La nature dans les villes de cli-fi

Abir Messaoudi “La nature dans les villes de fiction climatique”

Les villes de Science-fiction en tant que la plus importante des industries culturelles en termes de chiffre d’affaires devraient préciser la distinction entre l’imaginaire et la réalité. Cela dit, cet imaginaire peut honorer l’aspect de médiateur culturel par une autre investigation participative en étant un phénomène scientifique touchant aussi bien les urbanistes, les architectes, les paysagistes que les écologues qui s’intéressent aux enjeux climatiques. Semblable à d’autres types de projet architectural et urbain qui ont un pouvoir symbolique, les significations incarnées dans la nouvelle scène projetée ne peuvent pas être réduites seulement à leur fonction pratique dans la culture figée qui ne parle que de robots ou des engins ; elle porte le poids représentatif des fractures territoriales vis-à-vis d’un manque d’une ville qui met en œuvre une politique de suffisance et offre des opportunités de durabilité à travers la nature. Elle dégage, aussi bien, dans le réel, thématiquement un espace dévolu où on a cessé de le pratiquer par manque de nature ou de jeu en ville, depuis qu’il a pris une allure sauvage connue par sa surpopulation, l’épuisement des ressources et le dérèglement climatique.

Parfois, il existe une tension entre l’action opérationnelle de revitalisation urbaine et l’argent public dépensé pour une nouvelle plateforme naturelle. La fiction climatique devient un signe supplémentaire de références urbanistiques attachées à un espace futur où on applique le principe de l’urbanisme tactique. La connexion structurelle entre catastrophe naturelle et réalité ouvre la voie à de nouvelles possibilités de transformations urbaines qui peuvent être appréciées tout en évitant les grandes dépenses. Dans ces couloirs emblématiques, la problématique vise à montrer les similitudes entre l’évolution des changements climatiques comme étant une opportunité pour la ville de SF (dans les romans, BD, films et jeux vidéo) et celle du capitalisme qui transforme toute composition urbaine en un objet financier.

D’un regard élargi, plusieurs questions figurent dans l’analyse de la nature dans les fictions climatiques constituant la première approche de terrain dont le mouvement incite à la découverte de l’espace concret et à aller vérifier du doigt si ce fragment correspond bien à la réalité :

Aujourd’hui les tenants de l’urbain dans un nouveau contexte celui de la fiction qui bien qu’il soit touché par des sens esthétiques, se confrontaient-ils à premier choc à un aspect artificiel de sa représentation : la nature urbaine comme décor ?

De plus, À force de parler d’un divorce de la représentation approfondie du paysage dans la SF, a-t-on oublié qu’il y a eu après un mariage avec un autre imaginaire celui de la ville arène ? Révélant abruptement la forme fractale et stochastique désirée par les spectateurs : l’urbain n’est plus cette entité à protéger ou cette ville étape pour un autre extérieur (forêt- montagne- désert etc….), dont on recoupe l’opposition ville-nature par une nouvelle composition : l’écotopie qui donne place à une nouvelle politique et une nouvelle distribution ?

Bio-bibliographie :

Abir Messaoudi est ingénieur paysagiste, docteur en études des paysages et aménagement des territoires à l’ISA chott Meriem Sousse, unité de recherche : Ville, Aménagement, Développement à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search