L’exposition Villes futures se prolonge

L’exposition Villes futures : images, paroles, sons, qui s’est déroulée du 17 au 20 mai à la bibliothèque Georges Perec de l’université Gustave Eiffel, se prolonge à la bibliothèque de l’École d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est (ENSAVT) du 23 mai au 17 juin. L’exposition est composée d’un ensemble de cartes postales, d’extraits d’ouvrage, d’écrits d’étudiant·es sous forme audio, et de créations sonores.

Des cartes postales pour une ville future

Cartes postales pour la ville future

Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti, créateurs des cartes postales pour la ville future, sont tous deux professeurs de l’ENSAVT. Les cartes ont été constituées à partir de photographies qu’ils ont pris dans des bidonvilles d’Île-de-France.

Le bidonville est un sujet assez peu présent dans l’iconographie contemporaine de l’architecture. Les projets sur le bidonville sont singulièrement muets aujourd’hui, particulièrement quant aux évolutions possibles de cette forme bâtie. On peut s’étonner de cette observation car les quartiers informels couvrent un tiers de la superficie des villes dans le monde. Ceux-ci ont certes des défauts mais ont aussi des qualités. Par exemple le fonctionnement collectif, les communs, les géométries fluides, la mixité travail-habitat, le mode de construction artisanal, l’autoproduction et l’auto-gestion du construit, le réemploi, etc.

Des cartes postales du bidonville vont créer du possible là où le bidonville est pensé comme un impossible, dans une démarche de recherche-création proche de la « littérature du possible » d’Ursula Le Guin.

Des extraits d’un ouvrage : Les Nouveaux Venus d’Adèle Gascuel

Devait-on craindre le mauvais sort ?

Pourquoi s’entêtaient-ils à récupérer nos objets morts ?

Adèle Gascuel

Les Nouveaux Venus s’inspire des connaissances élaborées par les chercheurs et architectes du groupe de recherche-création Parvis, et notamment du travail mené par Pascale Joffroy et Jacques Ippoliti autour des bidonvilles et habitats précaires. Le texte frotte entre réalité et science-fiction, imaginant un peuple débarquant dans Paris au lendemain d’une tempête fantastique, peuple qui décide de s’installer sur les zones abandonnées et abîmées de la région parisienne pour y pratiquer ce qui sera appelé la frotte. L’exposition présente quelques extraits de ce texte inachevé, extraits choisis pour leurs échos possibles avec les imaginaires autour de l’habitat précaire.

Ville et vivant, visions du futur

Pendant un semestre, des étudiant.es en licence de lettres modernes ont suivi un atelier d’écriture mené par l’écrivaine Adèle Gascuel autour des thèmes croisés de l’urbanité, du vivant et de l’écologie, dans le cadre du programme Parvis. S’appuyant à chaque fois sur des extraits d’œuvres (romanesques, poétiques ou théâtrales) pour écrire leurs propres textes individuels ou collectifs, c’est une sélection de certains de ces textes, enregistrés par les étudiant·es, qui est à l’écoute pendant l’exposition, aux côtés des cartes postales du bidonville pour la ville future.

Fictions soniques

Une installation sonore est mise en place afin d’exposer le travail d’Eleni-Ira Panourgia, de Guillaume Dupetit et de leurs étudiant·es sur des spéculations phoniques de la ville du futur. Des enregistrements ont été effectués dans un environnement urbain, notamment sur le campus Descartes lors de l’action PARVIS Balade sensible (dans la ville trop chaude). Ils ont par la suite été l’objet de compositions transformant l’ambiance sonore de la ville, permettant de la percevoir sous un angle différent.

Eleni-Ira Panourgia a produit un design sonore spéculatif pour le projet international de cartographie sonore Cities and memory. Elle et Guillaume Dupetit ont aussi cartographié les méthodes, outils, réflexions théoriques et pratiques de recherche et création en musique lors du séminaire Création et fictions soniques : ville, territoire, environnement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search