Spéculations sonores : vers une écoute éco-critique

Communication d’Eleni-Ira Panourgia et Katerina Talianni « Spéculations sonores : vers une écoute éco-critique »

La narration spéculative nous permet de raconter des histoires de nouveaux mondes comme moyen de cultiver notre capacité d’agir aux urgences de l’Anthropocène. En effet, ces exigences sont intrinsèquement liées à la fois en termes de fiction et en termes d’une réalité empirique du monde. S’inspirant de l’ordre culturel de cli-fi, cette communication propose une « écocritique culturelle » considérée de manière sensorielle et sonore qui s’intéresse aux liens entre l’imagination et l’écologie. Pour cela, en introduisant un mode d’écoute éco-critique et en puisant dans l’art sonore qui s’engage avec l’environnement, nous cherchons à créer des récits sonores des différents acteurs climatiques, et nous examinons comment ils pourraient façonner les villes de demain. En rendant audible des nouveautés étranges, l’art sonore environnemental nous permet de redéfinir des catégories comme l’espace et le temps, la nature et la culture, l’humain et le non-humain, et l’environnement. Tels processus de création sonore resonnent avec la perception du changement climatique dans le corpus des fictions climatiques littéraires et peuvent contribuer à une fabulation spéculative collective, répondant à la proposition de Donna Haraway de « rester dans le trouble » en temps de crise climatique. Avec Donna Haraway, Bruno Latour, Octavia Butler et Ursula Le Guin parmi nos interlocuteurs, nous soutenons que la narration et l’histoire naturelle-culturelle affirment et inspirent le discours critique de l’art sonore face aux crises écologiques dans plusieurs contextes par une éthico-onto-épistémologie de la nature-culture sonore comme connaissance située dans le novum/kainos. En effet, on peut entendre l’invitation de Haraway à rendre sa notion de « (odd)kin », comme aud(ible)kin.

Bio-bibliographie :

Eleni-Ira Panourgia, artiste sonore et visuel et docteur en art, est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Gustave Eiffel (Laboratoire LISAA). Ses travaux, axés principalement sur la recherche-création, se concentrent sur les liens entre le son, les espaces, les matériaux et les gestes. Ses recherches explorent de nouvelles expressions artistiques transversales et interactives et leur impact dans des milieux culturels et sociaux. Elle est également directrice de la revue Airea: Arts and Interdisciplinary Research.

Katerina Talianni est docteur en musique. Sa thèse « Walking-with-sounds : Agence créative, collaboration artistique et production sonore d’espaces urbains acoustiques » soutenu à l’Université d’Édimbourg, interroge l’environnement urbain par le son pour examiner la signification du son dans la société. Ses intérêts de recherche comprennent l’étude de la culture auditive en combinaison avec des aspects théoriques de la sociologie, des études culturelles, de l’anthropologie, de la philosophie, de la géographie et de la musicologie qui, ensemble, constituent l’inter-discipline des sound studies. Elle enseigne actuellement l’éducation musicale et est membre associé externe au Laboratoire d’ethnomusicologie et d’anthropologie culturelle de l’Université d’Athènes. Elle est également corédactrice de la revue Airea: Arts and Interdisciplinary Research.

English version

Speculative fabulation – or “narration spéculative” in French – enables us to tell new stories about the possibilities of new worlds as the means to cultivate the ability to react to the urgencies of the Anthropocene. Indeed, these exigencies are intrinsically linked both in terms of fiction and in terms of the empirical reality of the world. Drawing from cli-fi’s cultural order, this paper explores a “cultural ecocriticism” that is at the same time sensuous and ensounded, and interested in the links between imagination and ecology. For this, we turn to environmental sound art to create narratives around the sounds of the different forms of climate agency, and how they might shape future urban living by introducing a mode of eco-critical listening. When rendering strange novelties and oddities audible, environmental sound art negotiates categories like space and time, nature and culture, human and non-human, and the environment. Such sound art processes make connections with the literary body of climate fictions in their perception of environmental change and can contribute to a collective speculative fabulation, responding to Dona Haraway’s position to “stay with the trouble” in the time of climate crisis. With Donna Haraway, Bruno Latour, Octavia Butler and Ursula Le Guin among our interlocutors we argue that storytelling and naturalcultural history affirm and inspire sound art’s critical engagement with the ecological crises across a wide range of settings by devising an ethico-onto-epistemology for the natureculture of sound as knowledge situated in the novum/kainos. After all, we can hear Haraway’s invitation to make “(odd)kin”, as aud(ible)kin.

Bio-bibliography :

Dr Eleni-Ira Panourgia is a sound and visual artist, and a Teaching and Research fellow at Gustave Eiffel University (LISAA Laboratory). Her work, mainly focused on practice-based research, investigates the relationships between sound, spaces, materials and gestures. Her research explores interdisciplinary and interactive forms artistic expression and their impact in cultural and social domains. She is also managing editor of the journal Airea: Arts and Interdisciplinary Research.

Dr Katerina Talianni holds a PhD in Music from the University of Edinburgh. Her thesis, entitled ‘Walking-with-sounds: Creative agency, artistic collaboration and the sonic production of acoustic city spaces’ interrogates the urban environment through the filter of the sonic to explore the significance of sound in society. Her research interests include the study of the auditory culture in combination with theoretical aspects of sociology, cultural studies, anthropology, philosophy, geography, and musicology that together comprise the inter-discipline of sound studies. Currently she is teaching music education and she is an external collaborator at the Laboratory for Ethnomusicology and Cultural Anthropology at the University of Athens. She is also co-editor of the journal Airea: Arts and Interdisciplinary Research.


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search