Séminaire Parvis – 2 octobre 2019

Présents

Olivier Bonin, Catherine Dominguès, Tita Kiriacopoulou, Claude Martineau, Sami Cheikh Moussa, Irène Langlet, Soline Nivet, Nadège Pérelle, Virginie Tahar.

Excusées

Pascale Joffroy, Guillemette Morel-Journel

La réunion est ouverte à 9h15. On fait un tour de table pour se présenter, notamment à Nadège Pérelle, doctorante recrutée en juillet pour conduire la recherche doctorale sur la ville dans la cli-fi. L’objectif est rappelé : lancer le programme, et donc expliciter les orientations de chaque groupe, afin de les coordonner.

Soline Nivet présente les intentions du groupe « Storytelling » à l’école Malaquais (architecture). Des collectes de corpus vont être faites, notamment par les étudiants de master, pendant le premier semestre. La campagne des élections municipales de 2020 offre l’occasion d’une production de discours et d’images et permet de donner une cohérence à ce corpus. Paris 2024 (Jeux Olympiques) serait un autre axe de cohérence. Quelques exemples sont donnés (un récent rapport de Terra Nova, le livre de Anne Hidalgo).

Questions et observations :

  • qu’est-ce qui fait corpus ? quel concept sous-jacent ? Motif des municipales, autres campagnes du même ordre dans le passé ou dans d’autres villes (Milan, par F. Ferrari).
  • terrains secondaires et sources de matériaux ? Marne-la-Vallée (Guillemette Morel-Journel possède déjà un corpus) ? ou bien des villes moyennes ? (concours Europan, réseau « Espace rural projet spatial », programme national « Coeur de ville »…)
  • monde associatif et ONG : Sami évoque 2 sources potentielles de discours : « Pacte pour la transition », réseau de collectifs citoyens (1000 déjà créés), ateliers avec des têtes de réseau des industries ou syndicats de la culture, env. 50 possibles dès février.
  • approche comparative : Olivier évoque les services « Morgenstadt » de l’entreprise allemande Fraunhofer (https://www.morgenstadt.de/). Les rapports et services sont payants mais le site regorge de documents exploitables.

Catherine Dominguès présente les intentions du groupe « Carto » (qui n’aime pas tellement ce nom, appel ouvert pour en chercher un autre).

NB : on rappelle que les actions concrètes de ce groupe entrent logiquement dans le planning de projet plus tard que les autres, puisqu’il s’agit d’analyser les corpus rassemblés par ailleurs.

Pour envisager le traitement automatique des corpus rassemblés, un diaporama liste successivement : des thématiques, des types de corpus, des questions possibles. Une discussion s’engage sur ces listes, et sur la méthodologie à mobiliser.

Questions listées :

  • collapsologie
  • changement climatique
  • verticalité, forme de la ville ?
  • déplacement dans la ville ?
  • nommage des lieux ?
  • caractérisation de la ville ?
  • intertextualité, mythes et références partagées

Corpus listés

  • corpus techniques (doc. prospectifs, prescriptifs, réglementaires)
    • doc. administratifs et de planification
    • programme « ville de demain » [ ? à préciser]
  • discours sociaux (presse, publicité)
    • Usbek & Rica
    • Wedemain
    • Factiva
  • Production des autres groupes
    • Storytelling
    • Recherche-création
  • romans

Préconisations et précisions

  • Rassembler des vocabulaires techniques.
    • réseaux sémantiques
    • description dans des codex
  • Privilégier des recherches contrastives.
  • Volumes minimaux : réponse variable, selon la requête précise.
    • env. 10 000 mots
    • env. 1 million de signes
  • Nécessité absolue de poser une question précise. Dans le projet tel que déposé : « quels sentiments associés à quels lieux ? »

Nadège Pérelle présente les premières bases de son projet doctoral sur « la ville dans la climate fiction ».

Intérêt particulier au végétal dans la ville. Corpus surtout nord-américains (Bacigalupi, McCarthy), mais aussi français (Ligny). Solarpunk à voir pour articuler avec groupe « Slum », question du déchet en littérature. Questions : littéraire ou intermédiatique ?

Les présent·e·s sont tous demandeur·se·s d’une présentation plus approfondie de la cli-fi et des corpus fictionnels de la thèse.

Virginie Tahar présente les orientations de l’axe « recherche-création ».

La MEL (Maison des Ecrivains et de la Littérature) est prête à aider pour les aspects administratifs de versement des droits et salaires. Le programme de la MEL « Temps des écrivains à l’université » aura des points de contact et d’intérêt avec PARVIS (responsable V. Fresnay).

C’est prévu plus tard dans le planning ; mais on réfléchit à l’idée de recruter l’artiste en résidence, plutôt que 18 mois d’un coup, 2×9 mois renouvelables :

  • oct-juin 2020-21
  • oct-juin 2021-22

Des noms d’écrivain·e·s sont évoqués, suggérés par V. Fresnay. Un débat s’engage au sujet des écrivains-fonctionnaires, qui bénéficient déjà d’un salaire. Sans le clore, on en retire l’idée que le cadrage du recrutement de l’écrivain·e devra être précisé.

On convient d’élaborer le calendrier des prochaines séances sur les bases suivantes :

  • mensuellement
  • le vendredi (à confirmer)

La séance est levée à 12h30. Les encore présent·e·s se voient proposer de somptueux plateaux repas avec trop de contenants plastiques et un Côtes-du-Rhône tout à fait acceptable.

Compte-rendu rédigé par I. Langlet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search