Bribes de futurs avec des apprenti.es urbanistes

Ce texte rend compte d’un tour de table de « brainstorming » lors d’un atelier d’écriture de fictions climatiques, mené avec des étudiant.es en M2 d’urbanisme (M2 Alternatives Urbaines, Démarches Expérimentales-Espaces Publics de l’Ecole d’urbanisme de Paris). L’objectif était de produire des court-métrages à partir d’une pratique de found footage (récolte et montage d’images existantes sur internet).

(Voir « Cli-Fi urbaine à l’Ecole d’urbanisme de Paris », billet de Nadège Perelle, https://parvis.hypotheses.org/2065)

Ce texte s’appuie donc sur la pensée de : Joséphine Blount, Ella Bouchet, Corentin Bourachot, Juliette Coquerel, Samra Foughali, Sacha Galiban, Aude Nesu, Emma Nguyen, Angélique Pagnon, Louis Peltier, Zoé Perrott-White, Laure Perset.

Le premier dit qu’il veut travailler sur cette frontière entre l’humain et la technique, à l’endroit où les deux se mêlent et se contaminent. Il parle de l’australopithèque qui ne sait pas faire du vélo, je vois l’australopithèque dans un sas d’ascenseur, et le cadre supérieur en train de taper sur deux pierres en essayant désespéramment de produire un outil. Je pense aux humains d’aujourd’hui, coincés avec leur corps et leur vélo, coincés le vélo à leur corps, et qui se retrouvent encombrés quand ils doivent prendre l’ascenseur du temps, avant-arrière.

Le deuxième parle de mondes souterrains, et des corps qui se transforment délicatement quelque part entre le ciel et les enfers. Il parle d’une surface de la terre invivable, de la chaleur du soleil, du grand désert, d’une installation en grottes et en cavernes. Je lui demande si, quand même, il n’y aurait pas un contre-monde, une issue, un vague salut quelque part à un moment marginalement dans la lumière. Il dit non. Rien. Il n’y a rien dehors. Il sait qu’il n’y a rien dehors. Dans la détermination de sa réponse, j’entends qu’il tient à la douceur de ce qui se transforme là-bas. Et que les larves soient les papillons.

La troisième dit qu’elle n’a pas d’idées et qu’elle n’a rien dire, elle dit que tout est un peu flou encore dans sa tête, elle tourne autour du pot et soudain la voilà partie comme une flèche, à te refaire l’histoire du coronavirus avec son intelligence à elle et qui est comme une flèche, droite, précise, elle fonce, elle tire partout elle s’en fout c’est ce qu’elle pense et ce qu’elle pense va tout droit, elle est très claire, elle parle des bobos qui partent à la campagne, elle parle de l’écofascisme et de Naomi Klein, elle reprend le terme, plantationocène, elle parle des esclaves modernes et de l’apocalypse, la révélation des inégalités et le marketing vert, ceux qui doivent quitter leur terre et les autres qui vont cultiver trois radis dans leur potager de campagne, la précarisation des plus précaires l’enchantement du fan-club devant les dauphins de Venise, voilà, elle parle du renforcement des frontières, du négationnisme climatique et de l’instrumentalisation de la pandémie au profit des plus riches, l’effacement de la responsabilité systémique, les SUV et le gaz bio, les pesticides dans les Antilles, la pollution des pays pauvres, voilà, elle s’excuse, elle a parlé, elle s’est à peine rendue compte qu’elle avait pris le temps de parler, elle s’excuse, encore elle dit pardon, pardon, elle a pris trop de temps, elle a pris trop de temps pour parler, pas vrai ?

Elle a ouvert des voies dans lesquelles d’autres s’engouffrent et parlent des exodes climatiques, de la fuite en Egypte. Elle a ouvert des images et je n’ai plus qu’à me laisser glisser sur sa pensée. Je pense au livre que je suis en train de lire sur le capital dans la cité, à l’invention des climatiseurs dans la ville de Phoenix, à la consommation électrique et aux gaz à effet de serre dûs au fonctionnement des climatiseurs, c’est 25% de la consommation d’électricité des ménages dans l’Arizona, c’est +2 degrés dans la ville uniquement dûs aux climatiseurs. +2 degrés c’est beaucoup. Je pense aux terrains vagues et aux friches sans ombres des quartiers pauvres qui prennent davantage la chaleur, je pense aux vieux morts dans leur salon, la facture coûte trop cher, si la fenêtre reste ouverte on se fera braquer la télé, la fenêtre reste fermée, le béton reflète la chaleur, on n’allumera pas le climatiseur, on n’allumera pas le climatiseur, les putains de climatiseurs de Phoenix, qu’est-ce qu’ils se sont faits du blé, les types qui ont inventé les putains de climatiseurs de Phoenix.

Elle parle de Dubai, de l’artificialisation des terres, de la ville rêvée par la publicité. Elle parle d’images qui s’enchainent, un stroboscope avec Tesla, la mode, les défilés, les parades militaires, les batteries de poulets. Éblouissement. La voix d’une enfant dit, Ici est le bonheur.

Elle parle des scientifiques qui envisagent greffer dans le fond des océans des corails mutants capables de soutenir le réchauffement de l’eau. Il parle des mammouths à reconstituer pour qu’ils aillent se balader sur le permafrost. Elle parle des nuggets de poulet reconstitué. Elle parle des cochons surprotéinés. Moi, je pense à la gueule triste de Cergy-Pontoise une fois que le rêve est réalisé.

Au fait, comment les êtres du futur nous regarderont-ils ? Cette salle de classe, qu’en restera-t-il ?

Elle prend la parole en dernière. Elle a rapproché le menton de son cou. Ses doigts se croisent, elle dit je ne pense rien, elle dit tout est confus dans ma tête. Elle aussi elle dit ça, s’excuse. S’excuse de s’apprêter à prendre le temps de produire de la pensée. Et puis doucement elle nous la donne, la pensée. Elle dit : cette histoire de futur, de comment chacun et chacune nous le vivons, ça me parle. Elle dit : il y a quelque chose sur les natures du futur qui m’est apparu pendant le confinement. À quelles attentes chacun chacune est-elle accrochée ? Le poids du temps n’est pas le même pour tout le monde. Demain n’a pas la même valeur pour tous. Elle parle de l’anthropocène, elle dégage le terme. Elle dit que pour certains, le futur, c’est ce qu’on va pouvoir manger ce soir, demain. Le futur n’existe pas pour tout le monde. Elle se corrige : le futur n’est pas aussi important pour tout le monde. Ceux qui ont peur de l’effondrement, est-ce aussi important que ceux qui ont peur de ne pas avoir à manger demain ? Il y a des futurs qui semblent minuscules, sont bien plus grands, il y a des futurs immenses qui comptent pour des prunes, il y a des futurs qui sont des rêves, d’autres du pain et un lit, il y a des futurs qui ont de la présence et de la chair, et d’autres qui sont de la fumée dans les airs.

Dans la vidéo qu’elles ont réalisé avec une autre étudiante, elles racontent comment la fille du boulanger se retrouve coincée dans la ville et la misère, tandis que les plus riches se sont barricadés dans un eldorado rural en Terre Pure. Pourtant, on réalise peu à peu au cours de la vidéo que c’est dans la ville qu’on aimerait être.

Il y a des futurs qui s’excusent, qui persistent pourtant, malgré eux et sans s’en rendre compte, donnent sans s’en rendre compte. Il y a des futurs qui, sans s’en rendre compte, croient parler du souci du lendemain et embarquent avec eux le poids du temps.

C’est ce que j’entends.

Texte rédigé par Adèle Gascuel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search