Mosaïque sur la cli-fi

Il a été demandé aux membres du comité scientifique ce que signifiait la notion de cli-fi pour eux. Le but de cet exercice est de donner à voir les différentes manières de saisir le genre selon les membres de ce comité et ainsi esquisser un tableau des approches et des études contemporaines de la climate-fiction.

/ Series of short interventions, live or video, where each member of the scientific committee will say what the cli-fi is about.

Mixage et montage de Marion Naudin
Milner Andrew, « Qu'est-ce que la cli-fi ? », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Abbott Carl, « La fiction climatique américaine : de l'élégie à l'urgence », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Ameel Lieven, « Les formes futures de la ville contemporaine dans une perspective comparative », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Schoentjes Pierre, « Éviter le désastre : la cli-fi... sauvée par l'ironie ? », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Bréan Simon, « La cli-fi francophone : le cas Jean-Marc Ligny », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Févry Sébastien, « La cli-fi, un grand dérangement narratif ? », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Langlet Irène, « Les kaléidoscopes formels d'une folksonomie », colloque La ville dans les fictions climatiques, 5 et 6 mai 2021, Université Gustave Eiffel, I-SITE FUTURE.

Intervenant.e.s/speakers :

2min10 : Andrew Milner : Qu’est-ce que la cli-fi? / What is cli-fi?

Pour Andrew Milner, la cli-fi est n’importe quelle fiction dans laquelle le scénario tourne autour du climat, ou d’un climat extrême. Selon lui, il y a trois formes de climat principales dans les romans de cli-fi : glace, feu et inondation. Il analyse ensuite la place de ce qui cause le changement climatique dans ces fictions.

10min32 :  Carl Abbott :  La fiction climatique américaine : de l’élégie à l’urgence / American Climate Fiction from Elegy to emergency

Dans les années 1970 et 1980, le changement climatique était une fiction spéculative, ce qui n’est plus le cas au XXIe siècle. Il s’agit désormais de notre présent et la fiction climatique permet de chercher des solutions à l’urgence. 

17min30 :  Lieven Ameel : Les formes futures de la ville contemporaine dans une perspective comparative / Future Forms of the Contemporary City in Comparative Perspective

Selon Lieven Ameel, il y a deux définitions principales de la fiction climatique, celle qui aborde explicitement le changement climatique causé par l’Homme et celle qui aborde explicitement l’interaction entre l’Homme et le climat. Il a une préférence pour cette dernière définition, qu’il associe à une orientation vers le futur permettant de mettre notre époque contemporaine sur une autre perspective.

Il se demande alors quels futurs climatiques peuvent être pensés depuis notre époque contemporaine, ce qu’ils nous disent sur notre monde présent, les problématiques éthiques qu’ils amènent à notre époque et comment ils affectent notre façon de percevoir notre agentivité.

Il fait ensuite un point sur ce qu’il perçoit comme étant les éléments clés qui définissent les fictions climatiques du XXIe siècle :
  • Un enjeu d’agentivité (y compris l’agentivité non-humaine)
  • Des moments clés hypothétiques qui créent un tournant vers un futur incertain
  • Une attention particulière à la matérialité
  • La recherche continue d’un nouveau langage pour connecter le futur possible à notre monde contemporain
  • L’usage d’allégories comme un trope rhétorique important pour pallier aux tentatives de retour au réel

26min12 :  Pierre Schoentjes : Éviter le désastre : la cli-fi… sauvée par l’ironie?/ Avoiding disaster: cli-fi… saved by irony?

Les textes ironiques n’ont-ils pas plus de chance de durer dans l’histoire de la littérature ? De par leur ton, leur actualité est moins grande que les autres. C’est avec ce postulat de départ que Pierre Schoentjes s’intéresse ici aux textes de la cli-fi contemporaine, marquée par les inquiétudes de notre temps, mais au prisme de l’ironie.

40min00 : Simon Bréan : Cli-fi francophone : le cas Jean-Marc Ligny / French cli-fi : the Jean-Marc Ligny case

Simon Bréan analyse ici des ouvrages de Jean-Marc Ligny (Exodes [2012], Alliances [2015] et Semences [2020]), des dystopies classiques tournant autour de l’hypothèse Gaïa (selon le classement de Burgman et Milner), où l’humain est déclassé du rôle de dominant dans la biosphère. Il émet l’hypothèse que la cli-fi se positionne en subvertissant des codes de genre : elle déplace le centre de gravité de l’empathie pour les personnages vers un intérêt pour l’humanité dans son ensemble.

47min33 :  Sébastien FévryLa cli-fi, un grand dérangement narratif ?/ Cli-fi, a great narrative derangement?

Le Grand Dérangement d’Amitav Ghosh a inspiré le titre de la communication. Sébastien Févry postule que le présent et le passé récent doivent aussi être pris en compte comme des aspects de la cli-fi. Il analyse une courte vidéo virale (https://www.youtube.com/watch?v=RyLzaVZ2lOk) qui pourrait être perçue comme une fiction climatique en partant du postulat que « la cli-fi n’est pas tant à observer comme une batterie de propriétés intrinsèques aux œuvres que comme effet de lecture formulé par une collectivité de lecteurs ». Pour cette vidéo, il y a une inadéquation du régime d’interprétation métaphorique et allégorique habituel à la cli-fi, le métaphorique devient littéral. Le traitement irréel du changement climatique lui enlève son caractère urgent et impérieux, il faudrait plutôt envisager une approche métonymique, penser la causalité. Il est donc nécessaire de prendre en compte les faits divers climatiques dans la constitution d’un imaginaire climatique.

1h1min05 : Irène Langlet : Les kaléidoscopes formels d’une folksonomie / The formal kaleidoscopes of a folksonomy

La cli-fi nous renseigne autant sur les cultures climatiques que sur les cultures numériques de ses consommateurs et de ses producteurs. Elle possède une diversité de formes et n’a pas de règles fixées, c’est avant tout un mot-clé, une folksonomie, c’est-à-dire une catégorie populaire, spontanée, non savante et déterminée par le contexte global (ici la crise climatique) et culturel (des reconnaissances des corpus et des lecteurs entre eux).



Citer ce billet
Nadège Perelle (2021, 26 mars). Mosaïque sur la cli-fi. PARVIS Paroles de villes. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqt3

Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search