La Vie d’Assia : 2021-2121

Ce récit est issu d’un atelier d’écriture participatif mis en place le 15 juin 2021 à l’ENSA Paris Belleville, dans le cadre d’une soirée pour les 10 ans du LabEx Futurs Urbains. La soirée proposait une rencontre hybride alliant savoirs scientifiques et sensibilités artistiques pour réfléchir aux futurs de la ville ; des discussions avec l’historienne de l’architecture Fanny Lopez et le chercheur en économie du changement climatique Vincent Viguié ouvraient la soirée.

Ce récit de la vie d’une personne sur une durée de cent ans, à la manière d’un cadavre exquis, est le résultat de l’atelier.

1. Assia naît le 15 juin 2021 dans le quartier de Belleville, à Paris. Quelques années plus tard, en janvier 2024, une énorme crue de la Seine, pire que 1910, inonde tout le centre de l’Île de France et toutes les infrastructures existantes et en construction, dont le tunnel du Grand Paris. La Présidente déclare : « nous sommes en guerre », et annule les Jeux Olympiques.

Assia se transforme, il lui pousse des branchies et des palmes. Elle quitte les Bébés Nageurs et fonde le Gang des Tritons de Belleville. Une des premières actions du gang est de sauver les livres de la BNF. Assia en profite pour apprendre à lire. Le deuxième fait d’arme consiste à noyer la présidence. Les poissons des aquariums des restaurants de Belleville et d’ailleurs finissent par rejoindre les réseaux inondés et se développent. Se crée un écosystème autonome et autogéré. Compte tenu de sa topographie, le quartier de Belleville devient le quartier des super-riches. Le gang organise la résistance aquatique et mobilise l’écosystème aquatique. Les super-riches disparaissent, peu à peu engloutis.

À dix ans, Assia a appris la lutte, la résistance, la mutation radicale anticapitaliste. Sa devise : la Commune Aquatique vaincra.

2. En 2031, des changements climatiques et une instabilité politique entrainent une croissance de la population. Paris connait de plus en plus d’habitants et Belleville est un centre d’immigration. De nombreux conflits éclatent avec le FN, et Assia en est témoin dans des manifestations qui dégénèrent.

Elle va dans une école où il y a de plus en plus d’élèves dans ses classes et les professeurs ont de moins en moins de temps pour s’occuper d’elle. Ayant des facilités, elle aide les autres, et apprend plusieurs langues. Elle rencontre à quinze ans une femme âgée de cent ans et qui porte le même nom qu’elle. Le jour où Assia atteint sa majorité, la vieille femme meurt. Un peu plus tard, son immeuble s’effondre. Il faut dire qu’il n’y a plus d’espaces verts, et les immeubles sont nombreux et hauts.

À vingt ans, sa devise est : Bois de l’eau. Assia veut voir le pays de l’autre femme mais elle ne sait même pas s’il existe et ne peut pas quitter Belleville.

3. Entre 2031 et 2041, les habitants se battent pour accéder à un environnement artificiel, sain et climatisé. La place est réduite, la ville se fragmente et des murs sont érigés. Le 16e arrondissement devient une sorte de deuxième Paris intramuros qui nécessite un badge pour y accéder. La ville subit une pénurie massive d’énergie, notamment parce que les zones protégées destinées à une ultra-minorité sont très consommatrices. La mobilité hors de ces lieux est quasi réduite, voire impossible. Il faut dire qu’elle est très dangereuse : la chaleur peut rendre la mobilité mortelle.

Assia, elle, a besoin de travailler et devient garde à un point d’accès. Venant d’un milieu social plutôt défavorisé, fragilisée économiquement par l’effondrement de son immeuble, elle-même ne fait pas partie des privilégiés qui peuvent accéder aux zones protégées, et vit ce premier job avec un certain remord.

Sa devise à trente ans… et bien elle la cherche encore.

4. Dans les années 2050, la biodiversité de Paris évolue. Une espèce endémique apparait aux alentours de 2055 suite à plusieurs accidents nucléaires : ce sont des criquets à la taille de rats. Ils sont appelés Cricketus Parisus, et permettent de contenir la population de moustiques tigres à Paris. Suite aux catastrophes nucléaires, la population est au trois quart stérile. Des progrès en terme de procréation permettent d’avoir des grossesses ex-vitro. En France cependant, ces technologies ne sont pas accessibles aux couples gays et Assia n’en bénéficie pas.

Elle réussit à vivre dans ces années-là grâce à la réalité virtuelle sous casques. Les technologies permettent de recréer la biodiversité et le climat d’autrefois, et les gens passent beaucoup de temps cloitrés chez eux.

À l’age de 40 ans, Assia se dit qu’elle n’a finalement pas appris grand chose mis à part peut-être que les grands changements climatiques n’ont pas forcément engendré de grands changements idéologiques chez l’espèce humaine.

5. Entre les 40 et les 50 ans d’Assia, une épidémie déferle sur Paris. Le « Palura » est une variante de la maladie du paludisme : des parasites se logent dans le rat, dont les populations ont cru généreusement. Les parasites sont apparus dans les années 2050, en même temps que de vastes déplacements des populations des bidonvilles du bord de Seine vers les hauteurs, et des quartiers éloignés du fleuve.

Au sortir de l’épidémie, la vie des Parisiens et des Parisiennes est bouleversée : les habitants, qui ont été mis à rude épreuve pendant l’épidémie, ne veulent plus retourner dans leur taudis. Des émeutes, des frictions urbaines ont lieu. Elles se résolvent en une expérience généralisée de partage d’espace, partage de clim. De nouveaux jobs urbains se développent, en premier lieu celui d’éleveur d’iguane nain puisque désormais chaque famille possède son iguane. Il existe également des baby-sitters d’iguane pour s’occuper de ces iguanes mangeurs de moustiques.

Les épreuves qu’Assia traversent se résument dans son slogan : « Paris Mangrove, Paris Mengrève ». Car le grand projet d’Assia pendant cette décennie, c’est de briguer la Mairie du Grand Paris Mangrove : un Paris lacustre, aéré afin que la tropicalisation de la ville soit chance, et non pas un défaut. Mais l’épidémie réduit à néant son projet, et Assia perd les élections de 2068 après avoir pourtant réussi à assemblé une coalition scientifico-technique.

6. En 2071, Assia a 50 ans et l’année commence sur les chapeaux de roues car c’est la COP75, une COP très importante où les Etats se rassemblent pour décider qu’il faudrait mettre en place une taxe carbone. Ils n’arrivent pas à se mettre d’accord, et entre 2071 et 2080, la température mondiale augmente de +4 à +5 degrés Celsius en moyenne.

À Paris, c’est un petit plus que ça forcément, et on se retrouve dans une situation où chaque année voit des canicule dès le printemps. Quelques petites gelées tardives continuent cependant d’assurer la production. Les bâtiments sont de plus en plus abandonnés parce qu’invivables. Pour lutter contre les îlots de chaleurs, ils sont détruits et végétalisés, : des zones de forêts naissent dans Paris. Les inondations annuelles assurent la visite de Notre-Dame les pieds dans l’eau.

La population, elle, n’attend pas que les Etats agissent. Se développent un peu partout dans Paris des toilettes sèches qui font de la ville une grande exportatrice d’engrais humain. L’agroforesterie et la polyculture maraîchère assurent un radical changement des paysages d’Île-de-France : dès qu’on sort de la ville, des forêts ou des bocages font presque oublier la température.

En 2072, la ZAD des Halles s’oppose à la rénovation des parkings des Halles. En 2081, la ZAD tient toujours et nourrit la ville avec les champs qu’elle a construit, et les cultures de champignons dans les fameux parkings. L’ile Saint-Louis, elle, a été emportée par la crue de 2075. La tour Eiffel a été végétalisée – enfin, seulement le premier étage, car les deux autres ont été vendus à la Chine pour financer la campagne de la mairesse Anne Hidalgo 3.

Pendant cette période, google veut privatiser les rues qui restent pour faire circuler ses véhicules autonomes. Les quelques citoyens qui restent dans Paris s’y opposent et se débrouillent pour y planter des arbres ou des barricades.

Assia regarde ces révoltes en rentrant de son travail chez google, direction son immeuble haussmannien refait tout en bois sur le boulevard Saint-Michel. A 60 ans, sa devise est : plus que 40 ans avant la retraite.

7. Entre les 60 et les 70 ans d’Assia, Paris connait une terrible sécheresse qui met fin aux doux délires de tropicalisation. À cause de la canicule persistante, les livres de la BNF prennent feu et la BNF disparait. La majorité conservatrice-écologiste qui domine la Mairie fait alliance avec les riverains de la ZAC Paris-Rive-Gauche pour installer une forêt urbaine. Il a aussi fallu apprendre à se débarrasser des déchets. On a trouvé que la meilleure façon de s’isoler de la chaleur infernale, c’était de constituer des décharges sur les toits. Un nouveau sport s’impose dans la jeunesse dorée, c’est la spéléologie aérienne dans les déchets.

Assia, elle, vit dans un habitat intergénérationnel dans les catacombes. On y pratique la culture hydroponique d’une pâte à modeler extraterrestre ramenée inopinément par les sondes de retour de Venus. La pâte a trouvé à Paris un endroit idéal où se développer et on se demande si l’espèce est intelligente ; les plus jeunes cultivateurs commencent à comprendre que c’est sûrement cette pâte à modeler qui nous cultive, et pas nous qui la cultivons.

À l’age de 70 ans, Assia a une conviction : plus on vieillit, plus ou s’enfonce.

8. Entre les 70 et les 80 ans d’Assia, la pelouse des Invalides est jaune, sèche. Le bois de Vincennes est planté de buissons, d’arbustes épineux : c’est une garrigue. Le lac de Daumesnil est à sec, le canal de la Villette est un skatepark. L’hiver, les hirondelles sont encore là et les cigognes sont présentes. Le bois de Boulogne est un sanctuaire pour les non-humains.

Assia est végétarienne. Elle doit mettre du micropur dans son eau, et elle va jardiner dans les catacombes qui sont devenues des jardins partagés. Elle partage son lot d’habitation avec tous les animaux de la ville.

Elle rencontre un jour le couple Alexandroff qui l’invite à s’engager dans la construction de dômes protecteurs autour d’ilots qui forment des communautés autonomes et autogérées. À 80 ans, Assia n’a pas de devise mais elle a confiance. Elle aime le bricolage et l’autoconstruction.

9. En 2100, le quartier de Belleville a beaucoup changé. Les bobos sont partis vivre à la campagne, notamment en Normandie. Belleville est habité par un curieux mélange de réfugiés climatiques. : on trouve des Brésiliens, des Portugais qui ont fui leurs pays en proie à des incendies récurrents, et une population pauvre de l’Afrique subsaharienne. Les bâtiments sont mal entretenus et la végétation a pris dans les cours, sur les trottoirs et sur le boulevard de la Villette sous forme de petits lopins de terre pour cultiver sa subsistance. Le parc des Buttes Chaumonts est devenu un zoo avec des animaux génétiquement modifiés. L’attraction principale est le mélange d’un éléphant et d’un mammouth.

Les enfants ont aussi beaucoup changé. Pucés à la naissance, ils sont alimentés à la 4L qui fonctionne encore sur le réseau de ce qui reste de la smart city.

Assia finit sa vie au sein d’une communauté type Baba Yaga. Elle tombe malade à cause du virus Sibérie221 sorti du permafrost, virus qui touche notamment les très vieux et les très jeunes. Elle meurt à l’hôpital public, privé de moyens et de respirateurs. On lui enlève sa puce pour la transférer à un bébé. Ses cendres sont stockées dans l’ancien réservoir de Ménilmontant asséché.

Malgré l’interdiction des enterrements parce que ça déprime la population, une de ses amies organise une cérémonie, et tout le monde se réunit. « Paris Mangrove Paris Mangrève” écrit sur sa tombe, Assia est morte et a transmis sa puce à l’enfant nouveau-né.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search