Séminaire Parvis – 13 Novembre 2019

Ordre du jour :

  • Présentation par Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti (enseignant.e.s à l’École d’Architecture de la Ville et des Territoires Paris-Est) du groupe « Slum city » de leurs pistes de travail sur les logements urbains informels.
  • Point sur l’axe « recherche-création » par Virginie Tahar, maîtresse de conférences en littérature à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et responsable du volet recherche-création du projet PARVIS.
  • Préparation du séminaire du 11 décembre 2019 sur les fictions climatiques (volet recherche fondamentale du projet PARVIS).
  • Préparation de la Journée d’Étude du 12 février 2020 (thématique, invité.e.s, texte d’orientation).
  • Questions à débattre : ouverture des séminaires au public, mise en ligne des documents et comptes-rendus sur le carnet de recherche : https://parvis.hypotheses.org/.

Présents

Bonin Olivier, Cheikh Moussa Sami, Dominguès Catherine, Ippoliti Jacques, Joffroy Pascale, Langlet Irène, Morel-Journel Guillemette, Pérelle Nadège, Tahar Virginie

Excusés

Laliberté Martin

Ouverture du séminaire à 9h30 dans le bâtiment Copernic de la Cité Descartes

Rappel de l’ordre du jour par Irène Langlet (professeure de littérature contemporaine et cultures médiatiques, coordinatrice et porteuse du projet PARVIS).

1er temps : Intervention de Pascale Joffroy enseignante à l’École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est (EAVT), responsable dugroupe « Slum City » et co-fondatrice de l’association Système B comme Bidonville.

L’équipe « Slum City » est formée de deux enseignant.e.s de l’EAVT ayant entrepris une recherche sur la représentation graphique de plusieurs bidonvilles en Ile-de-France, dans le cadre d’un « Bonus Qualité Recherche ». Cette recherche, qui se prolongera dans PARVIS, s’articule au travail de l’association Système B comme Bidonville, dont le but est l’amélioration des conditions de vie dans les bidonvilles. Cette association intervient dans différents villes (Bondy, Saint-Denis, Antony) dans le cadre des politiques officielles de résorption  » par le haut » des bidonvilles.

Le site internet suivant rend compte des actualités de l’association: https://systemebidonville.com/.

(Résumé du projet du groupe « slum city » à retrouver sur le carnet de recherche du projet PARVIS: https://parvis.hypotheses.org/groupe-slum-city)

Éclaircissements sur son approche du bidonville avec l’association Système B, P. Joffroy revendique une connaissance physique du bidonville en tant que militante et architecte, son travail en tant que chercheuse n’est pas formalisé académiquement.

Pascale Joffroy a créé un cours de Master à l’EAVT « Bidonvilles et habitats précaires ». Certains travaux étudiants, réflexions et comptes-rendus de travaux sont accessibles sur le blog du cours: https://bidonvillesethabitatsprecaires.wordpress.com/.

Le pivot de la présentation s’articule autour d’une projection de photographies produites dans le cadre de la réponse à un appel d’offres pour un « Bonus Qualité Recherche » de l’EAVT. Le questionnement initial au projet est le suivant : pourquoi et pour qui dessiner? Que montrer et pourquoi ?

L’objectif est de représenter les usages et temporalités du bidonville, l’organisation urbaine (avec des places et des rues) du bidonville. Le fil rouge du projet est de questionner les représentations sociales sous-jacentes.

Pascale Joffroy projette trois photographies. Une première photographie issue du quotidien Le Monde prise par le photographe  des villes Myr Muratet qui donne à voir une rue du bidonville de Bondy en avril 2018.

(https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/29/agressions-contre-des-roms-depuis-l-attaque-on-hesite-a-sortir-a-aller-faire-nos-courses-a-aller-travailler_5443309_3224.html)

Une deuxième photographie dont Pascale Joffroy est l’auteure, prise à Émerainville en 2016 qui révèle une banderole sur laquelle est inscrit “Camp de Roms il faut que le scandale cesse!”. Pascale Joffroy questionne la formule. Quel est le scandale ? Que les gens les gens habitent dans ces conditions ou de façon non autorisée ?

Une troisième image est projetée il s’agit d’un photomontage qui compile deux types de documents :

  • juridiques avec par exemple un arrêté municipal listant les arguments qui justifient l’expulsion.
  • médiatiques avec un titre de dépêche AFP “La France défend l’évacuation des camps de Roms devant l’ONU”

La projection de ces photographies fut l’occasion d’un échange très fructueux entre les personnes présentes et Pascale Joffroy. De nombreuses questions techniques et juridiques furent posées concernant le bidonville comme l’accès à l’eau et à l’électricité, la gestion des déchets, le droit à l’habitat, la durée de vie moyenne des bidonvilles, la procédure d’expulsion.

Ce fut également l’occasion pour Pascale Joffroy de clarifier des concepts et positions idéologiques :

  • Premièrement, l’idée du bidonville comme envers de la ville vendable, et ce, non pas pour des raisons légales, mais pour des raisons formelles, car le bidonville dérange l’ordre et assume une forme d’autonomie. Le bidonville échappe à nos normes de pensées communes. Pascale Joffroy se réfère au concept de « norme » travaillé par Michel Foucault, pour qui la norme est un moyen de préserver l’ordre officiel.
  • Deuxièmement, en vue de faire un lien entre les différentes approches du projet PARVIS – et notamment la recherche fondamentale dont l’objet d’étude est « la ville dans les fictions climatiques » – Pascale Joffroy signale que la norme climatique – du point de vue architectural – glisse vers une nouvelle norme (au sens foucaldien) car elle transforme la pensée.

Pascale Joffroy conclut son intervention sous forme d’interrogation : la disparition et l’apparition du bidonville, une fiction?

2ème temps : Intervention de Jacques Ippoliti enseignant à l’Ecole d’Architecture de la Ville et des Territoires Paris-Est (EAVT), membre dugroupe « Slum City » et engagé auprès de l’association Système B comme Bidonville.

 

J. Ippoliti projette une série de diapositives effectuée avec Pascale Joffroy, dans le cadre d’une recherche BQFR de l’EAVT sur le bidonville et l’habitat précaire donnant à voir simultanément une photographie et un dessin qui illustrent une classification thématique du bidonville. Les diapositives sont disponibles ci-dessous:

Bidonvilles, représentations dessinées BQFR EAVT Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti

Cette classification est rangée en quatre grandes thématiques : la construction, les usages et l’habitat, la relation territoriale du bidonville et les temporalités.

Ces quatre thématiques sont ensuite subdivisées en de multiples entrées : les portails, les rues, les systèmes constructifs, les matériaux, les outils, la salle commune, la cheminée…

Nous retenons en exemple de cette discussion visuelle entre image et photographie l’entrée « Le portail » :

une photographie à droite donnant à voir un chemin, un fossé, une flèche rouge sur un poteau et à gauche un dessin rendant compte du bidonville qu’il y a derrière ce portail, qui, sur le dessin n’est plus qu’un détail.

Projection de plusieurs diapositives avec de multiples entrées : « La platz », « Le recevoir ».

3ème temps : Intervention de Virgine Tahar maîtresse de conférences en littérature à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et responsable du volet recherche-création du projet PARVIS

Point sur le projet de résidence d’écriture dont les enjeux et objectifs sont définis sur le carnet de recherche : https://parvis.hypotheses.org/residence-decrivain-description-du-poste

V. Tahar s’est entretenue avec la chargée du programme « Le temps des écrivains à l’Université » de la Maison des écrivains et de la littérature (Mél) Virginie Fréney. La Mél est partenaire du projet et servira d’intermédiaire juridique pour la contractualisation de la résidence avec l’écrivain.e. Il en ressort que l’écrivain.e doit être recruté.e pour dix-huit moins sans interruption.

La discussion est dirigée autour de la procédure de recrutement. L’enjeu est de donner la possibilité aux écrivain.e.s candidat.e.s de s’imprégner des questions et réflexions de PARVIS en amont de leur candidature tout en respectant un cadre juridique. La Mél propose un système d’invitations ponctuelles et rémunérées des auteur.e.s. Il est acté que le recrutement se fera en deux temps. Cinq écrivain.e.s seront pré-recruté.e.s afin de participer à la journée d’étude du 12 février 2020. La date butoir de la rédaction de l’appel pour publication est actée pour fin janvier. La forme de leur présence à cette journée d’étude demeure indéterminée : en créateur ou en observateur ? A la suite de cette JE une proposition de projet de création en rapport avec les thématiques et les axes du projet sera demandée pour le 15 avril, celui-ci aura valeur de contrat moral. Les candidatures seront soumises à examen lors du séminaire du 22 avril.

Le cahier des charges de la commande de texte reste à définir.

4ème temps : Retour sur la présentation de Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti (groupe « slum-city »)

De nombreuses questions ont émergé lors de la présentation du groupe « slum-city » témoignant de la curiosité de l’équipe pour les sujets abordés. Une clarification des aspects juridiques concernant le logement s’impose notamment le code de l’urbanisme.

La diffusion sur le carnet de recherche de PARVIS des documents iconographiques projetés par Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti est discutée. L’objectif de ce carnet étant de rendre compte des travaux du projet PARVIS et de valoriser ses résultats, il semble pertinent d’avoir la possibilité de diffuser et discuter une ‘’banque d’images’’ des habitats informels. La question des droits et du statut de ces images ouvre un débat car elles ont été produites dans un certain contexte de financement et en partenariat avec une association engagée auprès des habitants de bidonvilles. Il semble que l’association Système B comme Bidonville pourrait être affiliée comme partenaire du projet PARVIS.

5ème temps : Point sur la Journée d’Étude du 12 février 2020

A l’initiative de la coordinatrice du programme de recherche PARVIS Irène Langlet, l’idée d’un séminaire ouvert au public en présence de chercheurs extérieurs (quatre/cinq) a émergé.

La discussion se concentre sur les intervenants envisagés et la thématique de la journée d’étude.

Deux chercheurs ont d’ores et déjà répondu favorablement à I. Langlet pour intervenir à cette journée d’étude. Le chercheur finlandais Lieven Ameel spécialiste des médiations littéraires de l’urbain et co-rédacteur en chef de la revue scientifique Literary Urban Studies (son carnet de recherche: https://blogs.helsinki.fi/urbannarratives/about-me/). Ainsi que Pierre Schoentjes, professeur de littérature française contemporaine à l’Université de Gand et auteur d’un panorama actuellement porteur d’un projet international « Littérature, Environnement et Écologie : une approche écopoétique de la fiction contemporaine française, italienne, germanophone et anglophone ». Auteur du premier panorama de littérature écologique francophone : Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (Wildproject, 2015). Le groupe « slum-city » présentera certains de ses travaux sur les bidonvilles.

Concernant les communications possibles, et dans la perspective de PARVIS comme projet académique qui vise à développer la recherche appliquée avec des acteurs publics et des membres de la société civile, émerge la possibilité de solliciter le réseau de l’association Place to Be représentée par Sami Cheikh Moussa dont l’objectif est de fédérer différents acteurs médiatiques, culturels, associatifs et entrepreneuriaux cherchant à inventer de nouveaux imaginaires intégrant la question environnementale (http://www.placetob.org/sami/). Les personnes à solliciter sont les suivantes : un représentant du mouvement « Le pacte pour la transition » (https://www.lepacte.ca/), un citoyen ayant participé aux débats de la Convention citoyenne pour le climat (https://www.conventioncitoyennepourleclimat.fr/).

Deux autres profils d’intervenant.e.s sont envisagés visant à couvrir les volets géographie et philosophie de l’environnement impliqués dans le projet PARVIS autant dans sa dimension recherche fondamentale que recherche appliquée. Pour l’approche géographique, Nathalie Blanc est évoquée. Elle est directrice de recherche au CNRS très active dans la recherche en géopoétique, elle étudie notamment les liens entre vivant et ville (http://www.ladyss.com/blanc-nathalie). Pour l’approche philosophique, le nom de Sébastien Marot est mentionné. Il est philosophe et professeur à l’École d’Architecture de la Ville et des Territoires à Marne-la-Vallée et travaille sur les liens entre architecture et environnement (https://paris-est.archi.fr/ecole/enseignants-et-chercheurs/marot-sebastien).

Il reste à définir précisément la thématique de la journée d’étude ainsi que son texte d’orientation. Mais il est acté que se déroulera un atelier de préfiguration du colloque international (qui aura lieu au printemps 2021 sur les fictions climatiques) ainsi qu’une cartographie des genres liés à la cli-fi.

Le séminaire se termine à 13h et certains points répertoriés à l’ordre du jour n’ont pas pu être abordés : la préparation du séminaire de décembre sur les fictions climatiques et l’ouverture des séances au public.

Compte-rendu rédigé par Nadège Pérelle, doctorante à l’UPEM (LISAA) en charge de l’axe recherche fondamentale de PARVIS sur « La ville dans les fictions climatiques ».

Image: © Jacques Ippoliti, 2019

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search