par l’alimentation d’un carnet de recherche pour rendre compte des processus de création, et enfin par la production d’une œuvre littéraire issue de cette immersion. La recherche-création au sein de Parvis est appréhendée comme un va-et-vient, avec l’idée que la création va stimuler la recherche et réciproquement la recherche stimuler la création. Cette démarche est envisagée comme un processus dynamique au long cours avec une dimension collective et interactive permettant de diffuser des connaissances et d’en créer dans un autre cadre que celui de l’écriture académique.

Guillaume Dupetit responsable du volet recherche-création en musique prend la suite de la présentation en contextualisant la recherche-création dans la discipline musicale en France et à l’international. La recherche-création en musique est héritière d’une longue histoire et du développement d’outils technologiques (notamment l’IRCAM : Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique qui est un centre français de recherche scientifique, d’innovation technologique et de création musicale). Comme en littérature, la recherche-création en musique connaît une situation beaucoup plus favorable outre-Atlantique, preuve en est avec la création de l’OICRM à l’Université de Laval : l’Observatoire Interdisciplinaire de Création et de Recherche en Musique (http://oicrm.org/). Le projet de recherche-création de Parvis s’en inspire dans certains aspects en cherchant à développer les atouts de l’interdisciplinarité, à favoriser la diversification des pratiques ainsi que l’accroissement et la circulation des savoirs. Guillaume Dupetit développant ainsi les relations de fractures et en même temps de perméabilité entre recherche et création en musique :

extrait-5-recherche-création- fractures et perméabilité -Guillaume-Dupetit

Guillaume Dupetit expose subséquemment les travers et écueils possibles de la recherche-création à partir d’un ouvrage de Sophie Stévance et Serge Lacasse : Les enjeux de la recherche-création en musique : Institution, définition, formation (2014). Guillaume Dupetit s’appuie sur cette recherche et en détaille les conclusions essentielles :

extrait-6-Stévance-et-Lacasse-Les-spécificités-de-la-recherche-création

Guillaume Dupetit conclut sur la nécessité de réfléchir au processus de recherche et création, sur la position de parvis et sa légitimité.

GROUPE CREA : La recherche-création en musique (Eleni-Ira Panourgia et Guillaume Dupetit)

Eleni-Ira Panourgia, ATER à l’UGE et membre du volet recherche-création en musique explore le paysage sonore et le design d’espace et définit dans un premier temps la notion de paysage sonore. Le paysage sonore vient du syntagme anglais “sound-landscape” renvoyant aux sons de la vie quotidienne comme paysage sonore;

Guillaume Dupetit introduit la notion d’écoute fictive, il s’agit d’une écoute qui peut être dirigée par l’évènement sonore qui est en train de se passer. Cette écoute est multidimensionnelle et multi-sensorielle. L’écoute fictive permet d’envisager des paysages sonores recomposés. Les paysages sonores alternatifs sont à l’oeurve dans les processus experimentaux et retranscris auprès des étudiants ou des communautés.

L’écoute fictive permet de redéfinir des paysages sonores eux aussi fictifs. Cette notion d’écoute fictive est étroitement liée au concept de “fiction sonique” concept forgé par le chercheur Kodwo Eshun dans More Brilliant Than the Sun: Adventures in Sonic Fiction (1998) : “Une capacité des artistes à inventer des mondes fantastiques et virtuels chargés de références construisant les mythologies musicales qui hantent toute la musique de la fin du Xxe siècle.” Ces fictions soniques sont constitués à partir d’une modification d’un état réel des choses et cette modification permet une transformation du paysage que l’auditeur traverse.

GROUPE CREA – Méthdologie appliquée par le groupe CREA pour le projet de recherche-création

Le groupe recherche-créa en musique intervient sur une transformation qui va se faire dans la reproduction. La démarche consistera à capter un son environnemental, l’intégrer et le modifier, dès lors l’expérience de l’écoute sera différente et modifiée. La méthodologie présentée ci-dessous a été utilisée dans le cadre du cours “Espace sonore” de la troisième année de licence de musique de l’UGE lors de séances de « Field recording » (extrait à écouter ci-dessous) et sera à l’œuvre lors d’un travail de recherche-création il se décline en trois étapes détaillées ci-après.

GROUPE CREA – Eleni-Ira Panourgia
extrait-7-field-recording Groupe CREA

Les étudiant.e.s du cours “Espaces sonores” ont ensuite effectué un travail de transformation du paysage sonore en s’inspirant des travaux de Sarah Pinke dans “Recycling traffic noise: transforming sonic automobilities for revalue and well being” Mobilities, 14(2), 233-249. L’étude consistait à recycler du bruit du trafic pour créer des transformations mélodiques, rythmiques et spectrales. L’expérience était menée sur le son en temps réel, ce processus de transformation du bruit a créé une temporalité particulière puisque la transformation a créé un présent parallèle; un son futur subordonné au passé dont il est transformé.

Dans le cadre du cours “Espaces sonores” les étudiants en troisième année de musicologie de l’UGE se sont inspirés de la démarche de Sarah Pinke pour transformer le paysage sonore du parc enregistré auparavant (extrait sonore ci-dessus). Le son étant enregistré place du 11 novembre 1918 à Noisy-Le- Grand près d’une autoroute, une majeure partie du travail de transformation sonore s’est opérée sur la pollution sonore due au trafic, le parc étant situé près du RER et de l’autoroute. La propositon de transformation fut d’infiltrer des sons d’animaux à la place des son urbains.

extrait-8-field-recording-transformé GROUPE CREA

Un deuxième exemple de field recording a consisté à enregistrer des fréquences naturelles. L’enregistrement se concentrant dans ce cas sur les éléments naturels.

extrait-9-field-recording-éléments-naturels GROUPE CREA

A partir de cette expérimentation Eleni-Ira Panourgia propose une problématisation autour de l’immersion sonore dans la ville et notamment concernant les divers usages et pratiques sonores en milieu urbain au cours de l’histoire. Par exemple, les humains préhistoriques utilisaient des techniques de localisation sonore pour échapper aux prédateurs et pour trouver leurs proies.

Eleni-Ira Panourgia formule une série de questions ouvertes pour nourrir la réflexion de recherche-création : Comment créer des espaces avec les sons? Comment réenvisager des espaces existants? Comment utiliser les sons pour montrer les caractéristiques spatiales tels que les volumes architecturaux qui affectent le domaine temporel du son et le domaine fréquentiel? Comment reconfigurer des espaces à partir d’une expérimentation sonore?

Pour exemple, le projet “Sound matter cities” dirigié par l’artiste sonore Francisco Lopez qui, avec d’autres collaborateurs (artistes et compositeurs), a exploré les environnements sonores de plusieurs villes et généré des banques sonores partagées entre les différents collaborateurs afin de créer des collages présentés dans un ensemble multicanal et immersif. L’objectif était de créer une nouvelle ville virtuelle sonore. (http://www.franciscolopez.net/smc.html). Ci-dessous l’extrait d’une pièce proposée par Annie Mahtani intitulée Shadows : http://www.audiobulb.com/albums/AB023/Annie_Mahtani-Shadows-preview.mp3.

Une dernière partie de la communication assurée par Guillaume Dupetit se concentre sur l’immersion sonore qui marque une transformation majeure du processus d’écoute. Divers dispositifs émergent afin de croître l’offre d’écoute immersive (réalité virtuelle, applications radiophoniques etc.). Le son binaural est un exemple de technique qui permet l’immersion sonore car le binaural consiste à enregistrer le son comme si l’on était dans une position subjective d’écoute, la prise de son exige une attention particulière sur la subjectivité de l’écoute.

Question conclusive de Guillaume Dupetit à l’aune du projet de recherche-création au sein de PARVIS : Que faire des ces environnements sonores ambisoniques (3D) quand ils sont pensés en tant que tel, en temps réel in situ?

GROUPE SLUM : Manuel de transformation du bidonville (Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti)

Pascale Joffroy dresse le constat suivant en préambule : le bidonville est un sujet assez peu présent dans l’iconographie contemporaine de l’architecture. Les projets sur le bidonville sont singulièrement muets aujourd’hui, particulièrement quant aux évolutions possibles de cette forme bâtie. Pascale Joffroy souligne que l’on peut s’étonner de cette observation car les quartiers informels couvrent un tiers de la superficie des villes dans le monde. Ceux-ci ont certes des défauts mais ont aussi des qualités. Par exemple le fonctionnement collectif, les communs, les géométries fluides, la mixité travail-habitat, le mode de construction artisanal, l’auto-production et l’auto-gestion du construit, le réemploi, etc. A partir de ce bref état des lieux du bidonville Pascale Joffroy expose le projet de recherche-création du groupe SLUM :

extrait-10-projet-recherche-création-groupe-slumcity-Pascale-Joffroy

La démarche de recherche-création intégrera du réel et de la fiction. Le groupe s’autorisera à sortir du réalisable pour produire de la réflexion. L’objectif de cette recherche-création est de créer du possible, dans le sillage de la démarche d’écriture d’Ursula Le Guin qui propose au cours d’un entretien à France Culture l’idée d’ “une littérature du possible” ( https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-sf-aux-couleurs-dursula-k-le-guin). c’est-à-dire une littérature qui teste des questions politiques, morales. Le groupe Slum souhaite travailler le possible, passer d’un état d’impossible, car le bidonville aujourd’hui est un impossible et d’y ajouter des éléments de possible. Pascale Joffroy propose un livrable sous forme de manuel :

extrait-11-livrable-recherche-création-slum-Pascale-Joffroy

Jacques Ippoliti donne à voir le terrain de travail du projet de manuel. L’image ci-dessous donne à voir Antony au sud de Paris, ce bidonville se trouve dans le triangle vert entre les réseaux routiers. Il cristallise une multitude de caractéristiques des bidonvilles de la région parisienne. Notamment, le fait qu’il soit construit sur des résidus d’infrastructures. Le bidonville utilise les infrastructures de la ville en s’appuyant sur ses restes.

Antony

Le bidonville d’Antony est composé d’une quarantaine de baraques pour environ 200 habitants. Deux caractéristiques rendent ce bidonville particulier, il est divisé en deux parties, avec un espace bas orienté vers le travail (stockage de matériel, de véhicules) et un espace haut qui concentre les habitations.



Document d’architecture réalisé par le groupe SLUM (d’autres représentations sont en cours : en coupe, en axonométrie)

Les trois photographies ci-dessous sont des premières ébauches pour donner à voir les tensions entre réel et fiction. Le manuel se divisera en différentes thématiques. Un premier axe travaillé sur la première photographie en haut à gauche cherche à mettre en image une réflexion sur les normes incendies ainsi que d’accès à l’eau. Le deuxième montage photographique met en image une manière possible dont le bidonville pourrait aménager son espace pour accueillir une densification. La dernière image donne à voir comment ce bidonville pourrait être considéré comme un nouveau quartier, ce qui passerait par la mise en évidence de services (ex : vente de tabac, salon de coiffure, restauration). L’objectif de ces premiers jets de photo-montage : traduire dans un dispositif d’images les transformations et aménagements possibles du bidonville lui faisant par la-même changer de visage.

Test projet manuel de transformation du bidonville par le groupe SLUM

Carte blanche à Adèle Gascuel sur la résidence d’écriture de Parvis

L’écrivaine en résidence Adèle Gascuel a disposé d’une carte blanche pour sa première rencontre avec l’ensemble de l’équipe. Son texte est en intégralité dans le document ci-dessous et quelques capsules audio du conte performé sont à écouter.

Carte blanche Adèle Gascuel extrait 1
Carte blanche Adèle Gascuel extrait 2
Carte blanche Adèle Gascuel extrait 3
Carte blanche Adèle Gascuel extrait 4
Carte blanche Adèle Gascuel extrait 5

DISCUSSIONS ET CONCLUSIONS

Un premier échange initié par Virginie Frénay de la Maison des écrivains et de la Littérature s’articule autour de la collaboration entre Adèle Gascuel et PARVIS. Irène Langlet propose de sortir des champs universitaires pour trouver des inspirations et des démarches de recherche-création qui pourraient s’approcher de celle imaginer au sein de PARVIS, notamment dans le domaine du “design fiction” ou encore auprès des institutions publiques comme ce fut le cas avec Eau de Paris, qui en juin 2019 organise un atelier d’écriture avec l’écrivain français de science-fiction Jean-Marc Ligny sous forme d’un “Exercice de projection spontanée et création en live d’un synopsis de science-fiction pour Eau de Paris par Jean-Marc Ligny, avec la participation des intervenants et de la salle” (http://www.eaudeparis.fr/fileadmin/contribution/mailing/metamorphose/Programme_metamorphoseII.pdf). Cécile Cuny sociologue et photographe qui mènera un projet d’atelier de fiction radiophonique intervient en défendant que la collaboration entre recherche et création doit se prémunir de définitions rigides et éstime qu’il est cessionnaire d’avoir recours à des épistémologies ouvertes. Cécile Cuny nourrit cette intervention en illustrant d’un exemple d’application pratique : les protocoles de recherche peuvent être utilisés comme protocole de création et inversement la création peut être utilisée comme un objet de savoir.

La directrice du projet, Irène Langlet, conclut sur son rôle et ses attentes dans la dialectique de création et de recherche et rappelle que les créateurs.trices auront pour rôle de heurter les habitudes de recherche et de l’irriguer.


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search