La climate fiction aux Future Days

Irène Langlet et Nadège Pérelle ont participé à l’atelier « Mettre en récit la ville » des Future Days : le congrès annuel porté par l’Université Gustave Eiffel sur les villes du futur. Cette quatrième édition était consacrée aux liens entre sciences, politiques publiques et ville. La communication à deux voix « Science-fiction et fiction climatique : nouveaux modèles imaginaires pour la ville futuriste? » dont le texte est reproduit ci-dessous est accessible à partir de la dix-neuvième minute sur le replay du site internet des Future Days en suivant le chemin suivant depuis l’URL : https://www.futuredays.fr/ après s’être inscrit sur la plateforme : 1. Accédez au replay 2. Programme 3. 02 Déc. 4. Atelier « Mettre en récit la ville » 9:00-10:30 5. Accédez au replay.

« Science-fiction et fiction climatique : nouveaux modèles imaginaires pour la ville futuriste? »

La médiatisation de la crise climatique a fait apparaître un nouveau genre littéraire : la fiction climatique. En anglais: climate fiction, ou cli-fi, souvent présentée comme héritière de la science-fiction. Les scénarios de ce genre, ses imaginaires, croisent nécessairement les enjeux de la ville future. La végétalisation par exemple, c’est le motif plus populaire, mais c’est loin d’être le seul. La ville sous dôme, l’arcologie, la bidonville, la ville-archipel… en voilà d’autres exemples.

Le consensus actuel en théorie des genres, c’est 1) qu’ils ne se limitent pas aux propriétés formelles ou thématiques d’un ensemble de textes, ni à une étiquette de marketing ; 2) qu’ils sont définis par des usages et des discours sociaux de toutes sortes ; 3) qu’ils engagent donc des savoirs et des compétences culturelles (de la part des producteurs, des diffuseurs, des consommateurs). À ce titre, l’émergence de la cli-fi témoigne d’une préoccupation, d’une catégorisation, parfois d’un reclassement des anticipations futuristes. Cela prend place dans un ensemble de re/catégorisations savantes ou populaires qui est loin d’être stabilisé : cli-fi, post-apo, solarpunk, écothriller, écodystopie, green fiction, ecofuturism, ecopunk sont mêlés.

Nous allons signaler quelques-uns des motifs urbains présents dans la cli-fi et faire nos hypothèses sur ce qu’ils révèlent comme modèles imaginaires pour la ville futuriste. Nous tenons à vous prévenir que ce sont, dans leur immense majorité, des modèles dystopiques ; si la littérature est parfois vue comme le « laboratoire du futur », il faut se garder d’y voir une fabrique inépuisable d’idées positives. Dans le cas présent, c’est le laboratoire d’analyses médicales d’un corps social malade.

Pour cela, on a tout intérêt à s’appuyer sur une étude de Carl Abbott, historien spécialisé dans l’histoire urbaine: son livre Imagining Urban Futures((Carl Abbott, Imagining Urban Futures : Cities in Science Fiction and What We Might Learn from Them. Wesleyan University Press, Middletown, 2016)) recense 8 types de villes dans la SF.

Un premier groupe concerne la « Techno-Cité » : c’est la ville du futur archétypale de la science-fiction. Elle rassemble un ensemble d’éléments étranges puisant dans les sciences techniques et l’ingénierie (par exemple des objets volants). La « ville-machine » c’est une ville hyperconnectée, façonnée d’artefacts; quant à la « ville volante », elle renvoie à la ville orbitale sur station spatiale. Ces trois villes-types représentent la ville physique comme objet et enjeu des fictions, et Abbott y détecte un imaginaire où le surdimensionnement technique fragilise l’humanité autant qu’elle exalte sa puissance.

La « ville prison » et la « ville-friche» sont deux prototypes fictionnels dont l’enjeu est différent: c’est la ville comme environnement, et non plus la ville comme bâti. Ce sont deux imaginaires du confinement : dans la ville-prison, c’est la fermeture physique, qui développe des psychologies aussi bien que des scénarios carcéraux ; dans la « ville friche », ce sont des scénarios de survie, pour des personnages prisonniers de la misère ou de la précarité, dans des friches illimitées.

Pour la « ville catastrophe », trois types de scénarios dominants : dans l’incendie, Abbott voit l’effondrement de la cité occidentale minée par ses propres contradictions structurelles. Le scénario de la famine est plus conjoncturel : il développe, dans l’après-guerre, la problématique du Tiers-Monde et la hantise de la surpopulation, qui entraîne une crise des ressources (la fameuse « bombe P » pour Population Bomb). Le scénario de l’inondation, le déluge, est le plus proche de notre actualité : Abbott y voit la figure de la globalisation et de la « fluidification », aussi bien de la question technique que de la question humaine et migratoire. Le succès des fictions de montée des eaux s’expliquerait ainsi non seulement par les risques urbanistiques concrètement pressants mais aussi par l’actualité de ces symboles, et leur ancrage dans des mythes religieux très anciens.

La « cité désertée» et la « cité mosaïque » sont deux autres manières de classer les cités futures. La première est une ville de traces, de bribes indicielles d’une civilisation déchue. La seconde est l’expression de l’urbain comme espace d’interactions humaines, d’échanges et de créativité. Bref, de la ville en tant que nexus, en tant qu’espace privilégié de connexions humaines. C’est un prototype plus positif.

Dans les fictions climatiques, la signification des villes futuristes a donc pu changer.  Le végétal, par exemple, est désormais potentiellement porteur de bienfaits, là où la SF classique en faisait un marqueur d’abandon.

La cli-fi recompose notamment un imaginaire que nous appellerons “bipartite”: il s’agit d’une ville bicéphale dans laquelle on trouve un découpage binaire entre une ville, ou une partie de la ville, qui échappe à la catastrophe et l’autre partie de la ville écrasée par les effets des bouleversements climatiques.

Un zonage manichéen de la ville est frappant, avec une esthétique d’habitat dégradé d’un côté et de l’autre une esthétique techno-scientifique, résiliente, qui a construit une frontière technique politique et économique face au désastre climatique. Ce schéma binaire nous semble prototypique des fictions climatiques. En voici deux exemples :

Paolo Bacigalupi auteur américain emblématique du genre publie en 2015, Water Knife dont l’histoire se passe dans un futur proche où le changement climatique a engendré de multiples sécheresses, tempêtes de poussière, et hausses des températures. L’intrigue principale se noue au Sud-Ouest des États-Unis, où la partage des ressources hydriques est une source de conflits politiques et économiques. Il y a une zone protégée, grâce à l’ingénierie techno-scientifique et à la sélection socio-économique, qui s’incarne dans une tour bioclimatique. C’est une arcologie futuriste auto-suffisante et luxueuse pour riches au milieu du désert. La voici :

“L’arcologie Taiyang (…) avec de longs tunnels enfoncés profond dans la terre pour le recyclage de l’air, de nombreux atriums pour la verdure, un traitement de l’eau dernier cri et de la lumière naturelle dans les résidences du complexe.

Angel atteignit le sentier supérieur du parc qui descendait paresseusement en spirales à travers les niveaux. Verdure et humidité, le parfum des agrumes… la sensation était tellement familière qu’Angel soupçonnait Taiyang d’avoir engagé la même agence biotecturale que Vegas. (…), de l’autre côté du verre polarisé, le désert de Sonora brûlait à cinquante degrés. (….) Angel recula et examina l’atrium, vérifia les sentiers de jogging qui serpentaient entre les différents niveaux du jardin, entre les restaurants à terrasse et les cafés.”


Paolo Bacigalupi, Water Knife, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sarah Doke, J’ai Lu, 2016, p. 285

Aux pieds de ce « techno-cocon » se trouve le reste de cette géographie urbaine bicéphale typique des fictions climatiques. Il s’agit d’une zone partagée entre le camp humanitaire bidonvillesque composé de « taudis de bric et de broc » (extrait n°2) et les banlieues résidentielles abandonnées:

“Les banlieues, longue étendue de petits immeubles et de pavillons familiaux abandonnés, drapés de sable, s’effritant dans le bassin désertique. » (extrait n°3).


Paolo Bacigalupi, Water Knife, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sarah Doke, J’ai Lu, 2016, p. 101

Ces deux territoires regroupent des réfugiés climatiques, des travailleurs de l’arcologie et les néo-exclus d’une société cataclysmique. C’est une synthèse de l’imaginaire urbain futuriste dystopique, typique du disaster porn. Voilà comment le roman explique cette expression: la journaliste Lucy Monroe explique que ses reportages sont une « Pornographie du désastre» (p. 199); Toomie, habitant du bidonville, qui a travaillé sur le chantier de l’arcologie Taiyang, dit que: “Tout le Taiyang avait été construit pour le désastre.” (p.136).

Autre exemple chez l’auteur français Jean-Marc Ligny : chez lui, le zonage bipartite est un motif ancien. Dans ses romans des années 80, il est exploité pour exprimer l’exclusion urbaine des banlieues. A présent il est reconfiguré et revivifié dans une trilogie climatique. Exodes, le deuxième volume, date de 2012. On y découvre une Europe dévastée par le réchauffement climatique, et six personnages dans un futur proche (fin du 20è siècle). Des techno-cités sont installées sous des dômes climatisés qui protègent des risques climatiques. Ces villes sont appelées « enclaves »; elles contrastent avec le reste de l’Europe en ruines. La ville de Davos est l’une d’entre elles, choix évidemment connnoté.

(Extrait n°4) “Long de quatre kilomètres et large de sept cent mètres, ancré sur les contreforts des montagnes environnantes, c’est l’un des plus grands dômes d’Europe […] » (p. 15) les entrées et sorties sont contrôlées, une distinction stricte est faite entre outer et inner. Le sentiment d’enfermement domine

“Au lieu de l’apaiser et de l’inspirer comme il l’avait espéré, cette vision le déprime (…) voir à travers le dôme comme sur un écran panoramique géant. Pradeesh a plus que jamais l’impression d’être en cage, à tourner indéfiniment dans la route du samsara.” (extrait n°5).


Jean-Marc Ligny, Exodes, L’Atalante, 2016, p. 332-333

L’extérieur de cette ville-prison est tout aussi caractéristique de l’imaginaire des fictions climatiques contemporaines. L’extra-muros urbain est une zone de chaos :

“Il n’y a pas de ruelles à proprement parler, mais des allées, des sentiers, des passages entre des agglomérats de tentes, bâches, huttes et cabanes de bric et de broc, tenant debout tant bien que mal, rafistolées après chaque tempête. Ca s’étend à perte de vue dans la vallée (…) La puanteur s’exhale des bâches et des tentes, des gens amorphes dans la pénombre, des ruisselets de sanie et d’eau croupie […]” (extrait n°6).


Jean-Marc Ligny, Exodes, L’Atalante, 2016, p. 342-344

Selon nous, la ville bipartite configure, et témoigne de, au moins trois nœuds problématiques de l’imaginaire futuriste urbain actuel en temps de crise climatique.

Premièrement, il exprime le fait que tout le monde n’a pas le même futur. C’est évident, mais pas si fréquemment pris en compte : il n’y a pas un, mais des futurismes. Dans la fiction futuriste actuelle, les techno-cités des arcologies ne sont plus le lieu principal de la fiction comme ce fut le cas dans la SF des années 50 à 80. L’imaginaire inégalitaire est d’ailleurs pour une part un facilitateur d’intrigues, parce qu’il est porteur de scénarios de révolte, de transferts, de passages, beaucoup plus que des fictions post-apocalyptiques où la désolation règnerait partout.

Deuxièmement, l’imaginaire de la ville bipartite dans la cli-fi témoigne d’un accès réservataire à la techno-science. D’abord bien sûr à travers des clivages sociaux internes à la fiction, entre les personnages de l’histoire. Mais aussi à travers les clivages externes à la fiction, qui nous concernent, nous. L’arcologie, le dôme, sont installés dans le roman comme les sciences en général et les sc du climat en particulier : c’est un échafaudage théorique majestueux, puissant, et surtout déjà là : il ne s’agit pas de se les approprier, il ne s’agit pas de raconter leur dynamique scientifique, minutieuse, ardue. Pour le dire autrement, les cli-fi ne sont pas comparables à des romans de hard science fiction: les éléments de la science n’informent pas les ressorts de l’intrigue. A l’image de la paroi du dôme, une sorte de cordon de sécurité est installé, dans la fiction, autour de la science et de l’innovation solutionniste. En termes politiques et éthiques, bien sûr, la leçon est pessimiste : la structuration du roman réside précisément dans le fait que l’immense majorité des personnages ne bénéficient pas de la solution. En termes de création littéraire aussi, ce modèle peut laisser pensive, car il témoigne d’un potentiel assez faible de création narrative.

Enfin cet imaginaire urbain bipartite pourrait témoigner, si l’on reprend les termes de la démonstration de JB Fressoz, d’un imaginaire transitionniste obstiné, de son erreur de raisonnement historique, et de sa problématique sociale majeure (les exclus de la transition).

Un sous-genre de la cli-fi, parfois perçu comme un genre à part entière, a un imaginaire urbain à rebours de cette ville catastrophiste bicéphale : le solarpunk. On y trouve des futurs utopiques, des sociétés décarbonées, des cités bio-inspirées, des ressources énergétiques et matérielles renouvelables. Les racines littéraires du solarpunk remontent à Ecotopia d’Ernest Callenbach publié en 1975 qui révèle une San Francisco zéro carbone, zéro déchet, durable et autosuffisante.

L’œuvre emblématique du genre est New York 2140 de Kim Stanley Robinson, publiée en 2018, qui donne à voir New York après une montée des eaux de quinze mètres. La ville aquatique s’est adaptée. Les New-Yorkais se déplacent par les airs à l’aide de dirigeables, ou par les eaux sur des kayaks, bateaux à vapeur, barques ou gondoles, ; s’alimentent grâce aux produits des fermes hydroponiques et vivent aux derniers étages de tours alimentées par des systèmes énergétiques bio-sourcés : panneaux photo-voltaïques, éoliennes et hydroliennes. Le roman s’ouvre sur la Metropolitan Life Tower submergée dont les toits ont été transformés en fermes urbaines verticales où vivent deux codeurs Mutt et Jeff dont la disparition va déclencher l’intrigue. Robinson imagine une ville évolutive, en constante acclimatation face aux mutations climatiques.

C’est un imaginaire encore minoritaire dans la production de fictions climatiques, issu notamment du Brésil. On recense aujourd’hui deux anthologies de nouvelles, qui ne sont pas encore traduites en français : The Weight of Light1 et Sunvault2. Mais la traduction de New York 2140 vient de paraître chez Bragelonne. Des imaginaires utopiques sont peut-être en train de se structurer.

  1. The Weight of Light: A Collection of Solar Future, Joey Eschrich, Clark A. Miller (eds) , Arizona State University, 2018 []
  2. Sunvault. Stories of Solarpunk and Eco-Speculation. traduit du portugais par Fábio Fernandes, World Weaver Press, 2018 []

Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search