Ville & Cli-Fi

Au cœur du projet (supervision I. Langlet, LISAA UPEM) se tient une étude de la climate fiction (« cli-fi »), sous-genre émergent des fictions spéculatives et d’anticipation qui thématise la transition climatique à travers des scénarios variés : dystopies urbaines, géo-ingéniérie sur Terre ou sur d’autres planètes, survivalisme régressif ou utopique. Comme tout genre littéraire / médiatique (cf. Letourneux, 2017), la cli-fi n’est pas tant à observer comme une batterie de propriétés intrinsèques aux œuvres que comme effet de lecture formulé par une collectivité de lecteurs, qui identifient, à un moment donné et dans un contexte donné, des affinités entre des œuvres, des fictions, des auteurs, des thèmes, et qui établissent dès lors des séries entre ces derniers et un étiquetage (un nom de genre) qui construit à son tour, par effet récursif, un concept générique. En définissant ainsi (à la suite des travaux de poétique générale et de théorie des genres qui font consensus) la cli-fi comme fiction de genre, nous prenons acte qu’il faut y observer non seulement des textes, des films, des jeux, des thèmes, des récits et des histoires, mais une convergence de fonctionnements poétiques et de discours sociaux où tous les acteurs d’un système culturel sont associés dynamiquement et font émerger un imaginaire actif du futur. Les scénarios-catastrophes dialoguent avec les avenirs radieux, les fables post-apocalyptiques résonnent avec des visions positives telles que celles que visent activement les acteurs publics et privés du storytelling environnemental (Ferrari, 2016 ; Brelet et al., 2017).

Ces résonances seront dès lors à explorer aussi à travers les imaginaires dissidents, parfois subversifs, présents dans des discours comme ceux de l’afrofuturisme. La construction d’une cohésion urbaine et la structuration de l’espace par le réemploi, le reconditionnement et toute autre stratégie dite adaptative, comme en témoignent l’Eco Park de Kunlé Adeyemi ou le Lycée Schorge de Diébédo Francis Kéré, nous permettent de repenser les liens entre imaginaires, habitats informels et espaces de médiation.

Image: © Irène Langlet, 2019


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search