La ville dans Farmer in the Sky de R. A. Heinlein

Communication de Eric Picholle : Farmer in the Sky (1950), ou la ville comme garante de la robustesse d’un écosystème artificiel

Publié en 1950, Farmer in the Sky, de Robert A. Heinlein, apparaît comme l’une des
toutes premières oeuvres de science-fiction proposant une expérience de pensée fondée sur
une science écologique alors tout juste balbutiante. On y assiste, dans une approche aussi
“hard science” que le permet un roman pour la jeunesse, au développement sur Ganymède
d’un écosystème artificiel soigneusement contrôlé.
Le roman intègre également des éléments de fiction climatique : une catastrophe naturelle
privant la jeune colonie de ses dispositifs de régulation du climat, elle sombre en quelques
heures dans un hiver extrêmement brutal.
Au-delà des enjeux politiques et sociaux mis en scène par Heinlein — gestion non
seulement de l’immigration, mais d’une migration climatique massives à l’échelle de la
colonie, dont Farmer in the Sky constitue également un exemple littéraire précoce — nous
nous intéresserons au statut de la ville dans une écologie et une économie de frontière, par
comparaison avec celle de The Moon Is a Harsh Mistress. La concentration de compétences
et de moyens techniques qui la définit est-elle un obstacle à un développement homogène de
l’ensemble du territoire, ou au contraire un gage de robustesse face à une catastrophe
écologique majeure ?
Plus généralement, nous nous interrogerons sur le statut épistémologique d’une telle
expérience de pensée littéraire dans un contexte où la science sur laquelle s’appuie la fiction,
ici l’écologie, est elle-même émergente.

Bibliographie:
Ugo Bellagamba & Éric Picholle (2008). Solutions non satisfaisantes. Une anatomie de Robert A. Heinlein.
Bordeaux : Les moutons électriques éd.
Robert A. Heinlein (1950). Farmer in the Sky. Baen Books, 2009.
Robert A. Heinlein (1966). The Moon Is a Hash Mistress. Hodder & Sloughton ed, 2016.
Trad. française : Révolte sur la Lune, Livre de Poche SF, 2016.
Gilbert Hottois (2012). “Origine et illustration science-fictionnelles de la notion de technoscience”,
in Imaginaires scientifiques & hard science fiction, Nice : Somnium éd., coll. Sciences & Fictions à
Peyresq, 4, pp. 221-240.
Guy Lardreau (1988). Fictions philosophiques et science-fiction. Arles : Actes Sud.
Éric Picholle (2012). “Trois fonctions littéraires de la hard SF : Rupture, transmission et création”,
in Imaginaires scientifiques & hard science fiction, Nice : Somnium éd., coll. Sciences & Fictions à
Peyresq, 4, pp. 97-113.

Bio-bibliographie :

Physicien au CNRS, ainsi qu’anthologiste et novelliste, Éric Picholle est un spécialiste d’optique non linéaire et quantique ; il s’intéresse également à l’épistémologie. Il s’est passionné pour Heinlein, un auteur phare de la SF, à la fois par son influence sur les auteurs qui ont suivi et par son accessibilité au non-initié. Une passion qui lui a valu, en 2009, le Grand Prix de l’Imaginaire pour son essai Solutions non satisfaisantes : une anatomie de Robert A. Heinlein. Il organise depuis 2007 , Les Journées interdisciplinaires sciences & fictions de Peyresq.


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search