Habiter l’Espace : exploration du modèle urbain

Communication de Gatien Gambin « Habiter l’Espace : exploration du modèle urbain dans les fictions du plan B spatial »

Dans son usage de la crise climatique comme levier narratif, la climate-fiction a souvent rendu la Terre inhabitable au point de forcer l’humanité à repenser son habitat. Des oeuvres comme La Cité Saturne1, Shangri-La2, An Unkindness of Ghosts3, The Book of Joan4, Nos Temps contraires5 ou Brink6 envisagent ainsi la ville spatiale comme habitat de substitution pour une humanité orpheline de sa planète. Cette (sur-)vie de groupes humains dans des vaisseaux spatiaux ou des stations orbitales semblables à des mégalopoles spatiales est loin du fantasme d’une vie champêtre dans l’espace véhiculé par l’iconographie techno-pastorale qui accompagna l’ouvrage Les Villes de l’espace (O’Neill, 1977). Dans cet écart, peut se lire un choix : celui de transposer le modèle urbain au contexte spatial, même si la représentation de la ville orbitale ne va pas sans une certaine ambivalence. C’est cette ambivalence que je me propose d’analyser, dans ses formes et ses enjeux. En effet, faire de la ville la solution à la survie de l’humanité revient à en faire l’habitat ultime de l’être humain. Elle serait à la fois son dernier recours et, dans une perspective téléologique, l’aboutissement de l’Urbanocène hors de l’atmosphère. Pour autant, la ville spatiale n’est pas une solution heureuse. Si elle extrait l’humain d’un lieu inhospitalier, c’est pour l’installer dans un espace restreint, anxiogène et souvent dystopique. L’habitant des villes spatiales étouffe dans cet environnement de substitution et rêve de revenir sur Terre. Le récit s’imprègne alors d’un sentiment solastalgique qui témoigne d’une contestation du modèle urbain dans une forme de néo-romantisme écologique. Ainsi, ces fictions du plan B spatial questionnent l’écoumène contemporain et interrogent la « relation de l’humanité à l’étendue terrestre » (Berque, 1993) dans notre époque à l’urbanité exacerbée.

Bibliographie :
ABOTT Carl, « Cyberpunk Cities: Science Fiction Meets Urban Theory » in Journal of Planning Education and Research, vol. 2, n°2, décembre 2007, pp. 122-131, disponible en ligne : https://doi.org/10.1177/0739456X07305795
BEAU Rémi, LARRERE Chaterine (dir.), Penser l’Anthropocène, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2018.
BERQUE Augustin, « L’écoumène, mesure terrestre de l’homme, mesure humaine de la Terre : pour une problématique du monde ambiant » in L’Espace géographique, vol. 22, n°4, 1993, pp. 299-305, disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1993_num_22_4_3225
BEY Hakim, TAZ : zone autonome temporaire, Paris, Éditions de l’Éclat, 2014.
BONNEUIL Christophe, FRESSOZ Jean-Baptiste, L’Evénement anthropocène : la Terre, l’histoire et nous, Paris, Editions du Seuil, 2013 [nouvelle édition 2016].
BUTT Amy, « City Limits: Boundary Conditions and the Building-Cities of Science Fiction » in Open Library of Humanities, « Imagine of the Future 03: Utopia at the Border », 2019, disponible en ligne : http://doi.org/10.16995/olh.233
CHELEBOURG Christian, Les Ecofictions : mythologies de la fin du monde, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2012.
CHOAY Françoise, L’Urbanisme : utopies et réalités, une anthologie, Paris, Points, 2014 [1965].
LABBÉ Mickaël, Reprendre place : contre l’architecture du mépris, Paris, Payot & Rivages, 2019.
LUSSAULT Michel, « L’anthropocène serait-il un urbanocène ? ou comment l’urbanisation généralisée a bouleversé le système planétaire », Cours publics de l’École Urbaine de Lyon, 2019-2020, en ligne, URL : https://medium.com/anthropocene2050/lanthropoc%C3%A8ne-serait-il-un-urbanoc%C3%A8ne-a73d2e0d757
O’NEILL Gérard K., The High Frontier: Human Colonies in Space, New York, Morrow, 1977.
PAQUOT Thierry, Homo Urbanus : essai sur l’urbanisation du monde et des moeurs, Paris, Éditions du Félin, 1990.
SIMMEL Georg, Les Grandes villes et la vie de l’esprit, Paris, Payot & Rivages, 2013.

Bio-bibliographie:

Gatien Gambin est actuellement en première année de doctorat au sein du laboratoire Littératures, Imaginaire et Sociétés de l’Université de Lorraine. Il réalise une thèse intitulée Quitter la Terre : plan B pour l’humanité ? Voyage spatial et imaginaire écofictionnel sous la direction de Clotilde Thouret. Il a publié un article sur les cosmos-pirates dans l’animation japonaise en 2020 dans la revue en ligne Pop-en-Stock (« Des cosmo-pirates dans l’animation japonaise : l’ouverture d’un nouveau champ de la piraterie » in Pop-en-Stock, Antonio Dominguez Leiva et Matthieu Freyheit (dir.), Pirates : « this is it », 2020, URL : http://popenstock.ca/dossier/article/des-cosmo-pirates-dans-l%E2%80%99animation-japonaise-l%E2%80%99ouverture-d%E2%80%99un-nouveau-champ-de-la-0

English version

« Living in Space: Exploring Urban Environment in Space Plan B Fictions »

In its use of climate change as a narrative device, climate fiction has frequently made Earth uninhabitable to the point that humanity had to rethink its habitat. That is how such fictions as La Cité Saturne7 , Shangri-La8, An Unkindness of Ghosts9, The Book of Joan10, Nos Temps contraires11 or Brink12 imagine the space city as a replacement habitat for an humanity which abandoned its planet. This life – or this survival – of human groups inside spaceships or orbital stations that looks as space megacities are far away from the fantasy of a rural life in space transmitted through techno-pastoral iconography from the book The High Frontier (O’Neill, 1977). This fundamental difference can be interpreted as a choice: to transpose the urban model to a space environment, even if space city’s representation come with some ambivalences. Indeed, to depict the city as the solution for humanity’s survival is choosing to make it the ultima human habitat. It would be both its last resort and, in a teleological way, the Urbanocene’s outcome outside the atmosphere. Yet, space city does not look like a happy solution. It extracts humans from an inhospitable place to install them in a closed, anxiety-provoking and frequently dystopian place. Space cities inhabitant chokes in this replacement environment. He dreams to come back on Earth. Then narrative is filled with a solastalgical feeling that express a contesting discourse about urban model, near to a form of ecological neo-romantism. Thus, these fictions about space plan B question the contemporary ecumene and interrogate this « relation between humanity and its Earth territory »13 (Berque, 1993) in our era with its exacerbated urbanity.

Bio-bibliography :

Gatien Gambin is currently in first year of PhD in Nancy, at Lorraine University (Littératures, Imaginaire et Sociétés). He is writing a thesis entitled Leaving the Earth: a Plan B for Humanity? Space Travel and Ecofictionnal Imaginary under the supervision of Clotilde Thouret. He has published an article about space pirates in Japanese animation in 2020 in the online scientific journal Pop-en-Stock. (« Des cosmo-pirates dans l’animation japonaise : l’ouverture d’un nouveau champ de la piraterie » in Pop-en-Stock, Antonio Dominguez Leiva et Matthieu Freyheit (dir.), Pirates : « this is it », 2020, URL : http://popenstock.ca/dossier/article/des-cosmo-pirates-dans-l%E2%80%99animation-japonaise-l%E2%80%99ouverture-d%E2%80%99un-nouveau-champ-de-la-0.

  1. IWAOKA Hisae, La Cité Saturne [Dosei Mansion, 土星マンション ] [Manga], Paris, Kana, coll. « Big Kana », 2009-2012 [2006-2011], 7 tomes. []
  2. BABLET Mathieu, Shangri-La [Bande-dessinée], Roubaix, Ankama, coll. « Label 619 », 2016, 224 p []
  3. SOLOMON Rivers, An Unkindness of Ghosts [L’Incivilité des fantômes], New York, Akashich Books, 2017 [2019], 340 p. []
  4. YUKNAVITCH Lidia, The Book of Joan [Le Livre de Jeanne], New York, Harper Collins, 2017, 267p []
  5. GIN Toriko, Nos Temps contraires – Je ne te laisserai pas mourir [Kimi o Shinasenai tame no Monogatari, きみを死なせないための物語] [Manga], Rancon (France), Akata Éditions, 2020-en cours [2016-2020], 2 tomes [8 tomes au Japon] []
  6. ABNETT Dan, CULBARD Ian, Brink [Comics] in 2000 AD, n° 1978-1992, 2023-2040, 2100-2118 Londres, Fleetway Publications, IPC Magazine, Rebellion Developments, 2016-2019 []
  7. IWAOKA Hisae, La Cité Saturne [Dosei Mansion, 土星マンション ] [Manga], Paris, Kana, coll. « Big Kana », 2009-2012 [2006-2011], 7 tomes. []
  8. BABLET Mathieu, Shangri-La [Bande-dessinée], Roubaix, Ankama, coll. « Label 619 », 2016, 224 p. []
  9. SOLOMON Rivers, An Unkindness of Ghosts [L’Incivilité des fantômes], New York, Akashich Books, 2017 [2019], 340 p. []
  10. YUKNAVITCH Lidia, The Book of Joan [Le Livre de Jeanne], New York, Harper Collins, 2017, 267p. []
  11. GIN Toriko, Nos Temps contraires – Je ne te laisserai pas mourir [Kimi o Shinasenai tame no Monogatari, きみを死なせないための物語] [Manga], Rancon (France), Akata Éditions, 2020-en cours [2016-2020], 2 tomes [8 tomes au Japon]. []
  12. ABNETT Dan, CULBARD Ian, Brink [Comics] in 2000 AD, n° 1978-1992, 2023-2040, 2100-2118 Londres, Fleetway Publications, IPC Magazine, Rebellion Developments, 2016-2019. []
  13. « relation de l’humanité à l’étendue terrestre » in its original version. []

Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search