SlumCity 1

Parvis 1. Séance 2. 13 Novembre 2019

Sommaire

I. Présentation de l’équipe « SlumCity »

II. Représentations photographiques et dessinées du bidonville

III. La recherche-création et PARVIS

I. Présentation de l’équipe « SlumCity »

L’équipe « Slum City » est formée de deux enseignant.e.s de l’EAVT ayant entrepris une recherche sur la représentation graphique de plusieurs bidonvilles en Ile-de-France, dans le cadre d’un « Bonus Qualité Recherche ». Cette recherche, qui se prolongera dans PARVIS, s’articule au travail de l’association Système B comme Bidonville, dont le but est l’amélioration des conditions de vie dans les bidonvilles. Cette association intervient dans différents villes (Bondy, Saint-Denis, Antony) dans le cadre des politiques officielles de résorption  » par le haut » des bidonvilles.

Le site internet suivant rend compte des actualités de l’association: https://systemebidonville.com/.

(Résumé du projet du groupe « slum city » à retrouver sur le carnet de recherche du projet PARVIS: https://parvis.hypotheses.org/groupe-slum-city)

P. Joffroy revendique une connaissance physique du bidonville en tant que militante et architecte, son travail en tant que chercheuse n’est pas formalisé académiquement. Elle a créé un cours de Master à l’EAVT « Bidonvilles et habitats précaires ». Certains travaux étudiants, réflexions et comptes-rendus de travaux sont accessibles sur le blog du cours: https://bidonvillesethabitatsprecaires.wordpress.com/.

II. Représentations photographiques et dessinées du bidonville

Le pivot de la présentation s’articule autour d’une projection de photographies produites dans le cadre de la réponse à un appel d’offres pour un « Bonus Qualité Recherche » de l’EAVT. Le questionnement initial au projet est le suivant : pourquoi et pour qui dessiner? Que montrer et pourquoi ?

L’objectif est de représenter les usages et temporalités du bidonville, l’organisation urbaine (avec des places et des rues) du bidonville. Le fil rouge du projet est de questionner les représentations sociales sous-jacentes.

Pascale Joffroy projette trois photographies. Une première photographie issue du quotidien Le Monde prise par le photographe  des villes Myr Muratet qui donne à voir une rue du bidonville de Bondy en avril 2018.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/29/agressions-contre-des-roms-depuis-l-attaque-on-hesite-a-sortir-a-aller-faire-nos-courses-a-aller-travailler_5443309_3224.html

Une deuxième photographie dont Pascale Joffroy est l’auteure, prise à Émerainville en 2016 qui révèle une banderole sur laquelle est inscrit “Camp de Roms il faut que le scandale cesse!”. Pascale Joffroy questionne la formule. Quel est le scandale ? Que les gens les gens habitent dans ces conditions ou de façon non autorisée ?

Une troisième image est projetée il s’agit d’un photomontage qui compile deux types de documents :

  • juridiques avec par exemple un arrêté municipal listant les arguments qui justifient l’expulsion.
  • médiatiques avec un titre de dépêche AFP “La France défend l’évacuation des camps de Roms devant l’ONU”

Cette présentation ouvre de nombreuses problématiques inhérentes au bidonville comme l’accès à l’eau et à l’électricité, la gestion des déchets, le droit à l’habitat, la durée de vie moyenne des bidonvilles, la procédure d’expulsion.

Les documents iconographiques serviront d’appui aux conclusions suivantes :

  • Premièrement, l’idée du bidonville comme envers de la ville vendable, et ce, non pas pour des raisons légales, mais pour des raisons formelles, car le bidonville dérange l’ordre et assume une forme d’autonomie. Le bidonville échappe à nos normes de pensées communes. Pascale Joffroy se réfère au concept de « norme » travaillé par Michel Foucault, pour qui la norme est un moyen de préserver l’ordre officiel.
  • Deuxièmement, en vue de faire un lien entre les différentes approches du projet PARVIS – et notamment la recherche fondamentale dont l’objet d’étude est « la ville dans les fictions climatiques » – Pascale Joffroy signale que la norme climatique – du point de vue architectural – glisse vers une nouvelle norme (au sens foucaldien) car elle transforme la pensée.

J. Ippoliti projette une série de diapositives sur le bidonville et l’habitat précaire donnant à voir simultanément une photographie et un dessin qui illustrent une classification thématique du bidonville. Les diapositives sont disponibles ci-dessous:

Bidonvilles, représentations dessinées BQFR EAVT Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti

Cette classification est rangée en quatre grandes thématiques : la construction, les usages et l’habitat, la relation territoriale du bidonville et les temporalités.

Ces quatre thématiques sont ensuite subdivisées en de multiples entrées : les portails, les rues, les systèmes constructifs, les matériaux, les outils, la salle commune, la cheminée…

Nous retenons en exemple de cette discussion visuelle entre image et photographie l’entrée « Le portail ». La diapositive donne à voir une photographie à droite qui révèle un chemin, un fossé, une flèche rouge sur un poteau et à gauche un dessin rendant compte du bidonville qu’il y a derrière ce portail, qui, sur le dessin n’est plus qu’un détail.

Projection de plusieurs diapositives avec de multiples entrées : « La platz », « Le recevoir ».

III. La recherche-création et PARVIS

État des lieux par Virginie Tahar du projet de résidence d’écriture dont les enjeux et objectifs sont définis sur le carnet de recherche : https://parvis.hypotheses.org/residence-decrivain-description-du-poste

V. Tahar travaille avec la chargée du programme « Le temps des écrivains à l’Université » de la Maison des écrivains et de la littérature (Mél) Virginie Fréney. La Mél, partenaire du projet sert d’intermédiaire juridique pour la contractualisation de la résidence avec l’écrivain.e.

La discussion collective s’articule autour de la procédure de recrutement. L’enjeu est de donner la possibilité aux écrivain.e.s candidat.e.s de s’imprégner des questions et réflexions de PARVIS en amont de leur candidature tout en respectant un cadre juridique.

La Mél propose un système d’invitations ponctuelles et rémunérées des auteur.e.s. Il est acté que le recrutement se fera en deux temps.

Etape 1 : Cinq écrivain.e.s seront pré-recruté.e.s afin de participer à la journée d’étude du 12 février 2020. La date butoir de la rédaction de l’appel est la fin janvier. La forme de leur présence à cette journée d’étude demeure indéterminée : en créateur ou en observateur ?

Etape 2 : A la suite de cette journée d’étude une proposition de projet de création en rapport avec les thématiques et les axes du projet sera demandée pour le 15 avril, celui-ci aura valeur de contrat moral. Les candidatures seront soumises à examen lors de la séance du 22 avril. Le cahier des charges de la commande de texte reste à définir.

La séance se clôt sur le plan de travail de la journée d’étude du 12 février 2020.

Notes de séminaire de Nadège Pérelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search