La ville du futur dans la cli-fi italienne

Communication de Lucia della Fontana  “La ville du futur entre local et global dans la cli-fiction italienne”

Encore peu connu, le phénomène de la cli-fiction est pourtant bien présent en Italie où des
écrivains comme Tommaso Pincio, Bruno Arpaia, Paolo Zanotti et Luca Doninelli ont consacré au
changement climatique à caractère anthropogénique [Milner] plusieurs romans : Cinacittà,
Qualcosa là fuori, Bambini Bonsai, Le cose semplici. En situant leurs récits dans le monde d’après
la catastrophe, ces oeuvres s’insèrent à plein titre dans la réflexion sur l’Anthropocène et
décloisonnent le rapport entre la littérature highbrow et la littérature de genre tout comme entre les
disciplines humanistes et le savoir scientifique.
L’intervention se propose de croiser science-studies et environmental humanities afin d’examiner
la place de la ville dans la cli-fi italienne et d’en cartographier les spécificités, organisées autour de
trois pôles : d’une part la tension entre survie de la ville et la menace d’un effondrement, d’autre
part le contraste entre la migration et la dérive identitaire et pour finir la relation entre wilderness et
urbanisation.
Comme le montre Ulrich Beck, le partage du risque peut donner lieu à des manières inédites de
vivre ensemble. En empruntant le concept d’éco-cosmopolitisme forgé par Ursula Heise, nous
verrons comment, dans les quatre romans cités auparavant, des villes italiennes au passé millénaire
telles que Rome, Naples, Gênes et Milan sont transformées par le changement climatique en
redéfinissant le rapport entre global et local.

Bio-bibliogrpahie de l’auteur:

Lucia della Fontana est professeure agrégée et doctorante boursière en études italiennes à
Sorbonne Université. Sa thèse, dirigée par Monsieur Davide Luglio, s’intitule Défi climatique et
urgence de l’engagement. Débat critique et création romanesque dans la culture italienne des
années 2000. Après avoir étudié Cultures littéraires européennes à l’Université de Bologne, elle a
obtenu un Master en Littérature comparée auprès de Sorbonne Université. Elle s’intéresse à l’Anthropocène, au posthumanisme et aux humanités environnementales.


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search