NY 2140 de K.S. Robinson : une ville multi-espèces

Communication de Nadège Pérelle « New-York dans New York 2140 de Kim Stanley Robinson : une ville multi-espèces »

Dans le sillage d’Astride Bracke nous étudierons comment dans New York 2140 de Kim Stanley Robinson (2017) la ville est pensée comme un élément vivant, organique. Le roman de Robinson donne à voir une ville post-catastrophe naturelle qui a su s’adapter. A la manière du vivant, l’urbain s’adapte quand les conditions de milieu changent. Nous postulons que l’espace urbain est donné à voir comme un espace naturel, biologique, organique, en évolution, en constante adaptation. Face à la crise climatique la ville issue du vivant humain s’adapte, se meut. Nous explorerons les manières dont l’espace urbain est en constant changement. Nous mènerons notre étude dans le champ des humanités environnementales. Plus particulièrement grâce aux outils de l’écocritique et de l’épistémocritique qui tentent de dépasser la dichotomie humain et non-humain et mettent en crise les concepts binaires de nature et de culture, d’urbain et de rural. La ville dans NY2140 s’adapte à l’Anthropocène. Tout en nous inscrivant dans le champ de l’écocritique nous verrons en quoi l’étude de l’espace urbain peut être étudié comme fonctionnant de la même manière que le vivant en s’attardant sur la reconfiguration et l’évolution des milieux urbains et de ses habitants en régime climatique. New-York devient le siège d’une ville multi-espèces. Nous étudierons ainsi les variétés des expériences du vivant en ville qu’elles soient humaines ou non-humaines.

Bibliographie :

Bracke Astrid. « Urban. » Climate Crisis and the 21st-Century British Novel. London: Bloomsbury Academic, 2018. 79–104. Bloomsbury Collections. Web. 8 Jul. 2020. <http://dx.doi.org/10.5040/9781474271158.ch-004>.

Mączyńska, Magdalena. « Welcome to the Post-Anthropolis: Urban Space and Climate Change in Nathaniel Rich’s Odds Against Tomorrow, Lev Rosen’s Depth, and Kim Stanley Robinson’s New York 2140. » Journal of Modern Literature, vol. 43 no. 2, 2020, p. 165-181. Project MUSE muse.jhu.edu/article/752439.

Ortiz Roberto J. “Financialization, Climate Change, and the Future of the Capitalist World-Ecology: On Kim Stanley Robinson’s New York 2140.” Soundings: An Interdisciplinary Journal, vol. 103, no. 2, 2020, pp. 264–285. JSTOR, www.jstor.org/stable/10.5325/soundings.103.2.0264.

Sergeant David, The Genre of the Near Future:Kim Stanley Robinson’s New York 2140, Genre, vol. 52, 1 April. 2019, pp. 1-23, <https://doi.org/10.1215/00166928-7500990>


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search