“(Quelques) Poèmes bêtes du XXIe siècle” d’Adèle Gascuel

C’était une plage

C’était une plage de sable chaud

C’était une plage de sable chaud qui n’avait pas connu d’autres amis que le soleil, les crabes et les palmiers

C’était une plage de sable chaud dans un de ces pays que les hommes blancs appellent paradis

il faut dire que sur les cartes postales c’est joli

il faut dire que ça ressemble au paradis

(même si,

sur ces plages-là,

les hommes blancs crevaient de la chaleur et des moustiques,

ils étalaient des couches de crème sur des couches de crème

leurs corps étaient gras, la peau leur mangeait

ils raclaient les fonds marins, décimaient les cabillauds

ils embauchaient les pêcheurs sur leurs chalutiers, les pêcheurs n’avaient plus à manger et les poissons disparaissaient

les terres étaient achetées et Monsanto faisait des entrechats et des danses macabres sur le biocarburant et l’envol des prix du blé)

mais je m’éloigne

je dis des banalités

bla bla bla le capitalisme  bla bla bla le colonialisme,

vous n’êtes pas venu.e ici pour les informations

                                               et vous m’avez comprise

disons.

disons que c’était une plage de sable chaud qui n’avait pas connu d’autres amis que le soleil, les crabes et les palmiers

C’était une plage de sable chaud qui se dorait les orteils dans l’eau de mer en solitaire

verre béton béton verre

un bateau est venu prendre le sable

verre béton béton verre

le bateau a ramené le sable dans un entrepôt

verre béton béton verre

le sable a été transformé

verre béton béton verre

nous vivons dans des plages de sable chaud

nous vivons

entre quatre murs

quelques parois de verre

des parkings

des fenêtres

la dalle au sol et le plafond

nous vivons dans des plages de sable chauds cambriolés

entendez-vous parfois la nuit les murs grincer, siffler,

entendez-vous parfois les murs

appeler le bruit du vent dans les palmiers ?


L’arbre était là

            planté sur le boulevard

L’arbre était arbre

            planté sur le boulevard

L’arbre était du quota des arbres

            planté sur le trottoir du boulevard

L’arbre était là parce que la voiture

                        parce que les klaxons

                        parce que le dioxyde de carbone

                        les conducteurs et le ronronnement des moteurs

L’arbre était le yin du yang le bas du haut

                        la racine du ciel

                        l’obscurité de la lumière

L’arbre était

            parce que des artères sans poumons ça n’existe pas

            parce que des boulevards sans platanes ça n’existe pas

L’arbre était

                        vert

                        c’est ce qu’on attendait de lui, pas vrai ?

L’arbre était vert

            et son vert était l’exemplaire témoin

            la citation authentique

 il fallait bien que quelqu’un à l’origine soit vrai dans cette ville de poussières et bétons et c’était lui,

l’arbre,

le vrai

l’origine du monde.

La chatte de Courbet et puis Adam et Eve pouvaient aller se brosser, c’était l’arbre et la pomme qui étaient là en premier.

Et l’arbre donnait le ton pour tout le monde :

                                               Zara

                                               Macdo

                                               Habitat

                                               H&M

                                               La Redoute

                                               J’en passe

L’arbre était sur le trottoir du boulevard, l’arbre était vert ainsi étaient

                                               Zara

                                               Macdo

                                               Habitat

                                               H&M

                                               La Redoute

                                               J’en passe

Et l’arbre était le yin du yang le bas du haut

                        la racine du ciel

                        l’obscurité de la lumière

L’arbre était vert

L’arbre était chétif

l’arbre ne connaissait pas la forêt

l’arbre ne connaissait pas les biches

                                   les myrtilles

                                   les ruisseaux

                                   les chasseurs

                                   les collègues

l’arbre ne connaissait pas d’autre être social que l’être-arbre

l’arbre existait pour être-arbre

l’arbre ne savait même pas s’il était marronnier chêne ou platane

L’arbre était loin de se douter de l’existence du marronnier du chêne et du platane

            je ne parle même pas du frêne

                        du baobab

                        du séquoia géant

                        ou du bougainvilliers sauvage

L’arbre était roi

            l’arbre régnait dans son auréole de bitume

l’arbre était l’absolu et la réparation

l’arbre était notre tentation

            car vraiment nous croyions

                        que l’arbre dans son auréole nous sauvait de nos péchés et compensait nos bagnoles

un arbre = une bagnole

                        se gargarisait l’arithmétique fantasmatique de la ville

            l’arbre bouffait de la bagnole mais l’arbre n’avait pas si faim

            l’arbre était trop chétif

            l’arbre ne sauvait rien

l’arbre régnait sans pouvoir

                        avec le charme d’une reine d’Angleterre

                                   des dentelles, des collerettes, des feuillages pâles et des rameaux d’ombrage

l’arbre était seul

            avec sa couronne de solitude plantée sur le trottoir

Roi sans forêt

Il régnait sur les verdures de Zara

                                               Macdo

                                               Habitat

                                               H&M

                                               La Redoute

                                               J’en passe

L’arbre…

(oh ne décrochez pas car il manque encore quelques épisodes à l’histoire de l’arbre

et c’est une histoire que j’aime

car j’aime cet arbre

tout seul

et sa couronne de bitume noir)

Ainsi

parfois

et c’est là que ça devient intéressant

l’arbre voyait passer des planches Leroy Merlin et des bureaux de chez Conforama dans le coffre des bagnoles qui défilaient pas loin de son trottoir

Oh, la belle planche

            pensait l’arbre qui ne pensait pas

la belle planche

Car la planche

            la planche malgré sa gueule blême et qu’elle en tire une tronche

            la planche avait connu les biches les myrtilles les ruisseaux les chasseurs les collègues

la planche avait connu les routes et les mers

            les cerfs les dauphins les sangliers et les requins

Qui sait, la planche venait peut-être de Jakarta

            la planche avait connu le bruit des mangues qui s’écrasent

la sale affaire

la sale affaire d’être roi

la sale affaire d’être roi à la triste couronne

                                               pensait l’arbre qui ne pensait pas

                                               (pensait l’arbre pendant que les planches allaient se faire clouer,

                                               il fallait arrêter de délirer la vie n’était probablement pas si géniale dans les exploitations forestières de Jakarta)

Mais l’arbre était triste de ne pas connaître Jakarta ou autre chose que son trottoir.

Il était roi

il avait des devoirs

            il avait le devoir d’adoucir nos mœurs et nos moteurs

            il avait le devoir d’innocenter les accélérateurs

            il avait le devoir d’être vert et de montrer l’exemple

vert ses sujets les boutiques

vert les apprentis-forêts Zara

                                               Macdo

                                               Habitat

                                               H&M

                                               La Redoute

                                               J’en passe

et l’arbre regardait ses sujets

ses mauvais sujets

ses méchants sujets, décriés, vilipendés, accusés de couper des planches dans les forêts de Jakarta

            ah si seulement mes sujets tuaient le roi, me tuaient moi, pensait l’arbre qui ne pensait pas

et il rêvait

            qu’on lui coupe la tête

            qu’on lui scie les bras

            qu’on l’emporte dans une bagnole

            qu’il finisse sur le comptoir

Mais les arbres des villes ne finissent pas en planches à Leroy Merlin

on les laisse sur le trottoir jusqu’à leur mort et que les chiens leur pissent dessus

et puis on les jette dans une poubelle verte, inspirée de leur ramage.

Ainsi l’arbre était seul et l’arbre était chétif

Mais il était

                        le yin du yang le bas du haut

                        la racine du ciel

                        l’obscurité de la lumière.


Imaginez que vous marchez dans le rêve.

Le soleil est tendre, il caresse votre chemise en textile bio.

Respirez.

Vous sentez la fougère sauvage, la marguerite des champs, l’écorce du tilleul, et la douceur des peaux humaines.

Les enfants jouent, les brumisateurs sont gais comme des lapins.

Imaginez.

Vous marchez dans l’image.

Quelque part à peine plus loin

Des véhicules électriques glissent,

            ronronnent doucement,

            bâillonnent le silence.

Ici, les feuilles s’ébrouent comme une publicité aux cheveux d’or qui le vaut largement.

Les rues se nomment des allées,

            les avenues sont des promenades,

            les artères sont des passages

            et les carrefours s’appellent des squares.

Ils portent les noms de Nelson Mandela, John Lennon et Anne Frank.

Vous êtes à l’intérieur du rêve

Et Nelson Mandela, John Lennon et Anne Frank inaugurent le quartier et se mettent à chanter

                                   Oui, oh oui, oh oui oui oui

                                   et puis d’autres paroles que j’ai malheureusement oubliées.

Après leur chansonnette et puis leurs beaux discours, ils s’embrassent les uns les autres. Des paparazzis prennent quelques photos pour la promotion immobilière du quartier ; les agences sont bien contentes d’avoir les images d’une jolie famille issue de la diversité : un noir, son compagnon pédé et une enfant juive.

Et puis Nelson Mandela, John Lennon et Anne Franck

                                   s’envolent comme des chevaux au galop dans les airs

                                                                                                          cataclop cataclop cataclop.

Vous êtes dans le musée du mensonge, et il n’a aucun mur.

Les gens sont de chair et d’os, les portails des immeubles sont en aluminium, les arbres sont faits en arbre, le bois est bois l’écorce est écorce les feuilles sont feuilles,

            savons-nous plier comme le bouleau dans le vent,

            savons-nous nous plier dans l’image sans le vent ?

Votre silhouette apparaît sur trois écrans de surveillance

Ce qui est,

            est vous qui marchez non pas sur la promenade mais sur les trois écrans

L’image dans laquelle vous êtes enfermé.e apparaît également sur le logiciel d’un urbaniste qui avait voulu être peintre.

Mais les peintres sont au chômage,

            alors l’urbaniste qui avait voulu être peintre a étudié pendant 5 ans

                         il est sorti le jeudi soir

                        et puis il a passé son diplôme avec mention

Il a quitté sa chambre d’étudiant,

             la douche à côté de la gazinière,

            les toilettes sur le pallier.

La petite pancarte sur son bureau indique que désormais, Pôle Emploi est un mauvais souvenir.

L’urbaniste qui avait voulu être peintre rêve pourtant encore la nuit du luxe,

            du calme et de la volupté,

            il rêve que la volupté a ses racines dans la souplesse des poignées de porte,

            il rêve la nuit que les fougères remplacent les kebabs,

                        que les fenêtres se fassent tournesols et tendent leurs vitres de pétales vers les rayons de l’aube,

            il rêve que sa tristesse se réchauffe au parfum du curcumin et de la cannelle chaude,

                        que les portes des maisons s’ouvrent comme les vagues se déposent,

                        que les bateaux nous bercent loin des montées des eaux,

            il rêve que les carottes poussent sous l’océan et que les algues recyclent les plastiques

il rêve du peintre qu’il aurait été

et toute la nuit, noyé dans la sueur de soleils engloutis, il dirige le sous-marin.

Son enfant, sa sœur, sommeille quelque part dans les limbes de ces ailleurs lointains.

            Comme une princesse noyée de l’Atlantide,

                        il l’a perdue un jeudi soir et n’a pas su la rattraper.

Il avait un peu trop bu,

            il avait beaucoup de boulot,

            et pas très envie de se faire chier.

Son enfant, son aimée est quelque part très loin dans le fond de ses rêves

            là où la soie d’araignée,

            les fanons des baleines,

            le parcours des fourmis,

            le bec du martin-pêcheur et les feuilles des rhododendrons

                        délivrent des massages anti-stress et tout un tas d’innovations supers.

Et le réveil-matin sonne

alors l’urbaniste remet ses lunettes

le bruit des moutons et des vagues a disparu

l’Atlantide et les Caraïbes ne sont pas sur son secteur, lui il travaille sur la Seine-Saint-Denis,

l’urbaniste sort son mac, sa tasse de café,

            il se met au travail,

            il vous met dans l’image et dans la boule de neige.

Promenez-vous comme si vous y étiez

            et pourtant vous n’y êtes pas.

            Ravissement de la vie électrique.


Mon bras télescopique appelé smartphone atteste de l’existence de mon corps

            Sur les écrans, je existe en huit formats dix-huit volumes

Quel est mon poids sur les data centers et combien de poulpes géants m’ont-ils croisé sous l’océan ?

Je surface miroir à chaque caméra de surveillance

Quel est mon poids sur satellites

            et les étoiles ont-elles rencontré mon existence dans l’espace

            et les oiseaux ont-ils croisé mon ombre dans le ciel ?

Surface miroir, je est stocké quelque part dans un charmant entrepôt du Vexin, de la Loire ou du Hurepoix

 Je s’est enfui à la campagne sans me mettre au courant.

            Je a raison, c’est devenu irrespirable la banlieue parisienne.

L’idée de je en villégiature dans un entrepôt du Vexin me réconforte.

C’était

c’était une drôle d’époque

c’était une drôle d’époque oui

C’était

ils avaient une drôle de langue

une drôle de langue oui

ils avaient

ils avaient une langue comme les oiseaux chatoyants, une langue comme les papillons comme les orchidées sauvages

ils avaient une langue comme les cerfs-volants aux queues paillettes qui aimeraient rompre dans le vent, ils avaient une langue comme une combinaison de ski des années 80 comme une robe de Dalida pour égayer la croissance comme une pina colada pour cacher le chômage comme les couleurs des paupières de ma mère quand elle cherchait à maquiller son âge

oui

ils avaient une langue comme une vieille femme qui cherche à maquiller son âge

Ils disaient

nous rénovons la chaussée

et sous le maquillage ils disaient

béton

ils disaient

« l’aménagement du territoire est une étape-clé de la transformation sociale »

ou encore

« les J.O. seront des accélérateurs de l’innovation pour la logistique urbaine et le BTP »

 ou encore mieux ils disaient

« l’extraction des énergies fossiles et des matériaux lourds sont inhérents au passage à la voiture électrique et au développement des énergies renouvelables pour un monde de demain plus durable »

et en traduction, ça faisait : béton. Béton béton. Béton béton béton. Béton.

C’était une drôle d’époque

une drôle de langue

ils disaient

 je vais à Rome ce week-end.

béton.

oui

oui je vais visiter Copenhague à l’occasion d’un débat sur le devenir de l’agriculture paysanne. Ou oui J’ai pas mal de boulot mais je suis trop content j’ai une réunion avec les partenaires à Varsovie je vais pouvoir voir le ghetto tu sais que ça bouge vachement en ce moment Varsovie – c’est comme Riga on dit que c’est un peu les nouveaux Berlin, tu vois ? Riga avec ryanair c’est moins loin que ta grand-mère qu’habite à Antony, tu sais ; en ce moment c’est clair, nous oeuvrons pour une transition écologique forte, en accord avec tous les acteurs des secteurs industriels. La croissance sera verte ou ne sera pas.

Et vous avez probablement deviné qu’en traduction, et si on est précis, ça donne :

Béton. Béton béton. Béton. Béton béton béton.

C’était une drôle de langue.

C’était une belle époque.

C’est plus tard que l’emballage a fondu dans le soleil comme un glacier dans le micro-ondes.


(

On a gagné

on a gagné les jeux olympiques

on a gagné d’avoir les jeux olympiques

c’est nous qu’on les a

les jeux olympiques

c’est nous qu’on va jouer

c’est nous qu’on va jouer au btp

            au bac à sable aux legos à tetris

            et puis

            et puis au chat perché et à la souris grise.

On a gagné et pour bien commencer

            il y a quelques semaines

            on a viré les tentes décathlons devant le stade de france     

décathlon c’est pas un partenaire

            et les gens dans les tentes décathlon

            les gens dans les tentes décathlon

c’étaient pas des sportifs

c’étaient pas des sponsors

c’est dommage pour décathlon

                                   vous comprenez ?

Heureusement que la police est là pour nous aider avec le chat perché et puis la souris grise.

On a gagné les jeux olympiques

            c’est pire qu’un marathon

            les jeux olympiques

C’est une sacrée épreuve

            d’avoir gagné les jeux olympiques

c’est une sacrée épreuve

             les paillettes et les fleurs

on a touché le gros lot et on a mis le paquet

vous verriez les plans séquences tournée sur drone et les simulations d’orgasmes architecturaux

            ah les simulations d’orgasmes architecturaux tournés sur drones, vous n’imaginez pas,

vous n’imaginez pas

c’est une sacrée épreuve

            de nettoyer le quartier

mais on a gagné

            on est tellement content on a gagné

            on a gagné d’avoir les jeux olympiques

le soir parfois quand la nuit tombe

je sors une bière du frigo et je m’assis sur le canapé

j’ai une télévision géante à l’autre bout de mon salon

elle fait 200m2

            eh ouais eh ouais

j’ai la plus grand télévision d’Europe à l’autre bout de mon salon

l’écran le soir parfois est allumé

il n’y a pas de match, il n’y a pas de concert pas de spectacle vous rigolez on est tous confinés, et ce sont des vagues pubs qui passent à la télé

j’habite au 10e étage d’un immeuble du quartier

            et mon écran est dans le stade de france

elle clignote le soir des pubs sur 200m2

elle est tellement contente

faut dire

            il y a une bonne raison

on a gagné

on a gagné les jeux olympiques

)


Vinrent les temps des grands chambardements et la périphérie des villes se fit poser un pacemaker pour tenir la vitesse.

Battement de cœur

installation d’un centre social

Battement de cœur

installation d’un foyer pour sans-abris

Battement de cœur

installation d’un zoo

(c’est pour les bêtes qui ont trop circulé)

Battement de cœur

installation d’un hôpital d’urgence

(oui, c’est toujours

oui, c’est ça,

c’est les bêtes qui ont trop circulé)

Battement de cœur

les animaux du zoo étaient tristes ils sont morts, je propose qu’on installe un laboratoire pour sauvegarder l’ADN des espèces disparues

Battement de cœur

bienvenue dans votre nouveau centre commercial

Battement de cœur

ici vous pouvez observer l’ADN du lapin dans l’estomac du gorille, là les traces de l’hippopotame dans l’intestin des chenilles, ici les tentacules de l’arachnide dans les dents des ours et ce formidable spécimen des dents d’ours sur les oreilles des lapins.

Battement de cœur

ce multiplexe accueille de nombreux événements et services de divertissement numérique : la culture pour tous par tous et loin de tous

Battement de cœur

nous avons besoin d’un hôpital d’urgence, la banquise a fondu et libéré un nouveau virus, mmmh oui hautement contagieux, hautement mortel – la période d’enfermement est allongée à 12 mois, nous invitons tous ceux qui ne souhaitent pas attendre cette période à se rendre sur le parking transformé

Battement de cœur

en hôtel de luxe pour fin de vie et euthanasie

Battement de cœur

bienvenue dans notre musée patrimonial de la banquise ici nous vous racontons Michelle Bardot les ours polaires les igloos la pêche à la baleine la conquête du pole nord les moufles les téléphériques mon beau sapin, roi des forêts le père noël le blizzard le yéti les batailles de boule de neige les nez carotte les stocks de pêche, mais quelle idée géniale, tu supprimeras le petit encart réserves des inuits et alcoolisme, quel avenir pour les habitants des banquises ? tu construiras plutôt

battement de cœur

un centre de rétention pour inuits, oui, bientôt ici venez vivre l’aventure et découvrez

battement de cœur

le musée du patrimoine animal, toutes les espèces à portée de main grâce à la reconstitution en 7 dimensions, et – nous avons un petit soucis – Roger, oui je vous écoute – et bien euh – Je vous écoute Roger – le parking prend la flotte

battement de cœur

bienvenue sur les terres artificielles de Paris-Ouest Normandie-Pommiers, il faut savoir Jamie que les déserts qui s’étendent dans le sud de la France dégagent des tonnes de sables que nous pouvons utiliser ici, Jamie, afin de reconstruire des zones de terre, et c’est ainsi que ce que nous perdons, nous le gagnons comme l’atteste ce nouveau centre de tourisme balnéaire dédié à notre devenir mollusque

battement de cœur

des spécimens de vautours ont été observés sur les vestiges de la tour Eiffel, c’est le fameux gypaète barbu qui est de retour parmi nous, l’espèce autrefois menacée prospère maintenant grâce aux nombreux cadavres laissés à l’abandon dans les rues de la ville, le gypaète barbu renouvelle ainsi une ancienne religion zoroastre, la religion de zarathoustra qui consistait à se laisser manger par les oiseaux pour mieux atteindre

battement de cœur

nous construisons ici un centre de recherche pour l’immortalité, c’est maintenant ou jamais

battement de cœur

profitez de l’offre exceptionnelle grâce à votre code promotionnel, et découvrez à bord du Nautilus les anciennes terres englouties de Paris-Ouest Normandie-Pommiers,

battement de cœur

savez-vous que le Louvre est devenu le plus grand refuge mondial des gastéropodes et autres céphalopodes gélatineux ?

battement de cœur

le gulf stream s’est arrêté de fonctionner nous craignons un reflux de l’époque glaciaire, d’ailleurs le musée de l’hiver a été pillé en raison de ses équipements en moufles et en raquettes nous invitons tous les habitants

battement de cœur

nous construisons ici un abri anti-nucléaire nous avons approximativement huit minutes avant que la vague ne nous parvienne et

et puis plus rien


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/05/2022

    […] Ces poèmes sont accessibles sur le carnet de recherche. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search