Les corpus de la cli-fi urbaine

Sélection de romans de cli-fi urbaine présentée lors de la séance du 15 octobre 2021 : Des corpus pour documenter la ville du futur dans la science-fiction et la cli-fi

Critères de sélection du corpus et méthodologie

Nous avons choisi de débuter notre corpus en 1961 car il s’agit de la date de publication de The Wind from Nowhere  traduit par Le vent de nulle part de James Graham Ballard premier titre de la tétralogie apocalyptique de son auteur. Cycle considéré par la littérature critique de fiction climatique comme précurseur du genre.  En réalité, la date la plus adéquate serait 1962 avec The Drowned World de Ballard traduit par Le Monde englouti deuxième tome de cette “Tétralogie des éléments”. En effet ce volume marque plus encore que le premier roman du cycle un imaginaire post-apocalyptique climatique dont les héritiers seront nombreux. Toutefois, il nous semblait important d’intégrer le premier volume du cycle au sein du corpus. Par ailleurs, cette date coïncide avec un moment important de la médiatisation des problématiques liées à l’Anthropocène à savoir la publication en 1962 de Silent Spring traduit Printemps silencieux de Rachel Carson. Cet essai a joué un rôle décisif dans la démocratisation du terme “écologie”  mais également dans l’histoire du mouvement écologiste en contribuant notamment en 1970 à l’interdiction du pesticide DDT. Le corpus se termine en 2020 – 2021 pour certaines œuvres traduites – car nous avons préféré écarter les œuvres dont le contexte de création et de production aurait été celui de la pandémie de COVID-19, considérant que cet évènement marque une rupture historique et anthropologique qui touche indéniablement les imaginaires, nous obligeant ainsi à étudier dans une autre perspective les corpus.

Concernant l’aire culturelle choisie ; nous nous concentrons sur un axe nord occidental et en particulier franco-britannico-américain. Nous avons opéré ce choix du fait de l’ancrage de nos recherches dans une étude de la cli-fi en contexte nord-occidental. Étudier dans une démarche comparatiste par exemple la cli-fi asiatique et la cli-fi américaine pourrait-être pertinent. Mais ce n’est pas ici notre démarche. Nous nous inscrivons dans les pas de Gregers Andersen avec un corpus qu’il qualifie de  “western climate fiction” dans Climate Fiction and Cultural Analysis: A New Perspective on Life in the Anthropocene, publié en 2019, ouvrage qui tente d’éclairer l’imaginaire sous-jacent d’une culture du changement climatique qui serait propre à l’occident.

Ce corpus est le produit d’une recherche croisant premièrement les corpus de la littérature critique sur la cli fi, deuxièmement diverses listes cli-fi produites par les lecteurs et consommateurs sur les médias sociaux de catalogage (en particulier Goodreads et Babelio) et troisièmement les bases de données de la Bibliothèque nationale de France.

A partir des titres dont nous disposions, nous avons conservé les textes qui font référence, du point de vue diégétique, thématique et esthétique aux deux questions qui nous occupent : la question climatique et la question urbaine.

Corpus francophone

Legendre Nathalie, Mosa Wosa, Nantes,L’Atalante, coll. « Le Maedre », 2004

Andrevon Jean-Pierre, Le monde enfin,  Paris, Fleuve Noir, coll. « Rendez-vous ailleurs », 2005

Quero Yann, Le procès de l’Homme Blanc, Toulouse, Editions Arkuiris, 2005

Ligny Jean-Marc, Aqua TM, Nantes, L’Atalante, coll. « La Dentelle du Cygne », 2006

Touzot Pierre-Yves, Terre Lointaine, Nantes, Éditions Amalthée, 2008

Ligny Jean-Marc, Exodes, Nantes, L’Atalante, coll. « La Dentelle du Cygne », 2012

Hurmic Pierre, Les pilleurs de glace, Mérignac, Éditions Vents Salés, 2015

Drouin Véronique (M. V. Fontaine), Amblystome, 4 tomes, Montréal, Québec Amérique, 2014-2016

Sunac Frédéric, Tue-tête, Paris, Pierre-Guillaume De Roux Editions, 2017

Leboulanger Camille, Malboire, Nantes, L’Atalante, coll. « La Dentelle du Cygne », 2018

Alféri Pierre, Hors sol, Paris, P.O.L, 2018

Coste Nadia, Rhizome, Paris, Seuil, coll. « Seuil Jeunesse », 2018

Luvan, Susto, Nantes, La Volte, 2018

Bergen Véronique, Guérilla, Bruxelles, ONLIT Editions, 2019

Ligny Jean-Marc, Alliances, Nantes, L’Atalante, coll. « La Dentelle du Cygne », 2020

Collette Sandrine, Et toujours les forêts, Paris, Editions Jean-Claude Lattès, 2020

Murrail Lorris, Soleil Trouble, Paris, Pocket Jeunesse, 2020

Blondel Jean-Philippe, Il est encore temps, Arles, Actes Sud, 2020

Dijan Philippe, 2030, Paris, Flammarion, 2020

Ducrozet Pierre, Le grand vertige, Arles, Actes Sud, 2020

Corpus anglophone

Ballard James Graham, Le monde englouti [The Drowned World, 1962], traduit de l’anglais par Marie-France-Desmoulin, Paris, Denoël, Présence du Futur n° 74, 1964

Ballard James Graham, Sécheresse [The Drought, 1965], traduit de l’anglais par Claude Darner,  Paris, Casterman, Pocket SF n° 5229, 1975

Ballard James Graham, Le vent de nulle part  [The Wind from Nowhere, 1961], traduit de l’anglais par René Lathière, Paris,  Casterman, Livre de Poche n° 7037, 1977

Ballard James Graham, La Forêt de cristal [The Crystal World, 1965], traduit de l’anglais par Claude Saunier, Paris, Denoël, Présence du Futur n°98, 1989

Sterling Bruce, Gros temps [Heavy Weather, 1994], traduit de l’anglais par Jean Bonnefoy, Paris, Denoël, Présence du Futur, 1997

Barnes John, La mère des tempêtes [Mother of Storms, 1994], traduit de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Paris, Rober Laffont, coll. « Ailleurs et demain », 1998

Doris Lessing, Mara et Dann [Mara and Dann, 1999], traduit de l’anglais par Isabelle Delord-Philippe, Paris, Flammarion, 2001

Boyle T.C., Un ami de la Terre [A friend of the Earth, 2000], traduit de l’anglais par Robert Pépin, Paris, Grasset, 2001

Spinrad Norman, Bleue comme une orange [Greenhouse Summer, 1999], traduit de l’anglais par Roland C. Wagner, Paris, Flammarion, coll. « J’ai Lu », 2001

Robinson Kim Stanley, Les 40 signes de la pluie [Forty signs of rain, 2004], traduit de l’anglais par Dominique Haas, Paris, Presses de la Cité, 2006

Robinson Kim Stanley, 50° au-dessous de zéro [Fifty degrees below, 2005], traduit de l’anglais par Dominique Haas, Paris, Presses de la Cité, 2007

Wright Ronald, Chronique des jours à venir [A Scientific Romance, 1997], traduit de l’anglais par Henri Theureau, Arles, Actes Sud, 2007

Crichton Michael, Etat d’urgence [State of fear, 2004], traduit de l’anglais par Patrick Berthon, Paris, Pocket, 2007

Robinson Kim Stanley, 60 jours et après [Sixty days and Counting, 2007], traduit de l’anglais par Dominique Haas, Paris, Presses de la Cité, 2008

Baxter Stephen, Déluge, [The flood, 2008], traduit de l’anglais par Dominique Haas, Paris, Presses de la Cité, coll. « Pocket », 2009

Theroux Marcel, Au nord du monde [Far North, 2010], traduit de l’anglais par Stéphane Roques, Paris, Plon, 2010

Self Will, Le livre de Dave [The Book of Dave, 2006], traduit de l’anglais par Robert Davreu, Paris, Éditions Points, 2011

McEwan Ian, Solaire [Solar, 2010], traduit de l’anglais par France Camus-Pichon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 2011

Lloyd Saci, Carbon diaries 2015 [Carbon diaries 2015, 2008], traduit de l’anglais par Sylvie Denis, Paris, Pocket Jeunesse, 2012

Lloyd Saci, Carbon diaries 2017 [Carbon diaries 2017, 2009], traduit de l’anglais par Alexis Boissel, Paris, Pocket Jeunesse, 2013

Lessing Doris, L’histoire du général Dann [The Story of General Dann and Mara’s Daughter, 2005], traduit de l’anglais par Philippe Giraudon, Paris, Flammarion, 2013

Bacigalupi Paolo, La fille automate [The Windup Girl, 2009], traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris, J’ai Lu, 2013

Robinson Kim Stanley, 2312 [2312 , 2012], traduit de l’anglais par Thierry Arson, Arles, Actes Sud, 2017

Kingsolver Barbara, Dans la lumière, [Flight Behavior, 2012], traduit de l’anglais par Martine Aubert, Paris, Editions Payot & Rivages, 2013

Vandermeer Jeff, Annihilation [Annhihilation, 2014], traduit de l’anglais par Gilles Goullet, Vauvert, Au Diable Vauvert, 2016

Rich Nathaniael, Paris sur l’avenir [Odds against tomorrow, 2013], traduit de l’anglais par Camille de Chevigny, Paris, Editions du Sous-sol, 2017

Watkins Claire Vaye, Les Sables de l’Amargosa [Gold Fame Citrus, 2015], traduit de l’anglais par Sarah Gurcel, Paris, Albin Michel, 2017

Bacigalupi Paolo, Water Knife [The Water Knife, 2015], traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris, J’ai Lu, 2018

Hunter Megan, La fin d’où nous partons [The end we start from, 2017], traduit de l’anglais par Aurélie Tronchet, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 2018

Shusterman Neal ; Shusterman Jarod, Dry [Dry, 2018], traduit de l’anglais par Cécile Ardilly, Paris, Robert Laffont, 2019

Robinson Kim Stanley, New York 2140 [New York 2140, 2017] traduit de l’anglais par Sylvie Denis, Paris, Bragelonne, 2020

Hall Sarah, Sœurs dans la guerre [The Carhullan army, 2007], traduit de l’anglais par Eric Chédaille, Paris, Rivages, 2021


Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search