Séminaire Parvis – JE du 12 février 2020

« Paroles de villes 1 : approches »

Le programme PARVIS consiste à étudier les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation.

Nous voulons mener cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales populaires, cultures médiatiques, discours sociaux) et en créant les conditions d’une recherche-création inédite en France, dans une démarche interdisciplinaire assumée.

Notre première journée d’étude consistera précisément à entendre des spécialistes et des praticiens de disciplines et de cultures différentes, qui travaillent toutes et tous sur la ville d’une manière qui peut intéresser sa représentation, projection, métamorphose ou spéculation futuriste.

Lieu : UPEM/ Université Gustave Eiffel, auditorium de la bibliothèque Georges Perec, rue des Frères Lumière, 77420 Champs-sur-Marne

Programme

9H30 – 10H Accueil (café, thé)

10H Introduction de la journée d’étude

Session 1 : A l’intersection des discours urbains et écologiques

Lieven Ameel: « Imaginer les villes futures à travers les discours : Affordances de la fiction littéraire, de l’aménagement et de la politique »

Pierre Schoentjes: « Le changement c’est quand ? Littérature et écologie »

11H40 >12H Pause

Session 2 : Bidonvilles en France, récits par l’image

Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti, Groupe Parvis « Slumcity »

12H45>14H Déjeuner

Session 3 : Cadrage générique

Nadège Pérelle : « Fictions climatiques : cartographie des genres »

Irène Langlet: « Fictions climatiques, fictions urbaines, science-fiction : tentative de relevé de terrain(s) »

15H20>15H40 Pause

Session 4 : Paroles citoyennes et imaginaires urbains

Un représentant.e du CTC national (Collectif pour une Transition Citoyenne) et un.e représentant.e de l’Institut des Futurs Souhaitables.

16H20>16H30 Pause

Session 5 : Atelier PARVIS – Groupe “Modele”

Catherine Dominguès à propos du corpus soumis au Traitement Automatique des Langues

17H Mot de conclusion

Biographies des invité.e.s :


Lieven Ameel est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Tampere en Finlande. Jusqu’à l’été 2020, il travaille en tant que chercheur au Turku Institute for Advanced Studies. Il est titulaire d’un doctorat en littérature finlandaise et en littérature comparée de l’Université d’Helsinki et de l’Université de Giessen en Allemagne et il est l’un des éditeurs de la collection « Palgrave Literary Urban Studies Series ». Ses thèmes de recherche englobent les récits de politiques d’aménagement, de futurs urbains et les mises en récits des expériences de l’espace.

Pierre Schoentjes est professeur à l’Université de Gand, où il enseigne la littérature française. Spécialiste de l’ironie (Poétique de l’ironie, Seuil, 2001 ; Silhouettes de l’ironie, Droz, 2007) et de la représentation littéraire de la (Grande) guerre (Fictions de la Grande Guerre, Classiques Garnier, 2009, La Grande Guerre : un siècle de fictions romanesques, Droz, 2008 ; « J’ai tué » Violence guerrière et fiction, Droz, 2010), il interroge la littérature des XXe et XXIe siècles dans une perspective européenne. S’intéressant de près à la littérature de l’extrême contemporain il a lancé, en collaboration avec une équipe internationale, une publication électronique : la Revue critique de fixxion française contemporaine. Ses derniers travaux portent sur l’écopoétique ; il a publié en 2015 Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique. Son prochain livre, Le mur des abeilles. Littérature et écologie, élargi le champ de l’enquête; il est aujourd’hui achevé et paraîtra chez José Corti en 2021. Il est porteur principal du projet «Littérature, Environnement et Écologie : une approche écopoétique de la fiction contemporaine française, italienne, germanophone et anglophone» de l’Université de Gand (flyer du projet ci-dessous).

Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti, EAVT, actuellement engagés dans des recherches et actions sur l’habitat précaire.

Irène Langlet est professeure de littérature contemporaine à l’université de Paris Est Marne-la-Vallée/Université Gustave Eiffel.Elle a publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Elle est directrice de la revue ReS Futurae.

Nadège Pérelle est doctorante à l’UPEM a été recrutée par PARVIS afin de travailler sous la direction d’Irène Langlet sur le volet recherche fondamentale du programme : « La ville dans les fictions climatiques ». Elle est diplômée d’un master d’Etudes Culturelles Internationales obtenu après soutenance d’un mémoire en écopoétique sur « L’Ancolie » de Jean-Loup Trassard.

Un représentant du CTC « Collectif pour une Transition Citoyenne » (https://transition-citoyenne.org/) et un.e représentant.e de l’Institut des Futurs Souhaitables (https://www.futurs-souhaitables.org/).

Image: © Hervé Disy 2020


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search