PROJET DE THÈSE « La ville dans les fictions climatiques »

Voici un premier jet du projet de thèse du volet recherche fondamentale de PARVIS. Cette recherche a débuté en septembre 2019 sous la direction d’Irène Langlet. L’objectif est d’étudier les imaginaires urbains dans les fictions climatiques et plus particulièrement la façon dont s’articulent le vivant et la ville au sein de ce genre médiatique émergent.

Contexte

Financée par le consortium I-SITE FUTURE dont le projet scientifique est centré sur la ville, notre thèse s’intéresse à la la ville dans les fictions climatiques. Notre objet d’étude articule deux grandes problématiques contemporaines prises en charge de manière thématique, esthétique, poétique et dramaturgique par ce qui semble progressivement se constituer comme fiction médiatique : la climate fiction.

Depuis la fin du XXe siècle les œuvres culturelles et artistiques médiatisant les problèmes climatiques se multiplient, créant une culture fictionnelle du changement climatique. Cette constellation d’œuvres littéraires, cinématographiques, vidéoludiques, bédéistiques, graphiques s’inscrit dans ce que nous appellerons un imaginaire de l’Anthropocène. L’Anthropocène est le nom donné à l’ère succédant à l’Holocène, désignant la capacité de l’humanité à transformer l’équilibre géophysique de la biosphère1. Il s’agit d’un évènement géo-historique caractérisé par « un dérèglement écologique global, une bifurcation géologique sans retour prévisible à la ‘’normale’’ de l’Holocène. »2. Cet imaginaire de l’Anthropocène donne à voir de manière mimétique ou extrapolée les effets de l’influence humaine sur la Terre, ce que Bruno Latour nomme le « nouveau régime climatique »3 L’appropriation par l’art de ce concept construit un imaginaire des changements environnementaux planétaires qui pourrait s’apparenter à un genre littéraire et artistique avec son propre nom de genre (Schaeffer, 1989) afin d’étiqueter, d’institutionnaliser et de créer les contours génériques de celui-ci. Un consensus semble se construire au vu de la multiplication des ouvrages critiques et académiques – principalement américains – autour de climate fiction,  »fiction climatique » en français. Citons par exemple le travail pionnier d’Adam Trexler qui a recours au nom de genre climate fiction et le commente en ces termes: «the novel in the face of the Anthropocene»4 ou Matthew Schneider-Mayerson qui utilise également la catégorie générique climate fiction et indique qu’il s’agit d’une «literature explicitly focused on climate change»5. De plus un imaginaire générique (Macé, 2004) se constitue et ceci est propulsé notamment – mais pas uniquement par le journaliste et écrivain Dan Bloom qui a créé le néologisme de cli-fi sur le modèle de la contraction de sci-fi et a ensuite valorisé le genre au moyen de son portail web «Cli-Fi Report »6 dont l’objectif est double : partager une sitographie liée à la cli-fi, diriger l’internaute vers ses réseaux sociaux (son compte Twitter7 et son groupe Facebook8) ainsi que la page Wikipédia9 de la climate fiction. ll n’est pas rare de lire la périphrase  »fiction sur le changement climatique » ou  »climate change fiction » – dans sa version anglophone – pour nommer les fictions climatiques. Un autre nom de genre a connu une certaine influence dans la classification des œuvres littéraires qui thématisent et diégétisent la question écologique, il s’agit du néologisme écofiction proposé par Christian Chelebourg dans Les écofictions Mythologies de la fin du monde10. Le chercheur en littérature de l’imaginaire propose de définir les écofictions ainsi : « […] il englobe l’ensemble des discours qui font appel à l’invention narrative pour diffuser le message écologique. »11 Néanmoins, le terme s’est peu exporté et est peu usité par l’académie et l’édition c’est pourquoi nous ne l’utiliserons pas.

Les fictions climatiques donnent à voir un monde futur ou proche dans lequel les dérèglements du système climatique planétaire ébranlent les conditions de la vie humaine et non-humaine. Ces récits s’inspirent notamment des sciences, principalement de la climatologie et de ses scénarios climatiques issus des modèles informatiques de climats qui permettent de simuler des futurs probables notamment en fonction de la pollution atmosphérique due aux gaz à effet de serre (notamment le dioxyde de carbone, le méthane et le protoxyde d’azote)12 largement responsables du réchauffement climatique. Notre définition soulève le potentiel science-fictionnel des fictions climatiques dans la mesure où “le procédé formel est un cadre imaginaire, différent du monde empirique de l’auteur”13 mais également pour d’autres raisons spécifiques à la science-fiction et observables dans les fictions climatiques. C’est pourquoi il n’est pas rare de croiser le nom de genre science-fiction climatique14 pour faire référence aux fictions climatiques. Ce nom de genre est significatif et semble toucher à une réalité poétique et narrative des fictions climatiques qui s’apparentent à celles de la science-fiction, ce qu’Irène Langlet nomme des  »déclencheurs science-fictionnels »15. Nous pensons notamment aux mots-fictions (Langlet, 2006) présents chez Kim Stanley Robinson, mais également d’un point de vue narratif aux options polyphoniques (Langlet, 2006) saisissantes chez Paolo Bacigalupi. Nous tâcherons au cours de notre thèse d’expliciter les filiations ou non entre fiction climatique et science-fiction car les signaux génériques (Langlet, 2006) sont à déplier. Nous devrons alors tester avec divers critères qui seront spécifiques aux fictions climatiques les différents récits multimédiatiques de la climate fiction en tenant compte de la diversité des sous-genres – solarpunk, petrofiction, waste literature, thriller écologique, polar vert – afin de formuler une identité générique (Schaeffer, 1989). Toutefois, nous postulons une proximité entre fiction climatique et science-fiction.

Nous l’évoquions en préambule, notre objet d’étude recoupe deux problèmes contemporains majeurs : la question climatique et la question urbaine. Or, ces deux questions sont intrinsèquement liées tant sur le plan de la fiction que sur le plan de la réalité empirique du monde.

Définitions

Un grand nombre de travaux académiques analysent la question de la ville comme thème et cadre de fiction dans la science-fiction. Guy Gauthier a proposé une typologie des villes dans la science-fiction dans Villes imaginaires : Le thème de la ville dans l’utopie et la science-fiction (littérature, cinéma, bande dessinée) mais aussi le géographe Pierre-Jacques Olagnier16. La représentation de villes réelles ou villes imaginaires et le questionnement sur l’urbain n’est ni la spécificité de la science-fiction, ni des fictions climatiques. L’émergence des études urbaines littéraires (literary urban studies) en est le symptôme. La ville est alors analysée dans tout ce qu’elle a de plus urbain, dans son artificialité pure et sa dimension inorganique. L’urbain dans les fictions – notamment littéraires et cinématographiques – est étudié dans sa valeur intrinsèque de construction humaine avec ses attributs et leitmotive (les tours, la surpopulation, la pollution…). Or, ce qui semble manquer dans l’étude thématique de l’imaginaire urbain est précisément ce qui va nous occuper dans notre recherche, c’est-à-dire tout ce qui ne semble pas être a priori synonymique de l’urbain, tout ce qui ne semble pas être a priori le propre de la ville à savoir le vivant dans l’urbain. Mais avant cela tentons de comprendre ce que signifie ville. Nombre de dictionnaires et encyclopédies soulignent la complexité de la tâche du fait de sa dimension polymorphe : « La définition de la ville n’est pas aisée à déterminer »17; « Le mot ville est l’un de ceux dont les définitions ont le plus largement varié au cours des trois cent cinquante années durant lesquelles on a tenté d’en établir la signification. »18; « La ville se laisse difficilement enfermer dans une définition simple. La plupart des définitions disponibles sont statistiques ou descriptives et saisissent mal le caractère complexe, multidimensionnel et changeant du phénomène urbain. »19 ou encore « Qu’est-ce qu’une ville ? Il est de plus en plus difficile de définir simplement des systèmes variés qui évoluent sans cesse. »20 Néanmoins, il semble se dégager des multiples définitions deux notions cardinales pour définir la ville : la densité démographique et immobilière et la fonction de services. Nous retenons la définition synthétique suivante : « Milieu géographique et social formé par une réunion organique et relativement considérable de constructions et dont les habitants travaillent, pour la plupart, à l’intérieur de l’agglomération, au commerce, à l’industrie, à l’administration. »21 Pour de nombreux chercheurs en géographie et en écologie “l’avenir de la planète se joue ainsi dans la ville”22. Le géographe Mike Davis abonde dans ce sens et souligne un paradoxe : « en théorie, les villes sont la solution à la crise écologique planétaire : la densité urbaine peut entraîner de grandes économies dans l’utilisation de la terre, de l’énergie et des ressources. (…) Toutefois à quelques rares exceptions près, les villes polluent, urbanisent et détruisent de manière systématique leurs bassins de ressources naturelles.»23 Ce paradoxe qui réside au cœur du phénomène urbain est dénoué de la manière suivante par la géographe spécialiste de l’urbain Nathalie Blanc : « En résumé, s’il est probable que la ville apparaisse comme un mode d’habiter qui pose problème dans la mesure où il pèse très fortement sur l’environnement régional et global, revoyons les modalités de développement de la condition citadine, qui n’en fassent plus le résultat d’une appropriation croissante et déprédatrice des ressources de la planète. »24 Urbain et écologie ont longtemps entretenu des relations complexes25 , certains géographes et physiciens revendiquent même le néologisme d’Urbanocène26 plutôt que celui d’Anthropocène pour nommer l’ère géologique qui a débuté au cours de la Révolution industrielle – qui fut également une révolution urbaine – car l’urbanité s’est déroulée simultanément à l’expansion de la vie humaine sur Terre, participant ainsi à l’accroissement des problèmes environnementaux.

Hypothèses

Nous nous interrogerons sur la capacité des fictions climatiques à opérer une déconstruction de l’urbain comme espace de “non-nature” ou “non-vivant”. Nous postulons qu’une majorité des canevas diégétiques des fictions climatiques influencés par l’écologie, la climatologie, la géophysique mais également l’éthique environnementale proposent un changement de paradigme d’une vision du monde anthropocentrique à une vision biocentrique. Car la crise écologique contemporaine, objet de fictionnalisation par la climate fiction nous renseigne sur une crise du rapport de l’humain au vivant ce que le philosophe du vivant et de l’éthique environnementale Baptiste Morizot nomme une « crise de la sensibilité au vivant »27. Par  »vivant » nous entendons toutes entités “douées de vie”28 qui s’auto-organisent, maintiennent son existence à partir de l’environnement (le métabolisme) et se reproduisent29. Nous nous pencherons sur les formes du vivant de tout type, végétales ou animales, microscopiques ou macroscopiques, humaines ou non-humaines. Dans la perspective qui nous occupe – à savoir les imaginaires urbains dans les fictions climatiques – nous tenterons de saisir la façon dont l’urbain et le vivant s’articulent.

Notre hypothèse est que l’interaction des multiples êtres vivants dans les villes donne à voir une ville organique composée d’un nombre prodigieux de composants vivants et de nature variée, qu’il s’agisse d’êtres vivants modifiés, d’êtres vivants augmentés, d’êtres vivants sauvegardés ou d’êtres vivants évolués (à cause de facteurs climatiques). L’irruption d’une nature toute puissante et d’un climat déréglé qui agit sur le monde humain et transforme ses conditions d’existence, transforme l’habitat humain et crée des espaces pour d’autres êtres vivants (favorables ou non pour l’être humain) bactéries, cyanobactéries, animaux, végétaux… Notre objectif est de comprendre la façon dont – du moins dans certains cas – l’environnement urbain est modelé par une pensée du vivant : les villes dans les fictions climatiques semblent être pensées de manière biomimétique en imitant les formes du vivant et en leur attribuant un usage esthétique dans l’architecture des bâtiments, les moyens de transport et les dispositifs énergétiques. L’esthétique des villes dans les fictions climatique déconstruit l’esthétique urbaine actuelle qui suppose une dichotomie entre nature et culture. Nous postulons que certaines fictions climatiques construisent des imaginaires urbains qui intègrent la nature vivante. Les habitants des villes sont donc confrontés à d’autres formes de vie, à de multiples altérités, qui, du fait des transformations écologiques et climatiques, résident en ville. Le milieu urbain dans les fictions climatiques, dans son esthétique, dans ses usages et dans ses représentations, ne serait pas exclusivement anthropique. Le milieu urbain devient un milieu composite, nous nous inscrivons ici dans le sillage du travail de Nathalie Blanc dans Vers une esthétique environnementale30 qui imagine le futur de la ville : «  La ville future doit être un espace d’accueil pour toutes sortes d’êtres vivants, humains, végétaux et animaux; en effet, la dégradation que l’extension des espaces urbains (‘’étalement urbain’’) fait subir à l’environnement proche et lointain est considérable. »31

Méthodologie

Nos pistes de recherche et notre corpus multimédiatique vont nous amener à emprunter divers outils et méthodes dans une démarche interdisciplinaire bien que notre cœur de discipline soit la littérature. Le cadre théorique de notre enquête sera influencé par les études culturelles dont l’approche théorique syncrétique nous semble appropriée au vu de l’objet d’étude. Car les études culturelles visent à associer l’approche et les méthodes d’investigation de disciplines diverses des sciences humaines et sociales : «  A la frontière de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la linguistique ou de la philosophie, les tenants du domaine défendent une certaine conception de l’interdisciplinarité qui implique le déploiement d’une pluralité d’angles d’approche dans la construction de leur objet. »32 Au vu de notre corpus multimédiatique nous nous inscrirons dans les pas de l’  »écocritique culturelle » – courant critique issu des études culturelles qui s’intéresse aux liens entre imaginaire et écologie – qui intègre dans son champ d’étude des œuvres filmiques, littéraires, télévisuelles, video-ludiques. Greg Garrand décrit en ces termes l’écocritique culturelle : « […] dans les dernières années, ASLE s’est tourné vers une écocritique culturelle plus générale, en incluant l’étude de travaux scientifiques populaires, de films, d’œuvres télévisuelles, d’art ou d’architecture et d’autres artéfacts culturels comme les parcs à thème, les zoos ou les centres commerciaux. »33 Au sein de l’écocritique culturelle divers courants critiques émergent. Dans la perspective d’une étude de la ville et donc du lieu, nous aurons recours à deux de ces courants critiques modernes issus de l’écocritique culturelle fusionnant études géographiques et études littéraires qui se concentrent sur la façon, dont la littérature et les arts, s’intéressent aux lieux et à ceux qui les habitent qu’ils soient humains ou non-humains. D’une part, la géocritique de Bertrand Westphal, ainsi que la géopoétique de Michel Deguy ; d’autre part, l’écocritique américaine ainsi que l’écopoétique de Pierre Schoentjes. Concernant la deuxième dimension – dimension climatique – de notre objet d’étude qui s’articule à la ville nous adopterons une approche épistémocritique afin d’une part, de décortiquer les textes de notre corpus qui ont recours au discours et à la culture scientifique et d’autre part pour comprendre leur contexte d’écriture au sein de l’histoire des discours scientifiques et techniques. Nous solliciterons la biologie, la climatologie, l’écologie. Cette approche est intrinsèquement liée à l’écocritique. Afin d’étudier l’esthétique et les discours de notre objet d’étude hétérogène, nous convoquerons les pratiques et méthodes d’analyse propres à chaque média étudié bien que notre corpus principal sera littéraire. Nous tenterons de saisir la spécificité de chaque média en ayant recours à sa méthodologie et ses outils d’analyse critique et théorique tout en tissant des rapprochements entre les divers types d’objets médiatiques. Concernant plus particulièrement le corpus littéraire, nous investiguerons sa dimension poétique à la fois de manière narratologique, lexicologique, thématique, stylistique et linguistique.

Corpus

Nous élaborerons un corpus intermédial qui croisera des aires culturelles et géographiques transnationales car le dérèglement climatique et ses conséquences sur les écosystèmes de la Terre concernent l’humanité dans sa globalité. A ce titre Alain Suberchicot utilise le concept « glocal »34 pour faire référence à l’imaginaire environnemental car « l’ici est comme traversé d’un ailleurs général »35 Notre souci sera celui d’une représentativité transculturelle du phénomène culturel en construction qu’est la climate fiction afin de ne pas omettre la diversité des imaginaires de l’Anthropocène dont l’anthropos n’est pas un être humain générique et uniforme mais une humanité hétéromorphe. Notre corpus sera divisé en deux : un corpus principal littéraire et un corpus d’œuvres secondaires intermédiatiques. Nous souhaitons constituer un corpus réunissant des œuvres d’auteur.e.s hétérogènes, par leur nationalité ou leur identité communautaire, par leur langue ou par leur style. L’objectif est d’observer deux critères à travers cette diversité : l’élaboration par les fictions climatiques d’un imaginaire urbain qui questionne et diégétise le vivant ainsi que les multiples représentations du lien entre urbain et vivant dans la diversité des sous-genres des œuvres de fictions climatiques. Nous choisirons des œuvres publiées à partir des années 60-70 car c’est à partir de ces décennies que les préoccupations écologiques vont progressivement se populariser et qu’une prise de conscience écologique va émerger. Un faisceau d’évènements médiatiques, citoyens, politiques et culturels indique que la question écologique émerge dans le débat public ainsi que dans la culture fictionnelle à la jonction des années soixante et soixante-dix. Nous avons sélectionné trois moments qui nous semblent des indicateurs d’une prise de conscience et d’une intrusion de l’écologie dans la fiction et le récit médiatique. Premièrement, la création du Club de Rome, organisme informel créé en avril 1968 destiné à jouer le rôle de groupe de réflexion sur les relations entre la civilisation industrielle moderne et l’environnement global36. La publication de Silent Spring de Rachel Carson en 1962 constitue – selon le créateur de l’écocritique Lawrenc Buell37- un tournant dans le développement des mouvements écologistes ainsi que dans la production d’un imaginaire environnemental dans les fictions littéraires et Jim Dwyer observe dans les années 1970,  »the greening of literature » 38. Enfin, le 22 avril 1970 aux États-Unis, 20 millions de personnes participent à la première célébration du Jour de la Terre (Earth Day). Le corpus s’arrêtera à la fin des années 2010, au moment où la popularité de la climate fiction croît tant sur le plan de la recherche académique que sur le plan éditorial. La décennie 2010 est marquée par une internationalisation des mobilisations citoyennes et grèves dénonçant l’inaction des gouvernements dans la lutte contre le changement climatique, la signature en 2015 du premier accord universel sur le climat par 55 pays ainsi que la multiplication des évènements climatiques imputables au changement systémique du climat global.


  1. Crutzen Paul Josef et Stoermer Eugene Filmore, “The Anthropocene”, International Geosphere-Biosphere Programme Newsletter, N° 41, 2000 []
  2. Bonneuil Christophe et Fressoz Jean-Baptiste, L’évènement Anthropocène, Seuil, Paris, 2013, p. 39 []
  3. Latour Bruno, « Postface », in Gemenne François et Rankovic Aleksandar, Atlas de l’Anthropocène, Paris, Presses de SciencesPo, 2019, p. 144 []
  4. Texler Adam, Anthropocene Fictions: The novel in a Time of climate change, University of Virginia Press, 2015 []
  5. Schneider-Mayerson Matthew, The Influence of Climate Fiction: An Empirical Survey of Readers. Environmental Humanities, 1 November 2018 []
  6. Bloom Dan, [En ligne] http://cli-fi.net/, [consulté le 13 octobre 2019] []
  7. Bloom Dan, @do_you_cli_fi_ , [en ligne] https://twitter.com/do_you_cli_fi_?lang=fr, [consulté le 13 octobre 2019] []
  8. Bloom Dan, [en ligne] https://www.facebook.com/groups/clifigroup/, [consulté le 19 novembre 2019] []
  9. Wikipedia contributors, ‘Climate fiction’, Wikipedia, The Free Encyclopedia, [consulté le 19 Novembre 2019], https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Climate_fiction&oldid=926946186 []
  10. Chelebourg Christian, Les Écofictions, Les Impressions Nouvelles, 2012 []
  11. Ibid., p. 10 []
  12. Ramade François, Dictionnaire encyclopédique de l’écologie et des sciences de l’environnement, Paris, Dunod, 2002, p. 161 []
  13. Suvin Darko, Pour une poétique de la science-fiction, Montréal, Les Presses de l’Université de Québec, 1977, p. 15 []
  14. Le 136ème numéro de la revue Science Fiction Studies sous la direction de Brent Ryan Bellamy et Veronica Hollinger est consacré aux liens entre science-fiction et crise climatique. []
  15. Langlet Irène, La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Armand Colin, Paris, 2006, p. 29 []
  16. Olagnier Pierre-Jacques, “Imaginaires urbains et (science)-fictions. Étude d’un genre narratif au croise-ment du cinéma, de la littérature et de la bande dessinée”, Représenter les territoires /Representing territories, CIST, Rouen 2018 []
  17. « Ville » dans Dictionnaire de géographie, Baud Pascal, Bourgeat Serge, Bras Catherine (dir.), Paris, Hatier, 2003 p. 497 []
  18. « Ville » dans L’aventure des mots de la ville A travers le temps, les langues, les sociétés, Topalov Christian, Coudroy de Lille Laurent, Depaule Jean-Charles, Marin Brigitte (dir.), Robert Laffont, Paris, 2010, p. 1315 []
  19. Catherine Baumont, Hubert Beguin, Jean-Marie Huriot. Définir la ville. [Rapport de recherche] Laboratoire d’analyse et de techniques économiques (LATEC). 1996, p. 2 []
  20. Paulet Jean-Pierre, Manuel de géographie urbaine, Paris, Armand Colin, 2009, p. 9 []
  21. « Ville », Le Petit Robert, Paris, Le Robert, 2014, p. 2715 []
  22. Vincent Berdoulay et Soubeyran Olivier,  »Urbanisme” dans Dominique Bourg et Alain Papaux (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, 2015, p. 1020 []
  23. Davis Mike, Le pire des mondes possibles – De l’explosion urbain au bidonville global, Les impressions nouvelles, 2007, p. 138 []
  24. Blanc Nathalie, Les nouvelles esthétiques urbaines,Paris, Armand Colin, 2012, p. 178 []
  25. « Urbanisme » de Berdoulay Vincent et Soubeyran Olivier, dans Bourg Dominique et Papaux Alain (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, 2015, p. 1020 []
  26. West Geoffrey, The Universal Laws of Life, Growth, and Death in Organisms, Cities, and Companies, Londres, Penguin Books, 2017 []
  27. Morizot Baptiste, Les diplomates, Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, Marseille, Wildproject, 2016 []
  28. « Vivant », Le Petit Robert, Paris, Le Robert, 2014, p. 2727 []
  29. Voir la définition précise dans Jessus Catherine (dir.), Etonnant vivant. Découvertes et promesses du XXIè siècle,Paris, CNRS Editions, 2017 []
  30. Blanc Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Editions Quae, 2008 []
  31. Ibid., p. 87 []
  32. Cervulle Maxime et Quemener Nelly, Cultural studies – Théories et méthodes, Paris, Armand Colin, p. 112 []
  33. « […] ASLE has turned towards a more general cultural ecocriticism, with studies of populard scientific writing, film, TV, art, architecture and other cultural artefacts such as theme parks, zoos and shopping malls », Garrard Greg , Ecocriticism, Londres and New York, Routledge, 2004, p. 4. []
  34. Ghorra-Gobin Cynthia, « glocal » in Le Dictionnaire des mondialisations, Paris, Armand Colin, 2006, p.185-186 []
  35. Suberchicot Alain, Littérature et environnement. Pour une écocritique comparée, Paris, Honore Champion, 2012, p. 34 []
  36. Ramade François, Dictionnaire encyclopédique de l’écologie et des sciences de l’environnement, Paris, Dunord, 2002, p.161 []
  37. « […] in her far better eye for the telling story and the unforgettable images », Buell Lawrence « Literature as Environmental Thought Experiment », dans Donald K.Swearer, Ecology and the Environment: Perspectives from the Humanities, Harvard University Press, 2009, p. 22 []
  38. Dwyer Jim, Where the Wild Books are ; A Field Guide to Ecofiction, Reno, University of Nevada Press, 2010 p. 28. []

Nadège Perelle

Doctorante à l'UPEM, membre du programme de recherche PARVIS (Paroles de villes) de l'I-site FUTURE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search