18 février 2022 | Images, figures et fictions de villes au prisme de Paris 2024

Journée d’études du groupe STORYTELLING. Séance ouverte au public.

Responsable

Federico Ferrari (maître de conférences ENSA Nantes, membre de l’UMR AUSser 3329 du CNRS – ENSA Paris-Malaquais/Université Paris Sciences et Lettres)

Lieu et horaires

Salle12, ENSA Paris-Belleville, 60 Bd de la Villette, 75019 Paris. De 9h30 à 17h30.


Inscription (obligatoire) : maxence.babin@u-pem.fr
Il est possible de suivre la journée en présentiel ou en distanciel via Zoom. Merci de préciser la modalité choisie en vous inscrivant.


Description

Le corpus de cette journée d’études est constitué d’images produites par différentes villes/acteurs au moment de leur participation à des «événements» (à l’échelle internationale ou pas). La notion d’événement est ici à entendre au sens large, comme étant l’occasion de production de supports visuels les plus variés à des fins de promotion, tant dans le domaine privé que public[1]. Moment «qui fait exception», l’événement «dans la vie des formes» constitue un cas-limite qui interroge le rôle de l’architecture, sa mise en image et sa fictionnalisation. Autrement dit, il s’agit d’une notion permettant d’analyser le lien –circulaire et jamais univoque– entre le projet spatial et sa médiatisation.

La ville est un espace narratif et les images des projets urbains et architecturaux –images projectives, véhicules de «futurs» sociaux et culturels– constituent un outil fondamental dans la construction de ces narrations. Il est toutefois nécessaire, afin de comprendre ce type particulier d’images, descriptives et performatives à la fois, de convoquer la notion plus complexe de figure. Il s’agit en effet de pré-figurations qui articulent le rapport entre passé, présent et futur[2]. Au-delà de notions classiques telles que la métaphore et l’analogie, le concept de «figure[3]» –entendue comme production visuelle à mi-chemin entre textes et images, figures du discours et figure du regard[4]– sera donc au cœur de la journée d’études.
Les études littéraires ont exploré de longue date ce rapport entre «figure» (au sens rhétorique) et «fiction» (au sens sémantique) ; il a notoirement orienté le travail sur la métalepse de Gérard Genette[5], et nourri par la suite une relecture de la représentation en littérature, du rapport de la fiction à la réalité. Dans ce cadre, on comprend la figure comme une fiction en germe ou en miniature, ou la fiction comme le développement d’une figure prise à la lettre –d’une manière proche de ce qu’un écrivain comme Lehman explique du processus d’écriture de la science-fiction, et de la manière dont ce genre favorise «un usage particulier du langage qui consiste à interpréter les métaphores de façon littérale[6]». Dès lors, la théorie littéraire articule l’image (au sens verbal de comparant) et le récit, l’ancrage des récits de métamorphose dans les images issues de la réalité non métamorphosée, et donc aussi la modélisation narrative des futurs comme développement des modélisations figurales du présent. La mobilisation de la «figure» dans le champ du projet en fait un élément syntaxique fondamental de l’urbanisme entendu, à la suite de Françoise Choay, comme la construction d’un discours sur la ville où les phases analytique et prospective sont étroitement imbriquées. La figure est en fait une représentation –au sens d’une description de l’existant– et en même temps une invention qui ouvre à des horizons possibles : «double analogique d’un objet» et «espace en plus[7]». Son caractère projectuel est intrinsèquement lié à son ambiguïté de dispositif évoquant des représentations entre «caché et dévoilé, visible et invisible, mouvance et fixation, ou encore abstrait et concret».

La journée d’études a pour premier objectif de réunir autour de cette question des spécialistes de provenances variées: philosophes, sociologues, concepteurs/architectes, acteurs de la promotion immobilière et de la maîtrise d’ouvrage témoigneront de la manière dont ils lisent, analysent, et interprètent des «images de villes». Parallèlement à cette transdisciplinarité, elle sera l’occasion de développer une approche comparative à la fois en termes géographiques et historiques pour saisir en quoi ce qui se passe aujourd’hui s’inscrit dans la longue durée.
La journée est articulée en deux sessions: la première porte sur des études de cas proposées par des acteurs «producteurs» d’images, qui nous expliquerons de l’intérieur les processus de création, le public ciblé, le cadre de la commande etc.; la deuxième est structurée autour de questions théoriques et épistémologiques; les intervenants, tout en gardant le principe d’une ou plus supports visuels comme point de départ, aborderons plutôt la méthodologie d’un regard de l’extérieur sur ces images.

Programme de la journée

Introduction : «Les images, créatures vivantes et constructrices de réalité»

Session 1 (matin) : «Produire des images. Cas d’études et regard des acteurs»

Session 2 (après-midi) : «Images et évènements, récits du futur» 

Crédits de l’image : Passerelle, 2019 ©Dominique Perrault Architecte / Adagp


[1] G. Monnier, «L’édifice, instrument de l’événement : une problématique», dans R. Klein et É. Monin (dir.), L’Architecture et l’Événement, Lille, Cahiers thématiques, n°8, ENSAP de Lille, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009, pp. 15–23.

[2] L. Ameel, B. Keunen, P. Uyttenhove, La Puissance projective. Intrigue narrative et projet urbain, Genève, Métispresses, 2021 ; B. Secchi, Il racconto urbanistico, Turin, Einaudi, 1984.

[3] E. Auerbach, Figura, Paris, Macula, 2017 [1944].

[4] B. Secchi, Première leçon d’urbanisme, Marseille, Parenthèses, 2005 [2000].

[5] G. Genette, Métalepse. De la figure à la fiction, Seuil, 2004.

[6] S. Lehman, «La Légende du processeur d’histoire», Cycnos, vol. 22.1 (La science-fiction dans l’histoire, l’histoire dans la science-fiction), 2005, mis en ligne en novembre 2006, URL : http://epi-revel.univ-cotedazur.fr/publication/item/609

[7] M. Lussault, «L’espace avec les images», in B. Debarbieux et S. Lardon (dir.), Les Figures du projet territorial, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2003, pp. 39-60.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20/01/2022

    […] 18 février 2022 | Images, figures et fictions de villes au prisme de Paris 2024 […]

  2. 24/01/2022

    […] de 9h à 18h.Inscription obligatoire : maxence.babin@u-pem.frAccédez à l’annonce : PARvis – Paroles de VillesLa journée d’études a pour premier objectif de réunir autour de cette question des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search