“Soft Métropolis Spring Break” d’Adèle Gascuel

À l’ombre du parking froid
            des drapeaux volent au vent, les voitures dodelinent sur le dos d’âne
Vers le soleil les pâquerettes squattent
Le soleil vers l’oreille le soleil vers l’épaule
L’hélicoptère vrombit ça fait bruisser des étudiants
Sur le gravier la chaleur monte

Au dedans, ni froid ni chaud les bruits sont mats
Papier qu’on déchire, les baskets rebondissent et les paroles aussi
Nous sommes dans le bocal Copernic ici le monde est clos

Il faut savoir que ce qui est joli ne rayonne pas toujours
Il faut savoir que ce qui rayonne n’est pas toujours joli

Au sol sur le parvis, champignons à moins que lichens dessinent des motifs que l’ombre des corps complète, ne pas oublier le bout de verre brisé et les traces d’anciennes fêtes, sans parler de la jeune femme qui demande à papa, puis à maman, puis à papa l’appareil photo de maman n’est pas bon, de la prendre en photo vas-y papa devant l’école nationale d’ingénieur
devant l’école d’ingénieur c’est étrange comme j’ai la sensation de marcher au milieu de tombes, ces vallons de pelouse pensés pour empêcher le stationnement des voitures
les tombes sont pleines de pâquerettes et la jeune fille aux cheveux roux sourit pour l’appareil
Clic est le son qu’on n’entend pas

Il faut savoir que les bruits qu’on entend pas ne sont pas toujours corrélés aux travaux du Grand Paris
Il faut savoir que les travaux du Grand Paris ne sont pas toujours corrélés au mouvement du soleil

Chaleur béton poussière, quelque chose frit sous la chaleur de la baraque à frites, des sushis sommeillent dans un frigo pas loin
Le flyer sur un pare-brise promet : Soft Métropolis Spring Break
La ville du futur n’a pourtant pas pensé que ça esquinte les godasses d’avoir coulé les trottoirs en béton abrasif

Il faut savoir que la saleté peut produire le sentiment de la chaleur
Il faut savoir que la chaleur, elle, peut véhiculer l’impression de propreté

Le bar joue des boumboums, le pigeon cherche les restes mais les sacs poubelles du matin sont vides
Des feuilles d’automne continuent de faire le balai de l’hiver dans un coin de mur, en avant en arrière tourbillon plongée contre plongée je tourne à droite
D’un côté de l’allée, les arbres sont en fleurs. De l’autre côté de l’allée, les arbres sont en bourgeons. Au loin la grue tourne dans le ciel bleu, réplique maladroitement les errements des feuilles sèches
Béton béton les oiseaux béton béton les oiseaux
Saturent les bétons, répondent les oiseaux qui se veulent différents mais les quelques espèces entendus ne sauraient concurrencer les espèces mécaniques qui occupent le dancefloor acoustique des sous-sols jusqu’au ciel
Par touches, parfois, le vent s’engouffre et fait plier les branches, les sacs poubelles et les roseaux
C’est comme une courbe de mollesse qui se mêle au tac tac au cui cui au rakatak de la bataille

Dans les hauteurs les drapeaux français toujours veillent

Le soleil n’a rien dit mais en silence il est passé de l’autre côté du visage
Un corbeau s’envole de la pelouse des branches d’arbres dans le bec, réitère les rituels des printemps
Mais où sont les éco-moutons que la pancarte nous promet ?
Les bourgeons aux formes plus ou moins héroïques tentent de tenir le standard du terrain de jeu des architectes
Le soleil monte entre les paupières
Un immeuble d’or est soutenu par Franprix, j’apprends que les prochains immeubles coûteront
            29 690 797 euros

            29 690 797 euros
à quoi servent les 7 euros et combien de jour de soleil et combien de jours de béton

Fumée des gravats
Papiers gras
Des souvenir d’enfances sont déterrés, des airs de Corse, des pause d’autoroute, des angoisses de bouts de papiers toilette rose cachés dans les buissons
L’acoustique elle, contrairement aux mémoires, ne veut pas se laisser orchestrer par le silence du lac

Soft Métropolis Spring Break
Des voitures garées couvertes de poussières et de boues disent des pluies oubliées, mais le printemps répète
Soft Métropolis Spring Break

Il faut savoir que le sentiment de chaleur ne se bat pas sur le terrain des hélicoptères
Il faut savoir que les hélicoptères véhiculent de la chaleur
Il faut savoir que le gasoil des hélicoptères n’est pas à tenir pour responsable de la chaleur des sentiments

Subsistent encore deux questions :
            les individus hommes en gilets orange qui somnolent dans l’herbe, les rangera-t-on avec les oiseaux, les roseaux, l’écureuil ou les passages piétons ?

           les individus hommes en gilets orange, les rangera-t-on dans les limites du naturel ou de l’artificiel avec leurs lycras polystyrène, leurs airs de tondeuse et leur fatigue pleine de mollesse ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search